Osmani : Nous avons demandé la signature d’un document qui mettrait fin à toutes les questions ouvertes avec la Bulgarie

Ministre des Affaires étrangères de la Macédoine du Nord – Bujar Osmani

La République de Macédoine du Nord a demandé que les pourparlers sur les questions ouvertes avec la Bulgarie se terminent par la signature d’un document global (protocole) qui clôturera les questions ouvertes une fois pour toutes et tous les éléments importants pour les deux pays y seront décrits, a déclaré le ministre des Affaires étrangères. a déclaré Bujar Osmani dans une interview à la télévision macédonienne Thelma, citée par BTA.

“Signer un tel protocole ne signifie pas que nous changeons nos positions, mais que nous les renforçons”, a déclaré Osmani.

Il a réitéré que les négociations sont dans une phase sensible et que la partie macédonienne y adhère aux positions étatiques du pays. Selon lui, l’année 2021 n’a pas été ratée car initialement les revendications bulgares n’étaient pas tout à fait claires, mais grâce aux réunions fréquentes, elles ont été clarifiées et ont déjà été incluses dans un paquet politique, qui est actuellement en cours de discussion.

“Nous parlons d’un paquet politique basé sur les propositions du Portugal. Nous avons un processus de négociation actif – experts-politiciens-experts – afin que nous puissions couvrir toutes les questions sous différents angles. Aucune concession ne sera faite pour la langue », a encore dit Osmani, refusant de dire quelle est la position de la Bulgarie sur la condition de la partie macédonienne, car « les négociations sont en cours ».

“Il y a une condition pour garder les positions importantes des deux côtés. Je ne peux pas garantir que nous réussirons, mais nous devons tenter, car le temps n’est ni pour nous ni pour la Bulgarie. Si nous échouons, nous continuerons à chercher une solution », a déclaré Osmani.

Il a réitéré que tout le différend porte sur la contestation par la Bulgarie du cadre de négociation sur la formulation linguistique et la mise en œuvre de l’accord de voisinage de 2017, qui comprend des questions historiques, des discours de haine, la réhabilitation des victimes du communisme et la question de l’inclusion de la communauté bulgare. dans la Constitution, qui bloque le processus de négociation.

Plus tôt dans la journée sur les réseaux sociaux, l’ancien vice-Premier ministre chargé des Affaires européennes et ancien ministre des Affaires étrangères Nikola Dimitrov, à l’occasion des propos du Premier ministre bulgare Kiril Petkov à “Euroactive” qu’ils soumettront une proposition conjointe avec le Premier ministre macédonien pour la CE et ce sera un garant des Bulgares dans la constitution de la République de Macédoine du Nord, a écrit : « Les Bulgares entreront dans la constitution macédonienne lors des négociations avec l’UE. Nous insistons donc nous-mêmes pour que la demande de la Bulgarie devienne européenne. »

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT