Plus de 400 casques blancs syriens exfiltrés en Jordanie lors d'opérations secrètes

Plus de 400 casques blancs syriens exfiltrés en Jordanie lors d'opérations secrètes

Israël, qui a organisé le transfert, a décrit l'hébergement des membres de l'organisation de secours des rebelles comme un «geste humanitaire exceptionnel».

L'opération s'est déroulée dans le plus grand secret, dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 juillet. Plus de quatre cents casques blancs, ces sauveteurs volontaires dans les zones rebelles en Syrie, et les membres de leurs familles ont été évacués par Israël en Jordanie alors qu'ils semblaient pris au piège par l'offensive du régime dans le sud de la Syrie.

L'opération d'évacuation intervient alors que le régime de Bachar Al-Assad est sur le point, avec l'aide de Moscou, de reprendre aux rebelles les derniers secteurs qu'ils contrôlent dans le sud de la Syrie. En fait, les forces pro-gouvernementales contrôlent maintenant la grande majorité des provinces de Deraa et Quneitra, qui bordent la partie occupée par Israël des hauteurs du Golan, grâce à l'offensive militaire lancée le 19 juin et aux accords de capitulation négociés par Moscou.

Après que plusieurs sources ont annoncé dimanche matin que quelque 800 Syriens avaient été évacués de Syrie via Israël vers la Jordanie, le ministère jordanien des Affaires étrangères a déclaré dans la soirée que seulement 422 personnes étaient arrivées dans le royaume.

Ils doivent être hébergés en Jordanie jusqu'à trois mois avant d'être transférés en Grande-Bretagne, en Allemagne et au Canada, qui se sont présentés pour les accueillir, selon les autorités d'Amman.

Un deuxième groupe de Syriens n'a pas pu être évacué au cours de la période d'ouverture de la frontière israélienne, a indiqué une source gouvernementale canadienne. Ce groupe est toujours en Syrie et il n'est pas certain qu'une nouvelle opération puisse être montée, a déclaré la même source, soulignant que la situation sur le terrain était "Précaire".

Une opération secrète, au milieu de la nuit

Raëd Saleh, responsable des casques blancs, affirme que les familles ont été évacuées "Pour des raisons purement humanitaires" parce qu'ils étaient en danger dans les provinces de Quneitra et Deraa, à cause de "Menaces répétées contre eux par la Russie et le régime". Moscou et Damas accusent les travailleurs humanitaires d'être liés à des groupes djihadistes et "Mensonges" sur leurs opérations militaires.

Selon l'armée israélienne, l'opération a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche et les proches des Casques blancs évacués sont pour la plupart des enfants. Selon le quotidien israélien Haaretz, les évacués, dont les FDI avaient une liste de noms, ont convergé vers deux points de rencontre distincts. L'armée a ouvert ces deux passages à niveau et a embarqué des gens dans des autobus qui les ont amenés directement à un poste frontalier avec la Jordanie.

"Ces gens ont sauvé des vies et leurs vies sont maintenant en danger, c'est pourquoi j'ai accepté de les emmener par Israël dans un pays tiers"a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

La communauté internationale soulagée

Les États-Unis ont félicité Israël, la Jordanie, l'Allemagne, le Canada et la Grande-Bretagne pour leur rôle dans cette opération.

A Londres, le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt et la ministre du Développement international Penny Mordaunt ont déclaré dans un communiqué que "Ressenti (…) que les (casques blancs) avaient besoin d'une protection immédiate"rappelant qu'ils avaient été "La cible des attaques" autrefois.

A Berlin, le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a déclaré au quotidien Bild que son pays accueillerait huit sauveteurs et leurs familles, une cinquantaine de personnes selon la publication.

Le ministère canadien des Affaires étrangères a assuré qu'Ottawa accueillerait jusqu'à cinquante casques blancs et leurs familles. Selon la chaîne publique CBCcela pourrait représenter un quota d'environ 250 personnes.

Une organisation de bénévoles qui aide les victimes

Les casques blancs sont devenus célèbres pour leurs opérations de secours en Syrie, où le conflit a fait plus de 350 000 victimes et causé des dégâts considérables depuis 2011. Leur travail très médiatisé leur a valu le titre de lauréat du prix Nobel de la paix. paix en 2016.

Volontaires, les casques blancs sont sortis de l'anonymat grâce à des vidéos poignantes relayées sur les réseaux sociaux, les montrant, casques sur la tête, se précipiter sur les lieux bombardés pour en extraire les survivants, notamment les enfants, enterrés sous les décombres des bâtiments détruits par les bombardements le régime ou son allié russe. Ces sauveteurs insistent sur leur neutralité et leur non-affiliation à un groupe politique ou armé.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.