Macron et Trump s'affrontent à Paris sur leurs projets de défense européenne

Les présidents de la France et des États-Unis, Emmanuel Macron et Donald Trump, se sont à nouveau affrontés, au sein de la relation complexe qu'ils entretiennent, pour leurs points de vue divergents sur la stratégie militaire de l'Europe.

Un tweet controversé lancé par Trump dès son arrivée à Paris vendredi soir a jeté les bases du désaccord.

"Le président français Macron vient de proposer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie, très insultant, mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa juste part de l'OTAN, que les Etats-Unis subventionnent énormément!", Écrit-il.

Le président américain a été irrité par un entretien avec Macron publié cette semaine dans lequel il avait appelé l'Europe à créer une armée pour se protéger "même contre les Etats-Unis", à la suite de la décision de Trump d'abandonner le traité sur l'élimination des missiles nucléaires à courte portée. (INF).

C'est dans cet esprit que Trump, qui participera demain à Paris à la commémoration du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, est arrivé aujourd'hui au palais de l'Elysée.

Toutefois, à l’initiative de Macron, ils ont tous deux tenté, dans une déclaration improvisée à la presse, de baisser la température de quelques degrés avant de se mettre face à face.

"Je partage la vision du président Trump selon laquelle nous avons besoin d'un accord bien meilleur au sein de l'OTAN, et c'est pourquoi je pense que mes propositions pour la défense européenne vont tout à fait dans ce sens", a déclaré Macron.

Malgré cela, sans entrer dans les détails, il a insisté sur le fait que l'Europe avait besoin de capacités militaires accrues pour ne pas dépendre des États-Unis pour la protéger.

Trump, qui a à peine réagi aux nombreux tapotements qu'il a prodigués à son homologue français dans le dos et les jambes, a laissé à son compte Twitter la dialectique belliqueuse et a opté pour un discours apaisant, bien que ses gestes indiquent le contraire.

"Nous sommes devenus de très bons amis ces deux dernières années et nous avons beaucoup de choses en commun, peut-être plus que ce que les gens pensent (…) J'apprécie ce qu'il est écrit sur le partage des fardeaux (militaire). Nous voulons une Europe forte, c & Est très important pour nous ", at-il déclaré.

Macron ne cache pas que ses plans pour une plus grande intégration européenne passent par la création d'une armée commune, ce qui permet au continent de s'émanciper de la tutelle militaire des États-Unis.

Cela ne va pas avec la vision de Trump. L'Américain demande depuis son arrivée à la Maison Blanche que les pays de l'OTAN augmentent leurs dépenses militaires à 2% du PIB, comme stipulé par l'Alliance atlantique.

Un proche collaborateur du président français, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a déclaré aujourd'hui que Trump parlait de "voyageur commercial", car il ne s'intéresse qu'au fond à "l'Europe finançant l'OTAN pour acheter des armes américaines".

Les divergences entre les deux réapparaîtront demain, avec la décision de Trump de ne pas participer au Forum pour la paix après la cérémonie de commémoration de l'armistice de 1918.

Le président français a lancé ce forum – auquel participeront la majorité des plus de 70 chefs d'État et de gouvernement attendus demain à Paris – pour promouvoir le multilatéralisme et la gouvernance mondiale. Rien de plus loin de la vision du monde de son homologue américain.

Trump sera au dîner du musée d'Orsay aujourd'hui, avec lequel Macron divertira ses invités, bien qu'il ait annulé à la dernière minute, en raison du mauvais temps selon la version officielle, son déplacement cet après-midi vers un cimetière américain près de Paris.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.