Home » Macron visite Mossoul en Irak détruite par la guerre de l’EI

Macron visite Mossoul en Irak détruite par la guerre de l’EI

by Nouvelles

MOSUL, Irak (AP) – Le président français Emmanuel Macron a visité dimanche la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, qui a subi des destructions généralisées pendant la guerre pour vaincre le groupe État islamique en 2017.

Macron a commencé sa visite à Mossoul en visitant l’église Notre-Dame de l’Heure, une église catholique qui a été gravement endommagée pendant le règne de l’EI qui a duré de 2014 jusqu’à la défaite des extrémistes trois ans plus tard. Des enfants irakiens vêtus de blanc et brandissant des drapeaux irakiens et français ont chanté à l’arrivée de Macron.

C’était la même église où le pape François a dirigé une prière spéciale lors d’une visite en Irak en mars. Au cours du voyage, le pontife a exhorté les chrétiens d’Irak à pardonner les injustices commises contre eux par les extrémistes musulmans et à reconstruire alors qu’il visitait les coquilles détruites des églises.

Macron s’est déplacé autour de l’église – dont les murs sont toujours criblés de balles – au milieu d’une sécurité renforcée alors qu’un prêtre l’accompagnant lui a donné des détails sur l’église construite au XIXe siècle. Le président français est ensuite monté sur le toit surplombant certaines parties de Mossoul accompagné de responsables irakiens.

“Nous espérons que la France ouvrira un consulat à Mossoul”, a déclaré le prêtre irakien Raed Adel à Macron à l’intérieur de l’église. Il a également appelé le président à aider à la reconstruction de l’aéroport de Mossoul.

Macron a quitté l’église en début d’après-midi et s’est dirigé vers la mosquée emblématique al-Nuri de Mossoul, qui a explosé lors de la bataille contre les militants de l’EI en 2017 et est en cours de reconstruction.

La mosquée, également connue sous le nom de Grande Mosquée d’al-Nuri, et son emblématique minaret penché ont été construits au XIIe siècle. C’est depuis la chaire de la mosquée que le soi-disant calife de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, a déclaré la création du califat en 2014.

Mossoul, la deuxième ville d’Irak, est devenue l’épine dorsale bureaucratique et financière de l’EI. Il a fallu une bataille féroce de neuf mois pour enfin libérer la ville en juillet 2017. Entre 9 000 et 11 000 civils ont été tués, selon une enquête de l’Associated Press à l’époque, et la guerre a laissé de nombreux dégâts. De nombreux Irakiens ont dû se reconstruire seuls au milieu d’une crise financière qui a duré des années.

Depuis les premières années du christianisme, le nord de l’Irak abrite de grandes communautés chrétiennes. Mais au cours des dernières décennies, des dizaines de milliers de personnes ont quitté l’Irak et se sont installées ailleurs au milieu des guerres et de l’instabilité du pays qui ont culminé avec la persécution des chrétiens par des extrémistes au cours de la dernière décennie.

Les villes traditionnellement chrétiennes qui parsèment les plaines de Ninive au nord se sont vidées en 2014 alors que les chrétiens – ainsi que de nombreux musulmans – ont fui l’assaut du groupe État islamique. Seuls quelques-uns sont rentrés chez eux depuis que la défaite de l’EI en Irak a été déclarée il y a quatre ans, et le reste reste dispersé ailleurs en Irak ou à l’étranger.

Macron est arrivé à Bagdad tôt samedi où il a participé à une conférence à laquelle ont assisté des responsables de tout le Moyen-Orient visant à apaiser les tensions au Moyen-Orient et a souligné le nouveau rôle de médiateur du pays arabe.

Macron a salué la conférence de Bagdad comme un coup de pouce majeur pour l’Irak et ses dirigeants. Le pays avait été largement boudé par les dirigeants arabes au cours des dernières décennies en raison de problèmes de sécurité au milieu de guerres consécutives et de troubles internes, son aéroport étant fréquemment attaqué à la roquette par les insurgés.

Macron s’est engagé à maintenir des troupes en Irak “indépendamment des choix des Américains” et “aussi longtemps que le gouvernement irakien demandera notre soutien”. La France contribue actuellement aux forces de la coalition internationale en Irak avec 800 soldats.

Samedi soir, Macron a visité un sanctuaire chiite à Bagdad avant de s’envoler pour la ville d’Erbil, dans le nord du pays, où il a rencontré la lauréate du prix Nobel de la paix Nadia Murad, la militante de 28 ans qui a été contrainte à l’esclavage sexuel par les combattants de l’EI en Irak.

Membre de la minorité yézidie d’Irak, Murad faisait partie des milliers de femmes et de filles qui ont été capturées et réduites en esclavage sexuel par l’EI en 2014. Sa mère et ses six frères ont été tués par des combattants de l’EI en Irak. Elle est devenue une militante au nom des femmes et des filles après s’être échappée et trouvé refuge en Allemagne et a partagé le prix Nobel de la paix en 2018.

___

Abdul-Zahra a rapporté de Bagdad.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.