Masques: en Alsace, les communes ont oublié le fabricant local Labonal

0
31

Coronavirus oblige, Labonal, la société de chaussettes de Dambach-la-Ville (Bas-Rhin) s’est convertie en masques, encouragée par l’Etat et la région Grand Est. Ses 90 employés ont développé des masques tricotés avec des filtres jetables. Labonal a déjà vendu 140 000 à des villages et commerces de son département, ainsi qu’à l’Université de Mulhouse.

Mais Labonal n’a pas sollicité de marchés publics dans les grandes communautés, qui ont demandé de grandes quantités pour le 11 mai. Aujourd’hui, c’est “la frustration” de son PDG lorsqu’ils ont importé de Chine, du Pakistan ou du Maghreb. «Je conçois l’approche, compte tenu du délai. Mais au 11 mai, tous les Alsaciens n’étaient pas équipés. Ces pays n’ont pas non plus livré à temps. “

“Nous aurions pu nous adapter en embauchant”

Dominique Malfait regrette l’absence de concertation locale, “alors que les politiques plaident pour la délocalisation des industries depuis deux mois”. D’autant plus que ses produits ont un taux de filtration de 90% contre 70% pour les masques étrangers.

«Nous pourrions nous adapter en embauchant. Un peu de tolérance aurait suffi. Loin d’être inondée de demandes comme prévu, l’entreprise remplit désormais ses commandes en deux jours. Le PDG espère vendre au moins 500 000 masques d’ici la fin du mois de juillet pour compenser les 1,4 million d’euros perdus lors de l’emprisonnement et vise désormais des communautés hors Alsace.

Epinglés dans la presse locale, les départements alsaciens viennent de contacter Labonal. Dominique Malfait reste confiant: «Nous trouverons nos marchés. “

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.