Nouvelles Du Monde

Ministère du Commerce à (Mal) : L’exclusivité dans la vente de marchandises est une question contractuelle entre l’agent et le mandant, et le cadre actuel n’exige pas l’exclusivité ni ne l’empêche.

Ministère du Commerce à (Mal) : L’exclusivité dans la vente de marchandises est une question contractuelle entre l’agent et le mandant, et le cadre actuel n’exige pas l’exclusivité ni ne l’empêche.

Le ministère du Commerce a confirmé au (MAL) ses efforts pour préserver l’intégrité du marché et les intérêts des consommateurs, notant que l’exclusivité dans la vente de marchandises est une question contractuelle entre l’agent et le commettant et qu’ils sont libres de convenir de quoi. ils considèrent que c’est dans l’intérêt commercial, et que le cadre actuel n’oblige pas l’exclusivité ni ne l’empêche, au moment où il le décrit. Certains consommateurs croient que l’exclusivité de vendre certains produits internationaux sur le marché local et d’empêcher leur expédition depuis l’étranger les magasins sont devenus un monopole, accompagné d’une exagération des prix de la part des agents du Royaume.

Le ministère du Commerce a expliqué en réponse à la demande de Mal que l’agent agit à la place du commettant dans son pays pour mener des activités commerciales, sur la base de considérations commerciales pour l’agent et le commettant, et que chaque cas est étudié individuellement pour garantir que le cette pratique ne viole pas les réglementations du ministère du Commerce.

Elle a ajouté que la liberté contractuelle est considérée comme l’un des piliers fondamentaux de ce processus et qu’elle est conforme aux meilleures pratiques internationales, avec des procédures et des contrôles stricts concernant les biens et services fournis au consommateur, soulignant que l’Administration générale de contrôle commercial est chargée de superviser et surveiller les marchés, les points de vente et les agences pour vérifier leur conformité aux réglementations du ministère du Commerce. La préservation des droits des consommateurs et les dispositions relatives à l’entretien et à la fourniture de pièces de rechange obligent l’agent à fournir, de manière permanente et à des prix raisonnables, les services nécessaires. pièces de rechange que les consommateurs demandent habituellement de manière continue.

De son côté, l’avocat Abdullah Al Mansour – membre principal de l’Ordre des avocats saoudiens et intéressé par les questions commerciales – a indiqué que les contrats régissant l’utilisation des marques (marques internationales) sont soit un contrat de franchise, soit un contrat d’agence commerciale, précisant que le Le législateur saoudien a organisé le contrat de franchise dans un système de franchise et a défini la nature du contrat de franchise et l’a défini comme lorsqu’une personne appelée franchiseur accorde le droit à une autre personne, permettant au franchisé d’exercer l’activité (magasin de franchise) en relation avec le nom commercial ou la marque que le franchiseur possède ou est autorisé à utiliser. Le contrat de franchise donne tous les droits qui appartiennent au franchiseur. Quant au contrat d’agence commerciale, il peut être défini comme la vente de produits ou la fourniture de services au consommateur. échange contre de l’argent, où l’agent commercial agit en tant que représentant de la société mère qui possède la marque, et donc l’agent n’est qu’un représentant de la société mère et la suit.sans nom (18)

Me Al Mansour a précisé qu’il y a deux clauses dans les deux contrats, à savoir : la zone de concession et la zone géographique : les contrats de concession et les contrats d’agence commerciale stipulent cette condition et elle est considérée comme une condition essentielle dans le contrat d’agence ou de concession, pour que le La zone géographique contractée est spécifique au concessionnaire ou à l’agent, elle n’est donc pas autorisée. Le client ou le franchiseur peut exercer ses activités commerciales, de service, logistiques ou autres dans la zone géographique convenue. La deuxième clause comprend une condition de non-concurrence. : Elle est considérée comme l’une des conditions essentielles aussi bien des contrats de franchise que des contrats d’agence commerciale, et sa violation entraîne l’absence de l’objet du contrat de franchise ou du contrat d’agence commerciale, dont le contenu est celui que le donneur d’ordre ou le franchiseur peut. ne pas concurrencer le franchiseur ou l’agent dans la région ou le secteur dans lequel il exerce des activités reliées au contrat d’agence ou de franchise, que ce soit par lui-même, ou en lui accordant le droit de franchise ou en concluant un contrat d’agence avec d’autres personnes.

Lire aussi  Quand la nutrition hospitalière rend les patients malades

Il a ajouté que lorsqu’un consommateur demande un produit ou un service à la société mère, que ce soit via le réseau d’information ou d’autres moyens de communication, et qu’il est transféré vers le site Web de l’agent ou du franchisé ou vers l’un des canaux de communication, cela est conforme aux contrat d’agence commerciale ou le contrat de franchise et un engagement envers les termes et conditions du contrat, indiquant en même temps, l’importance de ces contrats pour élever le niveau de l’économie nationale, réduire les taux de chômage, améliorer les relations commerciales internationales, en plus à améliorer la situation économique et commerciale, à suivre le rythme des affaires et à les développer pour réaliser des bénéfices.

Ahmed Al-Harbi a déclaré qu’il avait déjà commandé sur l’un des sites de magasins internationaux au lieu du magasin local en raison des prix plus bas des marchandises dans les magasins internationaux avec une différence de plus de 200 riyals par rapport à leur prix chez l’agent, mais 5 mois Il y a quelques jours, le site a commencé à refuser d’expédier à l’étranger, indiquant que lorsqu’il s’est renseigné sur la raison du problème de non-expédition, il a été informé par le service client du magasin étranger que la raison était due aux règles d’exportation.

Lire aussi  Joran van der Sloot : deux meurtres, une peine de 28 ans et une extradition temporaire vers les États-Unis | International

Shahad Muhammad a également déclaré qu’elle avait fait plusieurs tentatives pour commander des uniformes médicaux dans des magasins internationaux, en plus des sacs et des cosmétiques, mais que ses commandes avaient été refusées et qu’elles avaient été forcées d’être référées à des sites d’agents. Elle a ajouté que cela était envisagé. un monopole, accompagné – selon sa description – d’une exagération des prix par les agents par rapport aux prix des magasins externes.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT