Matthieu Androdias: "Cette victoire est grande" - Aviron

Aviron

Championnats du monde

Publié le dimanche 16 septembre 2018 à 15h25
| Mis à jour le 16/09/2018 à 15:28
Pour le nouveau champion du monde, le titre par deux est d'autant plus beau que Boucheron et il n'a pas réalisé la course parfaite.
Partager sur Facebook
Tweeter
Google+
actions

"Ta course était une vraie démonstration …
Nous voulions reproduire la course des demi-finales qui, de notre point de vue, était solide. C'était la référence. Mais vouloir trop le reproduire pourrait faire pression sur nous, et si nous ne réussissions pas, cela pourrait nous mettre un peu dans le pétrin. Les conditions difficiles nous ont aidés à mettre les choses en perspective. Nous avons réussi à renverser la vapeur, nous avons fait preuve de beaucoup de confiance pour donner 100% le jour même.

A partir de quel moment as-tu aperçu la victoire?
J'ai commis l'erreur de penser très tôt à la victoire: à partir de 1500 mètres, j'ai vu que nous avions une longueur d'avance. Je pensais que & # 39; Rester concentré sur le & # 39; car cela peut conduire à des erreurs. J'ai tendance à oublier de regarder à droite où les Suisses ont fait une bonne course et je ne les regarde qu'à la fin.

Sur le podium, votre coéquipier Hugo Boucheron était-il épuisé ou dépassé par l'émotion?
Hugo était fatigué à la fin. Il a envoyé comme un ours. Il a fait beaucoup de travail de soutien. À l'arrivée il a fait un "Azou", il ne pouvait pas donner un dernier coup.

Qu'est-ce que votre entraîneur, Alexis Besançon, entraîneur du couple léger, vous a apporté pendant de nombreuses années?
Il a été notre entraîneur pendant deux saisons. Son plus grand travail était de nous obtenir Hugo et moi. On s'entend bien, mais comme nous sommes deux personnalités différentes, il nous a appris à se comprendre, à anticiper. Il nous a appris à ne pas essayer de faire de l'autre un clone, mais à respecter la manière dont cela fonctionne. Il faut beaucoup de travail pour placer les curseurs correctement. "

Hugo Boucheron: "Je n'ai pas vraiment profité du podium. Fatigue! Je n'étais pas au top. Un gros mal de tête, je ne pouvais pas respirer. Bref, le total. Cette victoire nous permet surtout de voir que tout le monde Le travail que nous effectuons porte ses fruits: à un moment, on se demandait si cela valait la peine de persévérer, les conditions de course n’étaient pas évidentes, il y avait beaucoup de vent sur le côté, un coup jeté de côté, c’était Un peu laborieux, notre tactique était de gérer la course en nous concentrant sur nous, nous n’avons pas dit, nous partions avant et nous finissions comme ça, ce n’était pas la meilleure expérience que nous ayons eue ensemble, même si j’y suis allée pas mal. une bonne course, mais pas aussi bonne que la moitié. Il faut dire que les conditions n'étaient pas les mêmes. "

Marc Ventouillac

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.