Home » OTP, mot de passe, bug de liaison portail informatique

OTP, mot de passe, bug de liaison portail informatique

by Nouvelles


interface utilisateur graphique, texte, application, e-mail


© Fourni par The Indian Express


Le ministère des Finances de l’UNION et Infosys se réuniront mardi à la suite de problèmes et d’une multitude de plaintes de consommateurs concernant le nouveau portail fiscal exécuté par la société de logiciels de Bengaluru et lancé le 7 juin. Ceux-ci vont des problèmes de connexion de base, y compris l’incapacité à générer OTP pour la validation Aadhaar, les problèmes de génération de mot de passe, l’impossibilité de lier les anciennes données pour les déclarations antérieures et les problèmes de production des déclarations.

Dans les 15 heures suivant son lancement, la ministre des Finances de l’Union, Nirmala Sitharaman, avait tweeté : « Le très attendu portail de dépôt électronique 2.0 a été lancé hier soir à 20h45. Je vois dans mes griefs et problèmes TL. J’espère que @Infosys et @NandanNilekani ne laisseront pas tomber nos contribuables dans la qualité du service fourni. La facilité de mise en conformité pour le contribuable devrait être notre priorité. Elle a dirigé Infosys vers rapidement “se pencher sur la question”.

Depuis lors, les contribuables ont signalé plus de problèmes, notamment l’option « mot de passe oublié » qui ne fonctionnait pas, les données des déclarations antérieures n’étant pas visibles, les déclarations informatiques ne se téléchargeant pas au format PDF, des problèmes de demande de réémission de remboursement, l’absence de code captcha pour la connexion, l’incompatibilité des données PAN, et les entreprises de moins de 18 ans indiquées comme « mineures » et non autorisées à produire des déclarations. L’Indian Express a appris que certaines de ces questions font désormais partie des représentations officielles auprès du ministère des Finances de l’Union, qui est susceptible de les soulever lors de sa réunion. Infosys a remporté le contrat en 2019 pour développer un nouveau système de déclaration de revenus qui réduirait le temps de traitement des déclarations de 63 jours à un jour et accélérerait les remboursements.

Expliqué |Les pépins sur le nouveau portail de déclaration électronique de l’impôt sur le revenu

Plusieurs sources ont dit L’express indien que les problèmes semblent avoir surgi car des « tests de charge en direct » adéquats n’ont pas été effectués avant le lancement du portail – similaire au lancement en 2017 du réseau de taxe sur les produits et services (GSTN), qui a également été exécuté par Infosys. Le test de charge en direct est une forme de test logiciel qui permet de déterminer les performances d’un système dans des conditions de charge réelles.

Tout porte à croire que le projet a subi un « test d’acceptation par l’utilisateur », qui aurait été approuvé par le service informatique, avant d’être autorisé à un lancement à part entière. Ces tests ont lieu au stade final du développement du logiciel, lorsque les utilisateurs réels testent pour voir s’il est capable d’effectuer les tâches dans des situations réelles.

L’express indien s’est entretenu avec plusieurs agents du gouvernement qui ont témoigné de problèmes avec les « tests de charge ». « Les tests à pleine charge sont généralement effectués par extrapolation. Par exemple, si 100 personnes sont censées se connecter ensemble, l’infrastructure est préparée en gardant une charge 10x, c’est-à-dire 1000. Mais la pleine charge réelle n’a peut-être pas été testée. C’était l’un des problèmes au moment du lancement du GSTN jusqu’à ce que l’ensemble de l’infrastructure, y compris le matériel, le stockage en nuage, etc., soit mis à niveau après avoir testé la pleine charge réelle plutôt que simplement par extrapolation », a déclaré une autre source. Un facteur clé qui différencie le portail fiscal du portail GSTN est le facteur de charge – environ 1,8 à 1,9 crore de contribuables pour GSTN (y compris 1,3 crore enregistré et le reste du régime pré-TPS) et plus de 8,5 crore pour le portail d’impôt sur le revenu .

«Toute l’interface avec le contribuable est censée se faire via ce portail. Par exemple, ce n’est que si le portail est pleinement fonctionnel qu’une fenêtre de communication peut être présentée au contribuable. Maintenant, de nombreux cas de sanctions sont prescrits au 30 juin et les agents des impôts sont inquiets », a déclaré une source.

En réponse à Sitharaman, Nilekani a déclaré qu’Infosys travaillerait à « résoudre » les problèmes. « Le nouveau portail de dépôt électronique facilitera le processus de dépôt et améliorera l’expérience de l’utilisateur final. @nsitharaman ji, nous avons observé des problèmes techniques le premier jour et nous travaillons pour les résoudre. @Infosys regrette ces problèmes initiaux et s’attend à ce que le système se stabilise au cours de la semaine », a-t-il tweeté. L’Indian Express a envoyé un questionnaire à Infosys et à la Commission centrale des impôts directs (CBDT) pour obtenir leur réponse sur les raisons des problèmes, mais n’en a reçu aucune.

Samedi, le directeur de l’exploitation d’Infosys, Pravin Rao, s’est exprimé sur cette question lors de la 40e assemblée générale annuelle de la société et a déclaré que la société s’efforçait de résoudre les problèmes liés au nouveau portail de dépôt électronique de l’impôt sur le revenu.

«Au cours de la semaine dernière, plusieurs problèmes technologiques, qui ont eu un impact sur les performances et la stabilité, ont été résolus et, par conséquent, nous avons observé des milliers d’utilisateurs uniques quotidiens sur le portail. Près de 1 lakh de déclarations de revenus ont été déposées jusqu’à présent », a-t-il déclaré, ajoutant qu’à mesure que de nouvelles fonctions ont été introduites, des problèmes liés au dépôt de formulaires, aux procédures électroniques et à l’e-PAN instantané, entre autres, ont été observés.

“Nous sommes profondément préoccupés par le désagrément initial que le nouveau portail de dépôt électronique a causé aux utilisateurs et nous nous engageons à résoudre tous les problèmes au plus tôt”, a-t-il déclaré.

On apprend qu’Infosys avait demandé du temps pour le déploiement du projet, l’une des préoccupations exprimées étant le manque de support de dépannage adéquat de la part du service fiscal. Le point de vue étant que le service des impôts n’avait pas à respecter une échéance comme au moment du déploiement de la TPS pour lancer le portail technologique en même temps que les modifications législatives.

Le Cabinet a approuvé une sanction de dépenses de 4 241,97 crores de roupies pour le projet de dépôt électronique intégré et de centre de traitement centralisé (CPC) 2.0 du département de l’impôt sur le revenu le 16 janvier 2019 de l’exercice 2018-19 à l’exercice 2026-27, qui comprend le paiement à Infosys. La lettre d’attribution du contrat a été délivrée à Infosys le 23 janvier 2019 pour concevoir, développer, mettre en œuvre, exploiter et entretenir CPC.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.