Nouvelles Du Monde

Pas seulement les enfants et les personnes âgées : le défi de la vaccination des adultes pour vieillir en bonne santé

Pas seulement les enfants et les personnes âgées : le défi de la vaccination des adultes pour vieillir en bonne santé

2024-04-24 12:37:23

L’Europe, et l’Italie en particulier, est colorée en gris parce que les gens vivent plus longtemps et on estime que d’ici 2030, la population de plus de 60 ans augmentera de 34 %, pour atteindre 2,1 milliards d’ici 2050. Une bonne nouvelle à condition de vieillir en bonne santé, un objectif qui peut être atteint grâce à la prévention, un mot pas du tout abstrait qui inclut – outre les modes de vie sains – également les vaccins actuellement disponibles contre les maladies évitables. A l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination promue par l’Organisation mondiale de la santé du 24 au 30 avril (la semaine européenne est du 21 au 27 avril), la société pharmaceutique GSK a organisé un événement intitulé « Libérer le pouvoir de la prévention : faire de la vaccination des adultes une norme ». de soins dans un monde vieillissant” qui s’est déroulé à Wavre en Belgique, l’un des plus grands sites de production de vaccins au monde avec une superficie totale de 550 000 mètres, plus de 70 terrains de football.

Seuls deux Italiens sur dix sont vaccinés contre le Covid pendant la grossesse

par Simone Valesini


La vaccination, pierre angulaire de la prévention

C’est précisément ces jours-ci, à l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination, qui marque le 50e anniversaire de l’introduction du programme étendu de vaccination, Stella Kyriakides, commissaire chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, a rappelé qu’en 1974, seulement 5 % des enfants dans le monde avaient été vaccinés contre la diphtérie. , le tétanos et la coqueluche. Aujourd’hui, ce chiffre atteint près de 85 % des enfants dans le monde et 94 % dans la Région européenne de l’OMS. Mais ces dernières années, on a constaté un déclin des vaccinations dans une grande partie de l’Europe et au cours des trois dernières années, plus de 1,8 million d’enfants n’ont pas pu être vaccinés contre la rougeole. La conséquence en est une multiplication par 60 du nombre de cas en 2023 par rapport à 2022. « Nous vivons dans un contexte très difficile et nous semblons avoir oublié l’expérience du Covid », explique Sibilia Quilici, directrice exécutive de Vaccins de la Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques (EPFIA). « L’émergence de nouvelles infections, le changement climatique, le vieillissement de la population et la résistance aux antibiotiques mettent en danger la santé et les systèmes de santé mondiaux : la vaccination est la pierre angulaire de la prévention ».

Quels vaccins pour un voyage à Madagascar en août ?



Les fondements d’une longévité saine

On estime que sur dix ans, de 2021 à 2030, la population de plus de 60 ans augmentera de 34 % et qu’en 2050, on comptera 2,1 milliards d’adultes de plus de 60 ans. Bien que de nombreuses maladies infectieuses soient évitables, elles représentent néanmoins un coût de santé élevé chez les adultes qui ont tendance à ne pas être vaccinés. Pourtant, à mesure que nous vieillissons, notre système immunitaire s’affaiblit et nous rend plus vulnérables aux maladies, avec des conséquences également sur la productivité du travail et les coûts sociaux. « La plupart des gens – explique Jane Barratt, conseillère mondiale de la Fédération internationale sur le vieillissement (Ifa) – comprennent l’importance d’une alimentation saine et d’une activité physique régulière pour améliorer et maintenir leur fonctionnalité, y compris la mobilité, mais ils sont beaucoup moins conscients qu’en vieillissant , il y a un affaiblissement naturel de notre système immunitaire, ce qui rend de plus en plus difficile la lutte contre les infections et la guérison des maladies.

Lire aussi  Représentant de l'engagement clinique

Choléra, l’OMS approuve un nouveau vaccin oral

par Mara Magistroni



L’immunosescence

À partir de 20 ans, le système immunitaire commence à évoluer progressivement selon un processus appelé déclin immunitaire lié à l’âge ou immunosénescence. La résilience acquise chez les jeunes s’estompe progressivement jusqu’à environ 50 ans, lorsque le risque d’infections et de conséquences plus graves commence à devenir de plus en plus évident. “À mesure que les gens vivent plus longtemps, il est essentiel qu’ils soient bien informés et comprennent les risques de maladies infectieuses, telles que le zona, la grippe et la pneumonie, et qu’ils se soutiennent pour vieillir en bonne santé”, a ajouté Barratt. années de maturité où nous prenons des mesures pour maintenir et améliorer notre fonctionnalité et notre qualité de vie. Bref, les vaccins peuvent aussi aider à vieillir en bonne santé : « Il faut dépasser l’idée selon laquelle la vaccination est un événement ponctuel pour les enfants ou les personnes âgées fragiles et inciter les gouvernements et la population à adopter la vaccination tout au long de la vie. Cette stratégie peut non seulement prévenir les infections individuelles, mais aussi conduire à une population vieillissante en meilleure santé et protéger davantage contre les effets de la comorbidité avec d’autres maladies. »

Rougeole, coqueluche et autres maladies évitables : une semaine pour rappeler l’importance des vaccins

chez Emanuela Pasi



L’effet « gagnant-gagnant »

Cela crée un effet « gagnant-gagnant » puisque les vaccins, en réduisant les infections, limitent le besoin d’antibiotiques et protègent ainsi les générations futures de la propagation de la résistance aux antimicrobiens. «En outre – ajoute Barratt – les programmes de vaccination ont une capacité unique à atteindre les populations difficiles à atteindre et peuvent être utilisés comme base pour renforcer les systèmes de santé primaires tout au long de la vie et, par conséquent, également pour promouvoir la couverture universelle des soins de santé et la santé de la population. population en général ».

L’impact économique d’une population non protégée

On estime qu’environ 1 000 milliards de dollars de productivité sont perdus chaque année en raison des maladies évitables chez les personnes âgées de 50 à 64 ans dans les pays du G20. Par exemple, il y a 330 000 hospitalisations de personnes âgées dans le monde chaque année en raison du seul virus respiratoire syncytial (VRS). Les patients adultes hospitalisés pour le VRS peuvent éprouver des problèmes importants à long terme. Jusqu’à 24,5 % nécessitent des soins professionnels à domicile, 26,6 % ont dû être réadmis dans les 3 mois suivant leur sortie de l’hôpital et le taux de mortalité est de près de 33 % dans l’année suivant l’hospitalisation. 8 % des patients âgés de ≥ 60 ans admis à l’hôpital avec un VRS confirmé ont signalé une perte continue d’autonomie 6 mois après leur sortie de l’hôpital.

Lire aussi  AUSL | Communication et presse

L’étude italienne sur les coûts des vaccinations manquées

Récemment un studio L’évaluation italienne publiée dans l’International Journal of Technology sur les soins de santé a évalué l’impact fiscal et les économies potentielles résultant de trois vaccins chez les adultes : la grippe, l’herpès zoster et le pneumocoque. Pour la grippe, avec un nombre estimé de 2,1 millions de personnes infectées, l’impact économique total s’élève à près d’un milliard d’euros. Sur ce chiffre, 160 millions d’euros représentent l’impact fiscal, mettant en évidence une pression considérable sur le système de santé et la productivité du travail. Les maladies pneumococciques, bien que moins répandues avec environ 90 000 cas, ont eu un impact économique significatif d’environ 148 millions d’euros, avec un impact fiscal de 24 millions. Enfin, le zona, avec environ 6 400 cas, a généré un impact total de 4 777 200 euros. Sur cette somme, 630 000 euros proviennent de la diminution des recettes fiscales, ce qui souligne l’impact direct de cette maladie moins répandue mais non moins grave sur les ressources économiques.

Données sur les économies générées par les vaccinations

Ces données mettent en évidence non seulement le fardeau économique des maladies infectieuses en Italie, mais également la nécessité de politiques de santé efficaces pour atténuer leur impact. L’étude italienne a cependant également évalué l’effet potentiel des programmes de vaccination des adultes âgés de 30 à 60 ans contre ces trois maladies, en l’estimant sur la base de la réduction annuelle de 200 000 cas de grippe, de 400 cas de zona et de 9 000 cas. d’une infection pneumococcique. On a calculé qu’il serait possible de réaliser des économies de 129 millions d’euros pour la grippe, de 299 000 euros pour le zona et de 14 millions pour le pneumocoque.

On n’investit pas assez dans la vaccination

Lors de la réunion organisée par GSK, ont également été présentées les données d’une étude menée aux Pays-Bas qui démontre que chaque euro investi dans la vaccination des adultes de 50 ans et plus produirait plus de 4 euros de revenu économique pour le reste de leur vie. ses effets sur la croissance, la productivité, la fiscalité et les systèmes de retraite. Malgré ces preuves scientifiques, la vaccination n’a pas la priorité sur le financement gouvernemental. “L’allocation insuffisante des budgets pour les vaccins et les campagnes de vaccination, ainsi que les pratiques de remboursement souvent trop longues, constituent un problème”, souligne Quilici. « 77 % des pays de l’UE et du Royaume-Uni consacrent moins de 0,5 % de leur budget de santé à la vaccination. 58 % des pays de l’UE ne financent pas la vaccination contre la grippe et connaissent des taux de couverture inférieurs à ceux des pays bénéficiant d’un financement public. De plus, dans 30 % des États membres, le processus de remboursement des nouveaux vaccins s’étend souvent au-delà d’un long horizon de six ans. Le fait est que les ministres de la Santé ne parlent pas le même langage que les ministres des Finances qui cherchent à économiser les ressources. Mais il est nécessaire de changer notre approche et de considérer ces coûts non pas comme une dépense mais comme un investissement qui permet aux systèmes de santé de réaliser des économies. »

Lire aussi  Coronavirus: les EAU signalent 88 cas de Covid-19, 100 guérisons, aucun décès - Actualités

Comment surmonter l’hésitation à la vaccination

Après avoir établi que la prévention par la vaccination profite à tous, un obstacle non négligeable est l’hésitation à la vaccination qui se propage parmi de nombreuses couches de la population. Ce qui peut être fait? « Nous devons changer le discours et nous concentrer sur la littératie en matière de santé », répond Barratt qui ajoute : « Nous devons fournir la bonne information directement aux gens plutôt que d’attendre qu’ils la recherchent, peut-être qu’ils tombent sur de fausses nouvelles, donc pas seulement des articles. dans les médias traditionnels, à la radio, à la télévision ou sur les réseaux sociaux mais aussi sur des affiches dans les bus, dans la rue, dans les pharmacies et même dans les supermarchés. »

Comment naît un vaccin

Développer l’éducation en matière de santé, c’est aussi sensibiliser les gens à la quantité de travail nécessaire pour obtenir un vaccin : « Il s’agit d’un processus très complexe et très réglementé qui peut prendre jusqu’à 30 ans entre les premières étapes initiales et le moment où il atteint le patient », explique Emmanuel Félix. , vice-président de GSK, opérations en Belgique, fabrication de vaccins. « Nous devons respecter de nombreuses étapes et des contrôles de qualité élevés, mais nous commençons également à travailler avec l’intelligence artificielle en utilisant la technologie des jumeaux numériques pour créer des modèles détaillés du système immunitaire humain ou d’agents pathogènes spécifiques. » Et Sibilia Quilici de conclure : “Pour inspirer confiance et faire comprendre l’importance de la vaccination, je pense qu’il est essentiel d’expliquer non seulement à la population mais aussi aux institutions combien il y a de science derrière le développement d’un vaccin”.



#Pas #seulement #les #enfants #les #personnes #âgées #défi #vaccination #des #adultes #pour #vieillir #bonne #santé
1713956142

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT