Nouvelles Du Monde

«Porteuse de vie»: Amélie Lemieux veut être mère de nouveau et dénonce le manque de reconnaissance légale des femmes porteuses au Québec

«Porteuse de vie»: Amélie Lemieux veut être mère de nouveau et dénonce le manque de reconnaissance légale des femmes porteuses au Québec

La procréation assistée est une solution pour les couples souffrant d’infertilité mais cela ne garantit pas toujours la concrétisation du rêve de fonder une famille. Les quatre femmes porteuses de Romy et Nora Carpentier en sont un parfait exemple. Après quatre tentatives de fécondation in vitro, elles ont finalement porté les bébés de leurs parents d’intention mais il a fallu attendre plusieurs années pour que cette famille soit enfin comblée. Cet article reviendra sur leur parcours et leur expérience en tant que porteuses pour des parents infertiles.


Amélie Lemieux, qui a perdu ses deux filles Nora et Romy en 2020, souhaite devenir mère de nouveau. Ayant subi une opération à l’utérus neuf mois avant le drame, elle doit donc faire appel à une femme porteuse. Cependant, au Québec, les femmes porteuses n’ont aucune valeur juridique, ce qui signifie qu’une femme qui accouche est considérée comme la mère de l’enfant, que celui-ci ait été conçu avec ses embryons ou non. La seule solution pour les parents biologiques est l’adoption de l’enfant. Amélie Lemieux dénonce fortement cette situation, sachant que d’autres provinces canadiennes encadrent juridiquement le processus de femmes porteuses. Sa démarche a été vivement critiquée sur les réseaux sociaux, mais Amélie Lemieux a expliqué qu’en aucun cas sa démarche n’avait pour but de remplacer Romy et Nora.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Lilatón : 6 200 femmes et le même cri

Lilatón : 6 200 femmes et le même cri

2024-02-28 08:45:12 mercredi 28 février 2024, 06h45 Commentaire Copier le lien WhatsApp Facebook X LinkedIn Télégramme Le mois de mars approche et, comme de coutume,

ADVERTISEMENT