nouvelles (1)

Newsletter

Opinion : Un Ontarien sur cinq pourrait bientôt se retrouver sans médecin de famille

Le Dr Mekalai Kumanan est président désigné du Collège des médecins de famille de l’Ontario. La Dre Kamila Premji est médecin de famille et professeure adjointe à l’Université d’Ottawa. Elle est également candidate au doctorat en médecine familiale à l’Université Western.

Bien qu’il y ait eu beaucoup de nouvelles axées sur la crise urgente dans les salles d’urgence de nos hôpitaux, la réalité est que chaque partie du système de santé de l’Ontario est soumise à une pression énorme – et cela inclut les médecins de famille.

Selon les données disponibles les plus récentes, en mars 2020, environ 1,8 million d’Ontariens n’ont pas de médecin de famille régulier. Comme c’est le cas pour une grande partie du système de soins de santé, les demandes en médecine familiale ont été exacerbées par la pandémie et devraient s’aggraver au cours des prochaines années.

Notre province est sur la bonne voie pour voir trois millions d’Ontariens sans médecin de famille régulier d’ici trois ans. C’est un Ontarien sur cinq qui pourrait être touché.

Nous reconnaissons que les problèmes à l’origine de cette pénurie sont difficiles et complexes. Cela nécessitera une approche globale entre les chefs de file des soins de santé, les médecins de famille et le gouvernement de l’Ontario. Pour briser la tendance actuelle et mettre l’Ontario sur la bonne voie, nous devons commencer à y remédier dès maintenant.

Les médecins de famille sont le fondement du système de santé. L’aggravation de la pénurie de médecins de famille aura un effet dévastateur sur la santé et le bien-être des Ontariens.

Lorsque les patients n’ont pas de médecin de famille, les cancers peuvent passer inaperçus. Les patients se tourneront vers les services d’urgence des hôpitaux parce qu’ils n’ont nulle part où aller. Les médecins de famille pourraient ne pas être en mesure de fournir le type de soins dont la population croissante de personnes âgées de l’Ontario a besoin pour rester en bonne santé et vieillir à la maison, ce qui exerce encore plus de pression sur les rares lits de soins de longue durée.

Si les patients ne peuvent pas voir leur médecin en temps opportun, cela a non seulement un impact sur l’individu, mais cela ajoute plus de fardeau – et de coût – à l’ensemble du système de santé.

Alors, comment en sommes-nous arrivés là ? Comment est-ce devenu si mauvais ?

C’est vraiment une tempête parfaite – un ensemble de problèmes complexes qui émergent tous en même temps. Une nouvelle recherche d’INSPIRE Primary Health Care met en évidence quatre principaux facteurs à l’origine de la pénurie de médecins de famille.

Le premier est que de nombreux médecins de famille vieillissent et sont sur le point de prendre leur retraite : 4,9 millions d’Ontariens ont actuellement un médecin de famille de plus de 55 ans. D’autres recherches montrent qu’un médecin de famille sur cinq de la région de Toronto interrogé au printemps 2021 a déclaré qu’il envisageait de fermer leur cabinet au cours des cinq prochaines années. De plus, davantage de médecins de famille ont cessé de travailler au cours des six premiers mois de la pandémie qu’au cours des six premiers mois des années précédentes.

Parallèlement, moins d’étudiants en médecine choisissent de se concentrer sur la médecine familiale, et les jeunes médecins de famille quittent la médecine familiale complète du berceau à la tombe pour d’autres domaines spécialisés. Cette tendance est préoccupante, car elle signifie qu’il y aura moins de médecins de famille dans le système au moment précis où nous en aurons le plus besoin.

Un autre facteur déterminant est que la population de l’Ontario vieillit et que les patients âgés ont besoin de services de santé plus complexes. Les complexités médicales qui accompagnent le fait de vivre plus longtemps signifient que les patients continueront d’avoir besoin de plus de temps et de rendez-vous plus longs. Il est temps que les médecins de famille n’en aient pas.

Enfin, de nombreux médecins de famille sont épuisés par la pandémie. Les médecins de famille continuent de soutenir les efforts de vaccination, travaillent dans les centres d’évaluation COVID et, dans de nombreux cas, travaillent également dans les services d’urgence et les hôpitaux pour les aider à rester ouverts. Pendant ce temps, les médecins de famille voient des patients dans leur cabinet.

Il existe des solutions. Et même si certains problèmes prendront du temps à changer, il y a des choses que nous pouvons faire immédiatement.

L’allégement du fardeau administratif auquel font face les médecins de famille est une solution immédiate. Les médecins de famille consacrent plus de 25 % de leur temps – pour beaucoup, c’est beaucoup plus – à des tâches administratives.

La rationalisation du processus de référence pour les tests, les spécialistes et les services serait utile. Centraliser les dossiers médicaux des patients afin que les médecins de famille puissent accéder facilement aux résultats des patients – sans avoir à envoyer des demandes de suivi qui prennent du temps ou entraînent des retards – depuis d’autres établissements de santé est également essentiel.

Nous devons également veiller à ce que les médecins de famille bénéficient du soutien d’équipes, qui pourraient inclure des professionnels de la santé mentale, du personnel de soutien administratif, des travailleurs sociaux et des infirmières – qui peuvent tous assumer des tâches qui ne nécessitent pas nécessairement un médecin de famille, mais peuvent s’assurer que les patients obtenir les soins dont ils ont besoin.

À l’heure actuelle, la forme la plus courante de soins en équipe dessert 3,4 millions d’Ontariens au sein de 184 équipes. Mais le financement provincial de ce modèle a été gelé, empêchant la formation de nouvelles équipes. Le résultat est que seulement environ 20 pour cent des Ontariens ont actuellement accès à ce modèle de soins.

Nos solutions proposées – réduire le fardeau administratif et créer des équipes – pourraient libérer davantage de temps des médecins de famille pour se concentrer sur des soins de qualité aux patients. Ils aideront également à s’assurer que les Ontariens reçoivent les bons soins de la bonne personne. Ils feraient beaucoup pour recruter de nouveaux médecins de famille et retenir ceux que nous avons, car cela signifie qu’ils seraient plus aptes à faire le type de travail auquel ils aspirent.

Le Collège des médecins de famille de l’Ontario est prêt à travailler avec le gouvernement de l’Ontario pour résoudre ces problèmes. Aborder les problèmes dans les salles d’urgence des hôpitaux est urgent et nécessaire. Mais nous devons également donner la priorité aux soins que les Ontariens reçoivent de leur médecin de famille. C’est le seul moyen de sortir de notre crise actuelle des soins de santé.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT