Nintendo fait la chasse aux sites d'émulation - Pop culture

Nintendo fait la chasse aux sites d'émulation - Pop culture

Nintendo poursuit sa chasse aux sorcières et ferme les sites proposant des émulateurs pour ses jeux.
Nintendo ne joue pas avec la protection de sa propriété intellectuelle et continue à le faire savoir. Dans le passé, nous avons vu la société japonaise interdire les mods Super Mario 64 (niveau en mode HD et multijoueur). Et, récemment, le géant a attaqué des émulateurs de sites proposant de nombreux jeux ROM.
Ainsi, selon les informations de TorrentFreak publiées le 20 juillet, Nintendo a demandé au propriétaire des sites LoveROMS.com et LoveRETRO.co de poursuivre en justice en Arizona. L'argument invoqué est la violation du droit d'auteur. Au moment de l'écriture, LoveRETRO.co a été mis hors ligne tandis que LoveROMS.com a supprimé tous les jeux Nintendo de sa base de données.
LoveRETRO capture d'écran de Juillet 23, 2018La chasse aux sorcières
Dans le document de la Cour, on peut lire que Nintendo accuse Jacob Mathias et sa société Mathias Designs de gérer deux sites Web en utilisant sa propriété intellectuelle sans aucune autorisation. "Les sites LoveROMs et LoveRETRO sont parmi les plateformes les plus ouvertes et les plus populaires sur la scène des jeux piratés: par ces sites, les défendeurs reproduisent, distribuent, publient et montrent de nombreuses copies de jeux Nintendo sans permission", explique le géant japonais.
Et pour Nintendo, ce n'est pas seulement un hobby, mais une vraie affaire: "Les accusés ne sont pas des joueurs occasionnels, mais plutôt des individus ayant une connaissance approfondie de la propriété intellectuelle de Nintendo et du jeu vidéo industriel en général. sont pleinement conscients de ce qu'ils font.
Nintendo demande beaucoup d'argent à Jacob Mathias: 150 000 $ par jeu, 2 millions par mauvaise utilisation de la marque. Au total, le projet de loi pourrait atteindre 100 millions de dollars. Mais une cession d'activités jugées illégales serait déjà une grande victoire pour Nintendo, qui considère les émulateurs comme une compétition pour son recyclage des anciens titres.

Partager sur les réseaux sociaux

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.