Nouvelles Du Monde

Perez de 9, la FIA mérite 0, mais le plafond budgétaire de Red Bull vaut 10 – Corriere.it

Perez de 9, la FIA mérite 0, mais le plafond budgétaire de Red Bull vaut 10 – Corriere.it
de Flavio Vanetti

Perez prend 9 parce qu’il a enfreint les règles deux fois, Verstappen 5 (comme l’équipe) parce qu’il fait trop de bêtises, Hamilton trop mal, le grand Alonso (7,5) retenu par l’Alpine

Plus que ça Sergio Perez, victorieux à la fois sur la piste à la fois dans les heures supplémentaires d’un jugement des commissaires qui lui vaut la peine minimale, pleut le monarque de la nuit de Singapour. Le circuit fait rage et s’inonde, puis il prend congé mais laisse derrière lui une piste toujours trop humide pour les pneus slicks (félicitations à ceux qui s’attendaient à un retour rapide à l’asphalte sec). Au final le marionnettiste d’une course endormie qui s’illumine au son des drapeaux jaunes et de la voiture de sécurité et offre un final plein d’émotions. Dans un GP devenu une élimination, beaucoup déraillent – Verstappen et Hamilton aussi du côté des pilotes -, mais d’abord la FIA pour passer le cap (encore), avec des temps de décision paresseux. Nous ne sommes pas au niveau de la farce de Monza, mais presque.

Et comme si ça ne suffisait pas, ici ça éclate le grain des plafonds budgétaires que Red Bull et Aston Martin auraient violés: Au-delà de ce qui s’est réellement passé, la preuve que des choses décisives continuent d’échouer dans le monde de la F1. Mais voici les bulletins de la sixième à dernière course de la saison, la course qui aurait pu confirmer Max Verstappen sur le trône et qui l’a plutôt envoyé derrière le tableau noir.

Sur la semelle : 10

La taupe au sens de Mister X qui a fait fuiter l’indiscrétion que quelques équipes ne seraient pas en place avec l’argent dépensé. partit immédiatement à la recherche du dessinateur, avec la volonté de l’identifier et de l’attraper pour le faire payer. Bien sûr, informer n’est jamais beau, mais on lui donne 10 car dans un monde qui garde souvent tout pour lui, certaines choses ne seraient peut-être jamais sorties. Ou ils sortiraient d’une manière accommodante.

Charles Leclerc : 8

Il ne peut pas défendre, comme à Monte Carlo, la première place samedi du scintillement de Perez. Puis il insiste, se débat, survit à un arrêt au stand lent (arrivé long, les mécanos ont dû se repositionner) et tente jusqu’à ce que les performances des pneus avant s’effondrent. Pour l’arithmétique, cependant, il est toujours en lice pour le titre.

Lando Norris : 7

La médaille de bois (quatrième place) a obtenu à Marina Bay le deuxième meilleur résultat de la saison après le plus bas podium à Imola. Grâce à une McLaren décevante, Lando s’était jusqu’ici perdu dans les brumes de l’anonymat. Peut-être que maintenant je peux rallumer la lumière.

Daniel Ricciardo : 7

Si Verstappen a été brûlé par le feu du retour rapide, le Kangourou a décliné l’ascension de la dix-septième place (résultat d’une autre mauvaise journée en qualifications) avec une sagesse non séparée du courage. Déjà à pied par McLaren et peut-être sans baquet pour 2023, ce GP peut donner de la vigueur à ses actions au plus bas historique. Et Verstappen pourrait lui demander des conseils sur la façon de gérer certaines situations.

Carlos Sainz : 6/7

La défense d’Hamilton au début était solide, mais après cela, il n’a jamais eu de réelle chance de passer à l’attaque. En effet, il devait d’abord repousser les attaques d’Hamilton et de Norris plus tard. En tant que ministre de la Défense, cela a fonctionné, mais votre médecin généraliste manque peut-être un peu de polissage.

Pierre Gasly: 6,5

Un point pour permettre à l’Alpha Tauri, de s’élever de la zone de dépression après avoir vu Yuki Tsunoda, qui n’en a pas réussi un depuis un moment (ou peu ou rien ne lui va), interpréter avec optimisme une courbe et s’écraser dans les barrières comme une volaille .

