“Opérateurs”, “satellites”, “nourrice”… Sept hommes jugés pour trafic de résine de cannabis à Montluçon (Allier)

« Dans ce dossier, le nombre de protagonistes est important », expose d’emblée la présidente du tribunal correctionnel ce mardi 24 mai, en début de matinée. D’un côté, plusieurs mineurs, jugés par le tribunal pour enfants de Moulins. De l’autre, sept majeurs renvoyés devant le tribunal correctionnel montluçonnais.

À tous, il est reproché une participation, à des degrés différents, à un trafic de résine de cannabis principalement dans le quartier de la Verrerie à Montluçon, mais aussi à Bien-Assis, entre fin 2017 et 2018.

Un Albanais, bientôt jugé dans le dossier de l’attentat de Nice, condamné à Montluçon (Allier) pour un vaste trafic de stupéfiants

Des degrés d’implication différents

C’est au terme d’une instruction de plusieurs années, au cours de laquelle des surveillances, des écoutes et de nombreuses auditions ont été réalisées, que le rôle supposé des sept mis en examen a pu être déterminé. Avec deux lieux principaux identifiés…

Tout d’abord un point de deal, au pied de l’ancien bâtiment D du quartier de la Verrerie. Là, entrent en scène trois premiers prévenus. Trois « opérateurs », de 24 ans (pour deux) et 23 ans, en charge de gérer au quotidien ce point de deal. À la barre, si l’un de ces « opérateurs » assure qu’il ne faisait que couper et détailler le stupéfiant, le second reconnaît sa participation active. Il apportait le cannabis au point de vente et récupérait l’argent. Le troisième, absent à l’audience, a reconnu au cours de l’instruction avoir vendu des stupéfiants mais pour son propre réseau.

Ces trois « opérateurs » ont été condamnés à la même peine : deux ans d’emprisonnement dont dix-huit mois avec sursis probatoire de deux ans.

Un trafic de stupéfiants démantelé à Désertines (Allier), deux hommes condamnés

Une nourrice et des « satellites »

Le deuxième lieu identifié par les enquêteurs est un logement de la rue Raquin, servant de nourrice. Le locataire de 45 ans (absent à l’audience), consommateur de résine de cannabis et d’héroïne, a reconnu les faits. Il a été condamné à un an de prison avec sursis.

Restent les trois derniers prévenus. Parmi lesquels deux hommes de 28 et 29 ans, à « l’implication moins importante », comme l’explique le procureur. Des « satellites » en contact avec d’autres protagonistes de ce dossier. Celui de 28 ans, consommateur de cannabis, aurait averti le point de deal de l’arrivée de la police mais nie toute implication dans le trafic. Relaxé pour le trafic de stupéfiants, il a été condamné pour l’usage : six mois avec sursis.

L’autre « satellite », celui de 29 ans, a, lui, été contrôlé plusieurs fois avec de fortes sommes (1.500 €, 380 €, 1.750 €). Sommes qu’il explique notamment par des paris sportifs. Également relaxé pour le trafic, il a été condamné pour non-justification de ressources et pour avoir refusé de donner le code de déverrouillage de son téléphone à la police : huit mois avec sursis.

Violences, coups, menaces… Un quadragénaire aurait fait vivre « une nuit en enfer » à son épouse à La Celle (Allier)

L’homme soupçonné d’être la tête de réseau

Dernier prévenu, celui soupçonné d’être la tête de réseau. Le Montluçonnais de 30 ans, qui a toujours nié, a été identifié comme tel par plusieurs vendeurs. Lui aussi a été contrôlé avec beaucoup d’argent liquide (500 €, 1.130 €, 360 €, 840 €, 3.240 €).

Il a également été interpellé à Bien-Assis avec une sacoche contenant un peu plus de 500 g de résine de cannabis et son ADN a été retrouvé sur du liquide et une sacoche de stupéfiants chez un vendeur. Enfin, plus de 10 g de cocaïne ont été trouvés chez lui. Il écope de trois ans de prison dont deux avec sursis probatoire de deux ans.

Trafic de résine de cannabis, de cocaïne, de cigarettes… Deux jeunes condamnés à Montluçon (Allier)

Laura Morel

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT