Nouvelles Du Monde

Plus de 670 personnes auraient été tuées dans un glissement de terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée, selon l’agence de l’ONU

Plus de 670 personnes auraient été tuées dans un glissement de terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée, selon l’agence de l’ONU

Plus de 670 personnes seraient mortes dans le glissement de terrain massif en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a estimé dimanche l’agence des Nations Unies pour les migrations, alors que les efforts de secours se poursuivaient.

Jusqu’à présent, seuls cinq corps ont été extraits des décombres.

L’agence a basé ses estimations du nombre de morts sur les informations fournies par les responsables du village de Yambali, dans la province d’Enga, qui affirment que plus de 150 maisons ont été ensevelies dans le glissement de terrain de vendredi, a déclaré Serhan Aktoprak, chef de mission de l’agence en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans un communiqué par courrier électronique. .


« Risque extrême pour tout le monde »

“La terre continue de glisser, les roches tombent, le sol se fissure en raison de l’augmentation constante de la pression et les eaux souterraines coulent, la zone présente donc un risque extrême pour tout le monde”, a déclaré Aktoprak.

Plus de 250 maisons à proximité ont été abandonnées par les habitants, qui s’étaient réfugiés temporairement chez leurs parents et amis, et quelque 1 250 personnes ont été déplacées, a indiqué l’agence.

“Les gens utilisent des bâtons à creuser, des bêches, de grandes fourches agricoles pour retirer les corps enfouis sous le sol”, a déclaré Aktoprak.

Lire aussi  L'attaque cruelle contre une garderie à Blumenau caractérise la violence dans la société d'aujourd'hui, selon un sociologue

L’OIM a indiqué qu’une école primaire, des petits commerces et des stands, une maison d’hôtes et une station-service ont également été enterrés.

Le bureau de l’ONU en Papouasie-Nouvelle-Guinée a déclaré que cinq corps avaient été retrouvés dans une zone où 50 à 60 maisons avaient été détruites et un certain nombre de blessés, dont au moins 20 femmes et enfants.

L’OIM a déclaré que la communauté de ce village était relativement jeune et qu’il est à craindre que le plus grand nombre de victimes soient des enfants de 15 ans ou moins.

Les terrains éloignés et vallonnés ralentissent les efforts

Des images des réseaux sociaux publiées par des villageois et des équipes de médias locaux montrent des gens escaladant des rochers, des arbres déracinés et des monticules de terre à la recherche de survivants. On pouvait entendre des femmes pleurer en arrière-plan.

Le glissement de terrain a touché un tronçon d’autoroute près de la mine d’or Porgera, exploitée par Barrick Gold par l’intermédiaire de Barrick Niugini Ltd., sa coentreprise avec la société chinoise Zijin Mining.

Lire aussi  Les soins non rémunérés dispensés dans les hôpitaux aux migrants du Colorado « ne sont pas durables », prévient UCHealth – Greeley Tribune

L’autoroute Porgera reste bloquée, a indiqué l’OIM, et le seul moyen d’atteindre la mine d’or de Porgera et d’autres localités coupées du reste de la province d’Enga est par hélicoptère.

On voit des villageois fouiller la terre et les roches suite au glissement de terrain survenu dimanche dans le village de Yambali, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. (Mohamud Omer/Organisation internationale pour les migrations/Associated Press)

L’éloignement géographique et le terrain accidenté et vallonné ralentissent les efforts de secours et d’aide.

Le gouvernement et l’équipe d’ingénieurs des Forces de défense de PNG sont désormais sur le terrain, mais les équipements lourds comme les excavatrices, nécessaires au sauvetage, n’ont pas encore atteint le village. L’OIM a déclaré que la communauté ne pourrait pas autoriser l’utilisation d’excavatrices jusqu’à ce qu’elle considère qu’elle a rempli ses obligations de deuil et de deuil.

“Les gens acceptent le fait que ceux qui se trouvent sous les décombres sont désormais pratiquement perdus”, a déclaré l’OIM dans une précédente mise à jour par courrier électronique.

Le gouvernement prévoit de créer deux centres de soins/évacuation, chacun d’un côté de la zone touchée par le glissement de terrain, pour accueillir les déplacés qui pourraient avoir besoin d’un abri.

Un convoi humanitaire a commencé à distribuer de l’eau en bouteille, de la nourriture, des vêtements, des kits d’hygiène, des ustensiles de cuisine et des bâches, ainsi que des équipements de protection individuelle.

Lire aussi  Neuf morts et plusieurs blessés après la plongée d'un matatu dans la rivière Mbagathi

L’organisation humanitaire CARE Australie a déclaré samedi soir que près de 4 000 personnes vivaient dans la zone touchée, mais que le nombre de personnes touchées était probablement plus élevé car la zone est “un lieu de refuge pour les personnes déplacées par les conflits” dans les zones voisines.

Les gens se rassemblent sur le site d'un glissement de terrain.
Des gens se rassemblent vendredi sur le site d’un glissement de terrain dans la région de Maip Mulitaka, dans la province d’Enga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. (STR/AFP/Getty Images)

Au moins 26 hommes ont été tués dans la province d’Enga en février dans une embuscade au milieu de violences tribales qui ont incité le Premier ministre James Marape à donner des pouvoirs d’arrestation à l’armée du pays.

Le glissement de terrain a laissé des débris jusqu’à huit mètres de profondeur sur 200 kilomètres carrés, coupant l’accès routier et rendant les efforts de secours difficiles, a indiqué CARE.

Marape a déclaré que les responsables des catastrophes, les forces de défense et le ministère des Travaux publics et des Routes contribuaient aux efforts de secours et de rétablissement.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT