Pas étonnant de voir plus de cas de COVID-19 chez les enfants de moins de 10 ans: Dr Roumeliotis

OTTAWA – Un médecin hygiéniste de l’est de l’Ontario n’est pas surpris qu’Ottawa ait vu une augmentation des cas de COVID-19 impliquant des personnes de moins de 10 ans.

Et avec le début de la nouvelle année scolaire à seulement cinq semaines, le Dr Paul Roumeliotis du Bureau de santé de l’est de l’Ontario dit qu’il est important que les personnes de tous âges pratiquent la distanciation physique tout en socialisant maintenant pour aider à limiter la propagation du COVID-19.

«Mieux nous le contrôlons, plus les écoles normales commenceront», a déclaré le Dr Roumeliotis lors d’une entrevue sur CTV News à Six avec Stefan Keyes.

Santé publique Ottawa a rapporté samedi que neuf des 28 nouveaux cas de COVID-19 concernaient des enfants de moins de 10 ans. Deux autres cas concernaient des jeunes âgés de 10 à 19 ans.

“Je ne suis pas surpris. Je l’ai déjà dit en tant que pédiatre, je sais que les enfants sont très vulnérables aux virus, même si celui-ci nous savions qu’il ne causerait pas de maladie grave à la majorité des enfants », a déclaré le Dr Roumeliotis samedi soir.

«Mais c’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons en fait fermé les écoles en mars par crainte que les enfants ne l’obtiennent, car les enfants peuvent avoir des symptômes très légers mais ensuite les donner à leurs parents et grands-parents.

Selon le Dr Roumeliotis, alors qu’Ottawa et l’est de l’Ontario passaient à l’étape 3 et que de plus en plus d’entreprises rouvraient, plus d’enfants sortaient avec des gens pour des fêtes et d’autres rassemblements.

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario a vu huit personnes de moins de 20 ans testées positives au COVID-19. 15 autres personnes âgées de 20 à 29 ans ont été testées positives pour le nouveau coronavirus.

Le Dr Roumeliotis a déclaré qu’il ne connaissait pas les détails des cas impliquant des enfants de moins de 10 ans à Ottawa, mais les cas impliquant de jeunes enfants dans sa région faisaient partie «d’aller à des fêtes ou de grands rassemblements où il n’y a pas de distanciation sociale».

À Ottawa, Santé publique Ottawa a rappelé aux gens d’être conscients du COVID tout en socialisant; notamment en recommandant aux gens d’interagir à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur.

«Nous devons comprendre que nous sommes toujours au milieu d’une pandémie et que nous avons toujours le virus littéralement dans notre arrière-cour», a déclaré le Dr Roumeliotis.

“Ce que nous devons faire, c’est que nous devons enseigner aux enfants et à leurs parents de toute évidence que même s’ils peuvent sortir, aller au restaurant, se réunir avec des amis, ils ont besoin de se distancer socialement.”

Le Dr Roumeliotis a ajouté que les gens pourraient penser que la situation du COVID-19 est meilleure maintenant parce que nous sommes passés à l’étape 3, mais c’est à nous tous de continuer à limiter la propagation du COVID-19.

«Je suis convaincu que si nous faisons passer le message là-bas et que ces jeunes et leurs parents, évidemment, comprennent et comprennent que plus nous sommes capables de contrôler le virus, plus nous sommes en mesure de retourner à l’école. normalement ou aussi normal que possible à l’automne, mieux nous serons en mesure de tolérer la prochaine vague. »

Retour à l’école

Le gouvernement de l’Ontario annoncera la semaine prochaine les plans de la nouvelle année scolaire en septembre. Les conseils scolaires ont été invités à se préparer à trois scénarios: Temps plein en classe, un modèle hybride d’apprentissage en classe et en ligne et d’apprentissage en ligne.

Le présentateur de CTV News à Six, Stefan Keyes, a interrogé le Dr Roumelitios sur le pic des cas impliquant des enfants alors que les responsables rouvraient les écoles et les garderies.

«Cela a toujours été préoccupant. Les écoles ont été inquiétantes parce qu’il est plus difficile de contrôler le contrôle des infections et les autres précautions. Le scénario en milieu scolaire ou dans une garderie ou un camp de jour où toutes les précautions sont en place me semble être un peu plus facile à contrôler qu’une fête hors de contrôle », a déclaré le Dr Roumeliotis.

«Je suis optimiste que nous pourrons avoir les gardes de sécurité dans les écoles ou dans les garderies ou les camps de jour que nous voyons en ce moment. Certaines personnes surveillent la situation. “

Le Dr Roumeliotis a déclaré qu’un cadre scolaire pourrait être différent d’une soirée privée où certains des nouveaux cas ont été liés.

“Ce qui se passe, c’est que ce sont des soirées privées où ils ne vont pas dans des restaurants ou des bars ou quoi que ce soit du genre. La plupart sont des soirées privées sans personne qui les surveille”, a déclaré le Dr Roumeliotis dans l’attente d’une éventuelle réouverture des écoles.

«Je suis optimiste que si nous faisons collectivement ce que nous devons faire, nous pourrons, avec ces précautions, être en mesure de vraiment, vraiment prévenir les infections et faire observer et rappeler ces mesures dans ces écoles.

Le Dr Roumeliotis se dit optimiste quant à la possibilité d’ouvrir des écoles en septembre, mais les chiffres pourraient changer à mesure que l’été se poursuit.

«Mieux nous la contrôlons; plus les écoles normales commenceront. »

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.