Ferrari : 6

La pole de Leclerc ne lui a pas permis de ralentir la série de victoires consécutives de Red Bull (il y en a désormais 7). Et ce malgré une piste adaptée aux caractéristiques des F1-75. Le Rouge est compétitif, mais il en faut plus pour gagner. Et en informant Leclerc que Perez faisait l’objet d’une enquête, il valait peut-être mieux ne pas chiffrer la sanction que risquait le Mexicain : Sergio aurait pu en subir une plus sévère, mais c’est peut-être ainsi que s’oriente la FIA, sachant ce que Ferrari attendait.

Max Verstappen : 5

Trop nerveux et impatient, auteur d’erreurs pas comme un champion du monde, comme au départ où il a calé. Insuffisance à partager avec l’équipe (le tour depuis la pole position qu’il a dû interrompre samedi, pour ne pas se retrouver avec un niveau de carburant insuffisant passer les contrôles relève d’une connerie ou d’un tour raté), dans une journée pleine de foudre mais aussi de bavures et de l’erreur capitale au redémarrage après le dernier safety car : la sortie le gifle à la dernière place. Puis Max parvient à se rafistoler grâce à son talent et au missile qu’il pilote, mais il se retrouve piégé dans le train des trois champions du monde (Vettel, Hamilton et lui) en lutte pour des postes de consolation. Lewis dans une tentative de dépasser Sebastian lui donne la huitième place. Mieux qu’un coup de poing au visage.

Lewis Hamilton : 5

Au départ il perd la bataille avec Sainz pour la troisième place (mais il se plaint à la radio : Il m’a jeté dehors), puis il talonne le pilote Ferrari dans le (vain) espoir de le dépasser. Il s’inscrit au club des maçons et la chute du 33e tour, semblable à celle d’Imola, le condamne de fait à renoncer à ses rêves de podium. L’erreur dans l’attaque de Vettel, qui le relègue à la neuvième place, atteint le père mort : la saison se poursuit sans victoire.

Lire aussi  De plus en plus de personnes meurent à cause de chutes : un doublement en plus de dix ans | Santé
Mick Schumacher : 4,5

Les relations au sein de Haas se sont détériorées, mais Mick ne fait rien pour soigner son image. Il reçoit également les insultes de Russell après une manœuvre dangereuse : il court comme s’il disputait la course de sa vie.

Alpin : 4

Mauvaise histoire si les deux voitures se sont séparées alors que la bataille avec McLaren pour la quatrième place du championnat des constructeurs a été torride. Le zéro de Singapour donne une pénalité que jel’équipe Woking se transforme en reprenant la place au classement (7,5 voix: plus consistant que d’habitude, malgré les tourments qui subsistent). Enfin pur blasphème n’ayant pas permis un Fernando Alonso (vote 7,5 : Nando était à l’affût, en vue des postes de valeur) pour fêter dignement le 350e GP de sa carrière.

Christian Horner : 3

Bien sûr, le Red Bull dont le chef d’équipe a droit à la présomption d’innocence jusqu’à ce que la question du plafond budgétaire soit clarifiée. Mais pourquoi alors a-t-il crié préventivement alors que par le passé d’autres équipes ont fait l’objet d’une enquête ?

Nicolas Latifi : 1

Après l’avoir vu envoyer le pauvre Zhou Guanyu (Alfa Romeo) contre le mur, la question fatidique revient : comment diable s’est-il retrouvé en F1 ?

FIA : 0

Une question se pose justement sur le plafond budgétaire : ne devrait-il pas y avoir un mécanisme en place qui bloque a priori les risques de fraude et de contournement des règles ? Quant aux événements sur la piste, nous avons encore une fois assisté à en difficulté, décisions lentes (presque 3h30 pour délibérer sur Perez) à un pilote de voiture de sécurité qui, à un moment donné, bien que sa mission soit la réconciliation de la grille, tournait comme un chat de marbre.

2 octobre 2022 (changement 2 octobre 2022 | 23:20)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT