Messages texte de Le Pen, appels de Mélenchon … Ces pratiques de campagne sont-elles légales?

0
111

De nombreux internautes se sont lamentés sur les réseaux sociaux et Franceinfo a reçu un SMS du président de l'Assemblée nationale ou un appel téléphonique du leader de La France non soumis. Explications

Votre téléphone fixe sonne, vous décrochez et entendez la voix de Jean-Luc Mélenchon. Votre mobile vibre. C'est Marine Le Pen qui vous a envoyé un SMS. Dans la dernière partie de la campagne pour les élections européennes, tous deux misent au téléphone pour vous convaincre. Le leader insubordonné de la France en tant que patronne du rassemblement national vous invite à sanctionner Emmanuel Macron. La première en votant pour la liste menée par Manon Aubry, la seconde pour celle de Jordan Bardella.

Dans les commentaires en direct de Franceinfo, vous avez signalé ces appels et messages indésirables, qui ont également été reçus par de nombreux internautes. Et beaucoup s'interrogent sur leur légalité.

Le téléphone de Laurence a sonné vendredi matin, a-t-elle confié à franceinfo. "J'ai raccroché très vite, juste le temps d'entendre son nom, alors c'était pour l'Europe, elle raconte. Nous sommes longtemps dérangés par les appels à la sollicitation: mutuelle, électricité, etc … Donc, ce jour-là, c'était une fois de trop. Si plus de politiciens commencent! " Michael a aussi "Raccroché rapidement", "ne pas être vraiment enthousiasmé par cet appel". Pour le moment, cependant, il a "rire", même s'il "ne pense à rien de bon" démarchage téléphonique.

Que ce soit pour la sollicitation politique par SMS ou par automate d’appel, "il est nécessaire d'avoir recueilli le consentement préalable" clair des personnes appelées, explique à franceinfo Alain Bensoussan, avocat spécialisé en droit de l'informatique et des télécommunications. Pour les appels téléphoniques, "la CNIL demande même que ce consentement prévoie un créneau horaire pendant lequel nous acceptons d'être contacté"dit l'expert.

Les coordonnées sont parfois collectées par les partis politiques eux-mêmes. Le consentement peut alors prendre la forme d'une simple case à cocher dans un formulaire avec la mention: "J'accepte de recevoir des informations de …" Mais le plus souvent, les parties font appel à des entreprises pour mener ces démarches. Ces entreprises louent ou achètent des fichiers commerciaux contenant des numéros de téléphone. Dans ce cas, le formulaire de consentement doit indiquer que la personne accepte d'être sollicitée à des fins de communication politique.

Les appels téléphoniques et les textos doivent également indiquer que les personnes contactées ont la possibilité de s'opposer à cette sollicitation et comment elles peuvent le faire. "Les SMS sont moins invasifs et le droit d'opposition est plus facile à appliquer", Le juge Alain Bensoussan. Il suffit de répondre "STOP" par écrit à l'émetteur du texte, assure la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

"L’idée est de trouver un équilibre entre trois libertésdit l'avocat. D'une part, la liberté d'expression: les partis politiques doivent pouvoir parler aux citoyens et nous devons permettre l'expression politique la plus large possible. D'autre part, le droit à la protection de la vie privée et à une vie paisible: le téléphone est l'extension de notre maison. Et enfin, la protection des données personnelles. "

Cnil déclare à franceinfo avoir reçu "une douzaine de rapports" de Français mécontents de l'appel de Jean-Luc Mélenchon. Il propose un formulaire de rapport en ligne et rappelle les règles de la communication politique par téléphone.

Après ces rapports, "La CNIL peut effectuer des contrôles, y compris au siège du parti politique ou de l'entreprise, contrôler la programmation de la machine à appeler automatique et du script, ainsi que l'origine des numéros de téléphone"dit l'avocat. Parce que "Les entreprises ne sont pas autorisées à exploiter Internet pour prendre des chiffres". "La charge de la preuve du consentement incombe à l'expéditeur de l'appel ou du message texte." En cas d'infraction, "La CNIL peut donner un avertissement public ou condamner à des sanctions pécuniaires pouvant aller jusqu'à 20 millions d'euros et 4% du chiffre d'affaires mondial".

Il existe une hypersensibilité légitime des citoyens à l’utilisation des données personnelles. Il y a eu trop d'abus dans la sollicitation téléphonique.Alain Bensoussan, avocatchez franceinfo

Contacté par franceinfo, Philippe Vardon, directeur de la communication de la campagne du rassemblement national, indique que le parti a eu recours aux services d'un fournisseur pour envoyer ses SMS sur une base de contacts. "Élargie" y compris les membres ou anciens membres. Et le SMS inclut la mention d'un numéro "STOP SMS".

La France insubordonnée n'a pas répondu aux questions de franceinfo. Mais selon Libération, qui a retranscrit l'intégralité du message téléphonique de Jean-Luc Mélenchon, le parti a sous-traité sa campagne à une société spécialisée: Self Contact. Selon les mentions légales citées par le journal, les numéros de téléphone proviennent soit de "Des dossiers" de "les partenaires" de l'auto-contact, "listes de numéros de téléphone accessibles". Selon la transcription, il est également indiqué que les coordonnées ne seront pas conservées plus de deux mois et que les personnes appelées peuvent demander à ne plus être contactées en contactant la société ou la partie.

Ce genre de démarchage n'est pas une première. Lors de l'élection présidentielle de 2017, l'équipe d'Emmanuel Macron a lancé une campagne de six millions d'appels téléphoniques. Selon les informations de L'obsle candidat avait également eu recours aux services de Self Contact. Et il avait bénéficié d'une remise de 24%. À l'époque, Jean-Luc Mélenchon s'était interrogé sur cette faveur commerciale, a déclaré Public Sénat.

La France insubordonnée avait sa propre campagne d'appels téléphoniques à l'époque, surnommée le "Melenphone", a rapporté Le Figaro. Les militants "antipathiques" ont sélectionné des numéros dans l'annuaire et ont ciblé des zones sans vote.

"Nous ne faisons pas de messages préenregistrés, les militants appellent les électeurs directement, c'est plus humain, plus chaleureux"a expliqué la tête de "Melenphone". C'est Andrea Kotarac, ce LFI régional élu qui, en quelques jours d’Européens, a changé de camp en faveur du Rassemblement national.

Lire aussi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.