Marche de Toronto pour soutenir les manifestations à Hong Kong bloquées par un groupe pro-chinois

0
48

Katherine DeClerq, CTV News Toronto

Publié le samedi 17 août 2019 17 h 26 HAE

Dernière mise à jour samedi 17 août 2019 18h39 HAE

Une manifestation organisée à Toronto pour soutenir les manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong a été empêchée samedi après un affrontement avec des contre-manifestants.

Samedi après-midi, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant le vieil hôtel de ville dans l'intention de défiler autour du Centre Eaton, en solidarité avec les manifestants de Hong Kong, qui plaident depuis 10 ans pour un projet de loi sur l'extradition.

Le projet de loi permettrait aux habitants d'être extradés de Hong Kong vers la Chine, ce qui, selon les manifestants, pourrait accroître les risques pour les militants et les critiques de la Chine.

Les manifestants appellent également à la démission de la présidente de Hong Kong, Carrie Lam, à des élections démocratiques et à une enquête indépendante sur le recours à la force par la police.

['Un pays, deux systèmes': ce qui se cache derrière les manifestations de Hong Kong]

Gloria Fung, une des organisatrices de la marche et présidente de la liaison Canada-Hong Kong, a déclaré que, lorsqu'elles sont arrivées à l'ancien hôtel de ville, elles ont été accueillies par des membres d'un groupe pro-chinois qui scandait «Une Chine» et bloquait les manifestants de quitter la zone.

"Ils n'ont pas de permis pour organiser ce rassemblement ici", a déclaré Fung aux journalistes. «Ils ne sont là que pour mettre en péril notre liberté d’expression. Au Canada, nous ne montrons aucune tolérance à ce type d'intimidation et de harcèlement. »

Fung a également affirmé que des volontaires et des organisateurs avaient été attaqués lors de l'affrontement. La police de Toronto a confirmé que personne n'avait été blessé physiquement.

CTV News Toronto a tenté de parler à des manifestants pro-chinois, mais beaucoup n’ont pas parlé à la caméra. Un homme a déclaré que des journalistes et des civils étaient attaqués par des manifestants à Hong Kong.

«Nous voulons une Chine. Tout peut être négocié, mais nous voulons parler en paix », a-t-il déclaré.

La vidéo du rassemblement montre les deux groupes qui se crient dessus en brandissant des drapeaux et en tenant des pancartes disant «Nous ne sommes pas des émeutiers» et «retirons le projet de loi sur l'extradition».

Fung a déclaré qu'au lieu de marcher, le groupe resterait devant le vieil hôtel de ville en «manifestation pacifique».

«C'est le Canada. Nous avons le droit constitutionnel à la liberté d'expression. Personne ne peut nous prendre ça tous.

Fung a également appelé le gouvernement canadien et la communauté internationale à agir.

Plus tôt dans la journée, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a publié une déclaration conjointe avec son homologue de l’Union européenne condamnant les violences à Hong Kong.

«Depuis deux mois, de nombreux citoyens exercent leur droit fondamental de réunion. Cependant, il y a eu récemment un nombre croissant d'incidents violents inacceptables, avec des risques de violence et d'instabilité supplémentaires », indique le communiqué.

«Il est crucial d’exercer des pressions, de rejeter la violence et de prendre des mesures urgentes pour désamorcer la situation.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.