Macron s’entretient avec l’opposition sur la majorité parlementaire française | France

Emmanuel Macron a rencontré des dirigeants de groupes d’opposition, dont Marine Le Pen d’extrême droite, pour sonder ses chances de négocier une majorité parlementaire.

Le président français, dont l’alliance de centre-droit a perdu 44 sièges pour contrôler l’Assemblée nationale, aurait exploré sa “marge de manœuvre” après perdre le contrôle de la chambre basse lors des élections législatives de dimanche.

Macron aurait refusé une offre d’Elisabeth Borne, le Premier ministre nommé il y a un mois, à démissionner, estimant que son gouvernement doit rester sur la bonne voie. Cependant, il lui faudra obtenir le soutien de députés qui ne sont pas des partisans naturels pour sortir de l’impasse qui menace de paralyser le Parlement.

Leader de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon demande à Borne de se soumettre à un vote de confiance. « Cette femme n’a aucune légitimité. Aucun. Nous perdons notre temps jusqu’à ce qu’elle parte », a déclaré Mélenchon aux journalistes.

“Madame la première ministre, vous devriez venir ici et solliciter un vote de confiance des députés”, a-t-il déclaré plus tard. Cependant, après avoir rencontré Borne mardi, les députés du parti de Macron l’ont défendue.

Gabriel Attal, ancien porte-parole du gouvernement aujourd’hui ministre des comptes publics, a déclaré : “Je trouve assez curieux d’entendre un homme qui n’a pas été élu par les Français, qui voulait être Premier ministre mais qui ne pouvait pas donner des leçons de légitimité à une femme Premier ministre élue par les Français.

Borne rencontrera mercredi les chefs des groupes politiques à l’Assemblée nationale et devrait présenter le calendrier législatif du gouvernement à la chambre basse le 5 juillet.

Macron a annulé le Conseil des ministres habituel du mardi matin pour tenir des réunions consécutives avec les dirigeants des principaux partis d’opposition et d’autres alliés parlementaires possibles. Les réunions devraient se poursuivre mercredi. L’Elysée a déclaré que le président chercherait “des solutions constructives possibles” à l’impasse.

Le premier arrivé mardi matin était Christian Jacob, président du parti de droite majoritaire Les Républicains (LR), arrivé quatrième aux élections législatives en nombre de sièges remportés, derrière l’alliance de gauche de Mélenchon Nupes (le Nouveau , Alliance économique et sociale) et le Rassemblement national (RN) d’extrême droite.

Plus tôt, Jacob a déclaré à la radio française que l’impasse parlementaire était sans précédent.

“Nous n’avons jamais été dans une telle situation. La responsabilité en incombe au président de la république. Il a eu un mandat de cinq ans pour rien. Bien sûr, il y a eu la crise du Covid mais rien n’a été fait », a déclaré Jacob.

Les critiques accusent Macron d’affaiblir délibérément les partis traditionnels français de gauche et de droite depuis l’arrivée au pouvoir en 2017 de son centriste La République En Marche, désormais rebaptisée Renaissance, permettant à l’extrême droite et à la gauche radicale de s’épanouir.

Jacob a accusé Macron d'”utiliser les extrêmes” à ses propres fins. “Il a mis le pays dans cette situation”, a-t-il déclaré.

Les gains de Nupes et du RN ont laissé le groupe de Macron remporter seulement 245 sièges lors du vote du second tour dimanche, loin des 289 nécessaires pour une majorité absolue. Nupes a remporté 131 sièges, tandis que le RN a remporté 89 sièges, une montée en puissance sans précédent. La droite traditionnelle Les Républicains (LR), qui s’était alliée à l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), n’a remporté que 61 sièges.

En Lundi, Jacob avait exclu toute coalition avec le gouvernement ou le président.

La deuxième rencontre à l’Elysée mardi a eu lieu avec Olivier Faure, chef du Parti socialiste (PS), l’un des quatre partis – avec les communistes (PC) et les Verts (EELV) – de l’alliance de Mélenchon. Lundi, le PS, le PC et EELV ont tous exclu de former un bloc Nupes à l’assemblée en disant préférer rester des groupes indépendants.

“Emmanuel Macron a été légitimement réélu, mais il n’a pas reçu de mandat clair”, a déclaré Faure aux journalistes avant la réunion. Auparavant, Faure avait déclaré à la radio FranceInfo qu’il dirait au président “le pays ne va pas bien, il est en colère, mais il n’est pas bloqué et il y a des politiques qui sont possibles”. Il a appelé à une augmentation du pouvoir d’achat et des retraites et à une augmentation du salaire minimum et a déclaré que le style “Jupiter” de gouvernement à un seul homme de Macron était terminé.

Macron devait rencontrer Le Pen mardi à 17h30. On ignore s’il rencontrera Mélenchon, chef de la gauche radicale La France Insoumise (LFI) qui ne s’est pas présenté aux élections législatives.

La première séance de la nouvelle Assemblée nationale aura lieu mardi prochain.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT