Home » Moto. Le Junior Team s’y remet à la dure . Sport

Moto. Le Junior Team s’y remet à la dure . Sport

by Nouvelles

Jusqu’ici, tout se passait bien. Après avoir bien travaillé sur sa Suzuki, mardi, le Junior Team marchait fort en piste, jusqu’à profiter de la pluie pour s’offrir le troisième temps provisoire de la catégorie Superstock. Et puis, la chute. Pilote de réserve, Alexis Lamire perd la moto au bout de la ligne droite des stands. « Ce n’est surtout pas à moi de la faire tomber », regrettait-il, quelques minutes après sa chute.

« C’est sûr que ce n’est pas évident pour Alexis, confirmait Benjamin Bricard, manager de l’équipe. Il s’en veut aussi de donner du travail aux gars, d’avoir abîmé la moto. Mais c’est aussi le rôle du Junior, on forme des mécaniciens, mais aussi les pilotes. Le plus important, c’est qu’il n’y ait pas de blessure. À nous de faire en sorte que la moto soit prête pour ce soir. »

Et pour le coup, il y avait du travail sur la Suzuki de Kevin Denis, Valentin Suchet et Guillaume Raymond. « Il y a évidemment du travail de carrosserie, comme sur chaque chute, mais on a aussi un peu de travail sur le guidon, le réservoir, et le bras arrière. » Ce jeudi soir, lors des essais de nuit, la moto était de retour en piste, « pour checker si tout va bien ».

« Une approche de manager désormais »

Bref, une sorte d’examen final pour les jeunes mécaniciens du Junior, présents depuis un an au sein de l’écurie, et qui peuvent désormais faire parler l’expérience des 24 Heures, en juin dernier. « Les gestes, le savoir, étaient déjà de haut niveau en juin. C’est plus sur la prise de décision, sur l’autonomie, sur la mise en action que l’on voit de la différence, analyse Benjamin Bricard. Dans mon rôle, j’ai plus une approche de manager, plutôt que de professeur. Même si on garde un œil sur le travail effectué. »

De quoi donner quelques ambitions à l’écurie sarthoise : « On sait qu’on est un peu moins vites sur le sec, qu’on doit encore travailler, ce que l’on va faire lors des séances ce vendredi. Mais sous la pluie, on a vu qu’on était très bien. Alors peut-être qu’avec les averses, les orages, on pourrait espérer un Top 5, voire un peu plus. Mais l’endurance, ça reste de l’endurance, il faut rester loin des soucis. »

D’autant que le Superstock, à l’image du plateau du Mans, et relevé sur ce Bol d’or. Après un an d’apprentissage, néanmoins, un joli résultat dans le Var, pour les mécaniciens du Junior serait une bien jolie récompense.

Renaudin. Bons débuts de Martin Renaudin, sur la Yamaha n°36 engagée en EWC. Hier soir, le Sarthois tenait la sixième place sur la grille.

OG Motorsport par Sarazin. L’autre écurie sarthoise en Superstock rode sa nouvelle Yamaha, et ses nouveaux pilotes. Après les essais de jeudi, la Yamaha n°66 était 22e.

Métis. La moto expérimentale, développée en Sarthe, tenait la 38e place, sur 41 motos en piste.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.