PGEP: L’ex-femme d’Ophélie Winter confondue avec le père d’une victime de Marc Dutroux

Depuis plusieurs semaines, l'affaire Ophélie Winter passionne les lecteurs de magazines et les téléspectateurs. Ne touchez pas à ma TV. Une séquence sur la chanteuse vient d'être diffusée le 3 octobre 2019 dans l'émission C8. Une magnéto qui parle beaucoup aujourd'hui à cause d'une erreur grave commise en coulisse.

Des témoignages de toutes sortes pleuvent sur la situation financière catastrophique d'Ophélie Winter qui est maintenant en ruine. Le dernier témoignage en date est celui de son ancien compagnon d’affaires, Rudolph Van Dalen. Celui-ci évoqué pour La capitale (Presse belge) ses quatre années de relation avec la blonde de 45 ans. Voulant revenir à ce nouveau rebond, Cyril Hanouna a lancé dans son spectacle une magnéto dans laquelle devait apparaître le visage du célèbre Néerlandais … Sauf qu'il y avait une erreur sur la personne et quelle erreur!

Ce n'est pas le visage de Rudolph Van Dalen que les fans de Baba ont pu voir, mais celui de Jean-Denis Lejeune. Un homme dont la fille est l'une des victimes de Marc Dutroux, condamné en 2004 à la prison à perpétuité pour cinq meurtres, est le chef d'une association criminelle impliquée dans des enlèvements d'enfants, des enlèvements, des viols avec torture et du trafic de drogue.

Cette erreur coïncide extrêmement mal avec l'actualité, puisque le 31 septembre, le tribunal de l'application des peines de Bruxelles décida d'accorder à Michel Lelièvre, complice de Marc Dutroux, sa libération sous certaines conditions. Une décision à laquelle Jean-Denis Lejeune a réagi précisément le 3 octobre, quelques heures avant la gaffe TPMP. Alors que son visage était diffusé sur C8, il a exprimé son désir de se retirer des réseaux sociaux. "Avec le problème de la libération conditionnelle de Lelièvre et bientôt de Dutroux, je suis régulièrement sollicité par divers organes de presse écrite, de radio et de télévision. Je vous dis que j'ai décidé de ne plus réagir. À partir de maintenant, je serai spectateur et viendrai ce qui se passera puisque nous devons respecter les lois en vigueur dans notre pays concernant la libération conditionnelle des prédateurs sexuels, en particulier des enfants. Il appartiendra à tous nos dirigeants politiques, médecins et magistrats d’assumer leurs responsabilités et de gérer la situation et celles à venir. Courage pour les futures victimes", écrit-il sur Facebook.

. (TagsToTranslate) https://www.purepeople.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.