MISE À JOUR: La présidence maintient sa déclaration malgré le fait que Sisulu ait déclaré que Ramaphosa avait menti

  • Lindiwe Sisulu a désavoué une déclaration de la présidence affirmant qu’elle s’était excusée pour les commentaires hostiles qu’elle avait tenus à propos du système judiciaire.
  • Le président Cyril Ramaphosa l’a rencontrée en début de semaine.
  • Sisulu dit qu’elle s’en tient à ce qu’elle a écrit.

La présidence a déclaré jeudi soir qu’elle maintenait sa déclaration précédente, bien que la ministre du Tourisme, Lindiwe Sisulu, ait effectivement déclaré que le président Cyril Ramaphosa mentait en affirmant qu’elle s’était excusée et avait retiré ses commentaires controversés sur le pouvoir judiciaire.

“La présidence s’en tient à sa déclaration de ce soir, le 20 janvier 2022, sur une discussion entre le président Cyril Ramaphosa et la ministre du Tourisme, Mme Lindiwe Sisulu. La présidence n’a rien à ajouter à la déclaration précédente”, indique la déclaration laconique.

La présidence avait précédemment publié une déclaration selon laquelle Ramaphosa avait rencontré Sisulu plus tôt cette semaine et l’avait réprimandée.

Il a cité Sisulu disant qu’elle acceptait que ses commentaires soient “non fondés, gratuits et profondément blessants”.

Mais Sisulu a remis les pendules à l’heure dans sa propre déclaration par la suite.

“Je souhaite catégoriquement désavouer cette déclaration dans son intégralité comme une fausse déclaration de ladite réunion que j’ai eue avec le président. Le président et moi nous sommes rencontrés mercredi à 21h00 chez lui”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

“Dans une telle réunion, il a partagé son défi avec un aspect de l’article sur les juges. Le président a proposé un intermédiaire qui se concentrerait sur la seule ligne concernant les juges pour résoudre cela. J’ai attendu que cela soit communiqué, ce qui ne ferait rien à l’intégralité de l’article.

“En aucun cas je n’ai commis de rétractation ou d’excuses puisque je maintiens ce que j’ai écrit. Le contenu de la déclaration du président dans sa forme actuelle est regrettable car ce n’est pas ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord. À cet égard, je souhaite prendre mes distances de tel.”

Elle a dit qu’elle publierait une déclaration complète dans les prochaines 24 heures.

LIRE | “Insouciance de premier ordre”: la présidence “se distancie fortement” des commentaires de Sisulu

Les commentaires de Sisulu ont conduit à une rupture au sein du Cabinet, d’autres ministres dénonçant ses déclarations.

Elle a fustigé les critiques que ses pièces ont suscitées, refusant de reculer.

Dimanche, elle a rédigé un autre article d’opinion, cette fois en réponse à une lettre ouverte d’un autre membre du Cabinet, le ministre de la Justice, Ronald Lamola.

Dans ce document, il a décrit sa chronique comme une attaque contre la Constitution et le pouvoir judiciaire, et a averti que “se référer aux officiers de justice en utilisant des tropes raciaux grossiers ne peut pas passer pour un débat”.

Nous voulons connaître votre point de vue sur l’actualité. Abonnez-vous à News24 pour faire partie de la conversation dans la section des commentaires de cet article.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT