Nouvelles Du Monde

Maladie de Parkinson, pesticides et pollution causes possibles de la maladie. J’étudie

Maladie de Parkinson, pesticides et pollution causes possibles de la maladie.  J’étudie

2024-02-21 09:39:00

Parkinson, pesticides et pollution parmi les déclencheurs de la maladie ? J’étudie

Il la maladie de Parkinson c’est un maladie neurodégénérativelentement progressive, qui affecte le système nerveux central, plus particulièrement les neurones dopaminergiques – qui produisent de la dopamine, et se caractérise par troubles du mouvement: tremblements au repos, rigidité, lenteur et diminution des mouvements, entraînant une instabilité de la posture et de la démarche. L’âge moyen d’apparition de la maladie est d’environ 57 ans, mais elle est particulièrement répandue chez les personnes âgées, puisqu’elle touche 10 % des personnes de plus de 80 ans. En Italie, il y a environ 300 mille les personnes touchées par la maladie de Parkinsonprincipalement des hommes, mais il semble que nombre est destiné à augmenter, touchant un nombre croissant de personnes encore en âge de travailler. Les symptômes neurologiques sont très subtils et silencieux et n’apparaissent que lorsque 60 à 70 % des cellules nerveuses affectées sont endommagées. Le coupable possible de cette terrible maladie pourrait être la pollution.

Parkinson et industrialisation

Comme le répond le site wisesociety.it, un nombre croissant d’études cliniques démontre ce qu’avait en réalité déjà émis l’hypothèse du médecin anglais James Parkinson, qui fut le premier en 1817 à décrire la maladie de manière assez précise, à tel point qu’il lui donna même son nom, et qui mit en évidence les cause commune entre l’apparition de la maladie et le phénomène de pollutionaugmentant de façon exponentielle pendant la révolution industrielle.
Des études récentes – disions-nous – suggèrent la justesse de cette intuition : il semble désormais établi, en effet, qu’il existe un lien entre l’apparition de la maladie de Parkinson et le mauvaise qualité de l’air, dont l’exposition est associée à un risque beaucoup plus élevé de développer la maladie. Mauvaise qualité de l’air due aux émissions d’hydrocarbures et aux solvants utilisés dans les industries, mais aussi aux pesticides et herbicides.

Lire aussi  Architecture génétique des maladies inflammatoires de l'intestin à travers les ancêtres d'Asie de l'Est et d'Europe

Parkinson, le lien avec la pollution de l’air

Une étude du Barrow Neurological Institute, en Arizona, publiée en novembre dernier dans la revue médicale américaine Neurology, a révélé une forte lien entre la pollution de l’air et la maladie. Les chercheurs ont notamment étudié la relation géographique entre la maladie de Parkinson et la pollution de l’air : les personnes dans lesquelles ils vivent régions avec des niveaux élevés de pollution atmosphérique ils ont un 56% de risque plus élevé de développer la maladiepar rapport à ceux vivant dans des régions où les niveaux sont inférieurs.

Les chercheurs ont pu en confirmer pour la première fois une forte corrélation entre la maladie et les particules fines aux États-Unis, en travaillant sur un échantillon de près de 22 millions d’individus, dont près de 90 000 ont été diagnostiqués en 2009 : en particulier, les personnes qui vivent dans des zones à haut niveau de pollution par les PM2,5, c’est-à-dire des particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur à ou égal à 2,5 millièmes de millimètre, provenant de tous types de combustion, y compris celles des moteurs de voitures et de motos, des systèmes de production d’énergie, du bois pour le chauffage domestique, des incendies forestiers et de nombreux autres processus industriels.

Lire aussi  Comment de minuscules charnières plient les pics de propagation d’un coronavirus

La relation entre l’exposition antérieure d’une personne à des particules fines et son risque ultérieur de développer la maladie a également été identifiée, sans tenir compte d’autres facteurs de risque, tels que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le tabagisme et le faible accès aux soins médicaux.

Parkinson, le lien avec l’utilisation de pesticides

Nous en parlons depuis des années maintenant corrélation entre l’exposition aux pesticides e apparition de la maladie de Parkinson mais on ne savait pas exactement de quoi il s’agissait en particulier. C’est une équipe de recherche coordonnée par l’Université de Californie à Los Angeles qui a identifié 10 pesticides qui endommagent les neurones dopaminergiquesdont la mort, comme nous l’avons déjà mentionné, provoque la maladie.

De l’étude, publiée en mai 2023 dans Nature Communications, il ressort qu’il s’agit de quatre insecticides (dicofol, endosulfan, naled, propargite), trois herbicides (diquat, endothall, trifluraline) et trois fongicides (sulfate de cuivre, basique et pentahydraté, et folpet), substances encore utilisées aux États-Unis. L’étude a commencé avec des décennies d’exposition à 288 pesticides chez des patients atteints de la maladie de Parkinson ayant participé à des études précédentes. Cela a permis aux chercheurs de déterminer effets d’une exposition à long termeidentifiant 53 substances qui ont été testées individuellement pour évaluer leur toxicité envers les neurones dopaminergiques, dont les dix ci-dessus ont ensuite été écrémées.

Lire aussi  Pourquoi il est si difficile de trouver un lieu de thérapie - Santé

#Maladie #Parkinson #pesticides #pollution #possibles #maladie #Jétudie
1708545154

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT