Nathalie Meskens sur le confessionnal après la sortie du premier single : “C’est mauvais, je sais, mais j’essaie d’y travailler”

Elle révèle un morceau de sa propre vie amoureuse dans son nouveau single Tu as renversé mes murs, il est donc temps de lui poser quelques questions plus curieuses. Ce qu’elle manque, ce qu’elle fait secrètement, ce à quoi elle est accro – et elle parle même à travers son nez.

Wim Dehandschutter

D’où tirez-vous l’énergie ?

“Mes enfants. Ils me coûtent de l’énergie bien sûr à cause du manque de sommeil, mais ils me rendent tellement plus d’énergie. Je peux continuer à les regarder. Alors mon estomac me démange et je sens que je suis en vie.

A quoi êtes-vous accro ?

“Lumière du soleil! Quand le soleil se lève et que le ciel est bleu, je suis heureux. Chaque problème stupide – quelque chose de cassé dans la maison ou quelque chose d’incommode que je dois régler – semble soudainement moins grave.

Que faites-vous quand personne ne regarde ?

« Me curer le nez. Mais ne le mange pas, hein.” (des rires)

Quelle est votre mauvaise habitude ?

«Je regarde les gens en quelque sorte. Avec un ami sur une terrasse, nous sommes comme Statler et Waldorf, les commentateurs de Le spectacle des marionnettes† Ensuite, nous inventons les histoires les plus absurdes et parfois les plus sinistres sur les passants. Donc éteint : Elle va le noyer dans le bain ce soir et puis ça échoue.

Quel trait de caractère aimeriez-vous changer ?

“Je n’ai aucune patience. Si je pense que les choses vont trop lentement, je ne peux pas m’empêcher d’intervenir ou de déranger. C’est mauvais, je sais, mais j’essaie de travailler là-dessus.”

Qu’est-ce qui te manque dans ta vie ?

“Rien. J’ai tellement de choses : deux enfants en bonne santé, un merveilleux petit ami, une famille et des amis merveilleux, etc. Quelle richesse. Je suis reconnaissant pour ce que j’ai et pourrai vivre. Je tire tout de la vie. Je suis du principe : vous ne savez jamais quand est votre dernier battement de cœur, alors vivez la vie.

Que feriez-vous si vous gagniez le gros pot du loto ?

« Je me suis souvent posé la question. Et je dis toujours en premier lieu que je veux soutenir des associations caritatives. En tant qu’ambassadeur de Cunina (une ONG belge qui aide les enfants défavorisés dans le monde, ndlr.) Je financerais par exemple la construction d’écoles. Je me retrouve toujours à me mettre en dernier. J’ai déjà tout pour être heureux de toute façon.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT