Parcoursup: pas de retour à une hiérarchie des souhaits a priori

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a statué aujourd'hui un retour à la priorisation a priori des souhaits des candidats aux études supérieures sur la plateforme Parcoursup mais a déclaré "penser" à une hiérarchisation a posteriori. Le ministre a également ajouté que "moins de 2500" diplômés étaient toujours à la recherche d'une place dans le supérieur, un chiffre qui n'inclut pas les candidats à la réorientation non affectés et qui étaient environ 4 000 le 5 septembre. Invitée sur Franceinfo à faire le bilan de la première année de Parcoursup, qui se termine le 21 septembre, Mme Vidal a déclaré "réfléchir à l'introduction d'une forme de priorisation en précisant" qu'une hiérarchie a priori est absolument délétère si l'on veut vraiment lutter contre l'autocensure et si l'on veut vraiment remettre en place une réelle égalité des chances ". La plateforme précédente, APB, décriée à cause du tirage au sort dans les secteurs en tension, a forcé les candidats à prioriser leurs souhaits lors de leur inscription au début de la procédure. "Sur la hiérarchie, j'ai dit que nous ne reviendrions pas sur une priorisation initiale du processus mais sur un comité dont la mission est d'analyser" fera ses conclusions "en fin de mois et cela me permettra d'annoncer des changements , "dit-elle. Des déclarations qui pourraient ouvrir la voie à une hiérarchie des souhaits a posteriori. Deux cas, déjà mentionnés par les syndicats d'enseignants et les étudiants, sont alors possibles: les candidats peuvent hiérarchiser les réponses aux listes d'attente qu'ils reçoivent. L'autre cas serait la priorisation des souhaits des candidats sur la phase complémentaire. A LIRE AUSSI – »Sur Parcoursup, les étudiants ont été acceptés dans des formations … qui n'existent pas

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.