nouvelles (1)

Newsletter

Modifications en série de la protéinurie, un moyen utile de prédire le risque d’infarctus cérébral | Dernières nouvelles pour les médecins, les infirmières et les pharmaciens

Tous les modèles de changements dans la protéinurie semblent être associés à un risque accru d’infarctus cérébral par rapport à l’absence de protéinurie, selon une étude de cohorte coréenne.

L’étude a utilisé des données du service national d’assurance maladie en Corée et a inclus 276 861 Coréens qui ont été évalués pour une protéinurie urinaire sur bandelette en 2003-2004 et 2007-2008. Ils ont été regroupés en quatre, selon l’évolution de la protéinurie sur 4 ans : négatif (négatif → négatif), résolu (protéinurie ≥1+ → négatif), incident (négatif → protéinurie ≥1+) et persistant (protéinurie ≥1+ → protéinurie ≥1+).

L’âge moyen de la population était de 56,5 ans et 56,67 % étaient des hommes. Par rapport au groupe protéinurie négative, d’autres groupes étaient caractérisés par des conditions cliniques pires telles que l’âge avancé ; des niveaux plus élevés d’indice de masse corporelle, de tension artérielle, de cholestérol total, de glycémie à jeun ; et une plus grande proportion de participants qui fument actuellement.

Au cours de la période d’étude, un total de 10 966 cas d’infarctus cérébral incident s’est produit. Parmi ces cas, 5 886 concernaient des hommes (3,75 %) et 5 080 des femmes (4,23 %). Les modèles de risque proportionnel de Cox ajustés multivariés ont montré que tous les types de modifications de la protéinurie étaient associés à un risque accru d’infarctus cérébral par rapport à une protéinurie négative.

Les rapports de risque pour l’infarctus cérébral étaient de 1,443 (intervalle de confiance à 95 % [CI]1,089-1,912) dans le groupe persistant, 1,345 (IC à 95 %, 1,188-1,522) dans le groupe incident et 1,166 (IC à 95 %, 1,009-1,347) dans le groupe résolu.

Dans une analyse de sous-groupe, l’association entre les modifications de la protéinurie et le risque d’infarctus cérébral était plus prononcée chez les hommes (résolu : HR, 1,284, IC à 95 %, 1,057-1,560 ; incident : HR, 1,351, IC à 95 %, 1,149-1,589 ; persistant : HR, 1,428, IC à 95 %, 1,014–2,012).

Les données actuelles suggèrent que la présence persistante de protéinurie et la nouvelle apparition de protéinurie sont des facteurs de risque potentiels d’infarctus cérébral incident. En tant que tel, l’évaluation des modifications en série de la protéinurie peut s’avérer utile pour prédire le risque d’infarctus cérébral.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT