"Menace" Iran: Trump envoie 1 500 soldats au Proche-Orient

0
32

Le chef de l'Etat mentionne des "menaces persistantes" contre les forces américaines, émanant selon lui du "plus haut niveau" du gouvernement iranien.

Le temps passe mal entre Washington et Téhéran. Comme signalé PointDonald Trump a annoncé vendredi 24 mai qu’il enverrait 1 500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient pour s’occuper de "Menaces persistantes" contre ses forces, qu'il attribue à "Plus haut niveau" du gouvernement iranien.

"En aucun cas" une provocation

"Nous allons envoyer un nombre relativement restreint de soldats, principalement préventifs, et des personnes très talentueuses se rendent actuellement au Moyen-Orient.", a déclaré le président américain de la Maison Blanche. Parmi les forces mobilisées, un bataillon de 600 hommes chargé de quatre batteries de missiles Patriotes, déjà présents dans la région, sera redéployé sur des bases américaines. Les soldats américains pourront désormais compter sur des avions de reconnaissance et de surveillance et sur un escadron de 12 avions de combat.

La réaction du ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, ne s'est pas fait attendre. "L'augmentation de la présence américaine dans la [la] région" un acte " très dangereux " composant "Une menace pour la paix et la sécurité internationales". Pour sa part, le chef du Pentagone, Patrick Shanahan, mentionné dans un communiqué "Une réponse prudente" de leur côté, d’autant plus que les soldats ne seront pas envoyés dans les zones de conflit, mais resteront sur la base. L’amiral Michael Gilday, l’un des dirigeants de l’état-major américain, lui a assuré que ce déploiement, "Très mesuré" et "Purement défensif", n'était en aucun cas "provocateur".

Regagner les tensions

Les relations entre les deux pays se sont tendues depuis début mai, indique l'hebdomadaire. Alors que Téhéran a suspendu certains de ses engagements pris en 2015 concernant son programme nucléaire, un an après le retrait de ce texte par les États-Unis, Washington a à son tour renforcé ses sanctions contre l'économie iranienne. En outre, l'administration Trump a annoncé vendredi devant le Congrès que des armes seraient à nouveau vendues à l'Arabie saoudite, rival régional de l'Iran, et aux Émirats arabes unis, en raison de la menace du pouvoir iranien.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.