L’Ukraine frappée par une cyberattaque alors que la peur d’une invasion russe se profile

Un militaire des forces militaires ukrainiennes regarde à travers une longue-vue dans une tranchée sur la ligne de front avec des séparatistes soutenus par la Russie près d'Avdiivka, dans le sud-est de l'Ukraine, le 9 janvier 2022.

Un militaire des forces militaires ukrainiennes regarde à travers une longue-vue dans une tranchée sur la ligne de front avec des séparatistes soutenus par la Russie près d’Avdiivka, dans le sud-est de l’Ukraine, le 9 janvier 2022.
photo: Anatolii Stepanova / AFP (Getty Images)

Vendredi matin, les sites Web du gouvernement ukrainien ont été touchés par une cyberattaque, certains domaines ayant été dégradés pour informer les utilisateurs que leurs informations avaient été compromises. L’attaque survient alors que la Russie poursuit son renforcement militaire le long de sa frontière avec l’Ukraine et que les pourparlers entre les dirigeants russes et américains sur une éventuelle invasion de l’ancien État soviétique ont allé nulle part.

Une quinzaine de sites du gouvernement ukrainien ont été impactés, selon un journaliste spécialisé dans la cybersécurité Kim Zetter, y compris le ministère des Affaires étrangères, le Cabinet des ministres, le ministère de l’Éducation, le Département des services d’urgence, le Trésor, ainsi que le bureau de la protection de l’environnement.

Les sites Web des ambassades d’Ukraine aux États-Unis, au Canada et en Australie, entre autres, ont également été mis hors ligne et sont restés inaccessibles à 4 h 30 HE. Lorsque les sites Web ukrainiens étaient encore actifs, ils auraient affiché des messages menaçants en russe, en ukrainien et en polonais, selon des captures d’écran publiées sur Média social.

“Ukrainien! Toutes vos données personnelles ont été téléchargées sur le réseau public. Toutes les données de l’ordinateur sont détruites, il est impossible de les restaurer », lit-on dans un message sur un site Web du gouvernement ukrainien, selon une traduction en anglais par Reuter. Un autre message disait : « Ayez peur et attendez-vous au pire.

Un porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères a confirmé le cyberattaque sur Twitter, expliquant cette, “Nos spécialistes ont déjà commencé à rétablir le fonctionnement des systèmes informatiques, et la cyberpolice a ouvert une enquête.”

Les services de sécurité ukrainiens ont nié que des données personnelles aient été compromises, selon le AFP, et jusqu’à présent, il semble que l’attaque ne soit qu’une question de vandalisme et de déni de service distribué, ou attaque DDoS, lorsque les sites Web deviennent tellement surchargés par le trafic des attaquants qu’ils ne se chargent plus.

La cyberattaque n’a encore été attribuée à aucun État ou individu, bien que les pirates informatiques connectés à la Russie soient les suspects les plus probables. Le gouvernement russe a précédemment nié être impliqué dans des attaques contre des sites Web ukrainiens. Les dirigeants russes ont également nié avoir été impliqués dans le piratage des e-mails du Parti démocrate en 2016 qui a aidé à élire l’ancien président Donald Trump, ce que Moscou était très certainement derrière.

La Russie a lancé un renforcement militaire massif le long de sa frontière avec l’Ukraine, une situation qui inquiète les États-Unis, un allié de l’ancien pays soviétique, alors que le New York Times Remarques:

La Russie exige que l’OTAN réduise considérablement sa présence près des frontières russes en Europe de l’Est, notamment en arrêtant toute coopération militaire avec l’Ukraine et en fournissant des garanties juridiquement contraignantes que le pays ne rejoindra jamais l’alliance. M. Ryabkov a déclaré que le dialogue avec les États-Unis se poursuivait mais a également averti que M. Poutine recevait des options de la part des militaires sur ce qu’il fallait faire “en cas de détérioration de la situation”.

Selon les analystes et les responsables occidentaux, ces options impliqueront probablement une nouvelle action militaire russe contre l’Ukraine. Rejoignant les discussions de cette semaine pour la première fois jeudi, l’Ukraine a déclaré avoir identifié 106 000 soldats russes et 1 500 chars près de sa frontière, et a accusé Moscou de pointer une “arme sur notre sécurité européenne commune”.

Pourquoi exactement les pourparlers entre les États-Unis et la Russie se sont-ils détériorés sur une éventuelle invasion de l’Ukraine ? Certains experts pensent que la Russie a testé les frontières américaines et que le président Vladimir Poutine pense que Biden n’a aucun intérêt à s’impliquer dans une guerre avec qui que ce soit pour le moment, ce qui semble assez évident pour quiconque y prête attention.

À partir de Guerre sur les rochers:

Moscou semble croire que l’administration Biden est mieux placée pour conclure des accords sérieux en ce moment. Premièrement, parce qu’il y a une demande intérieure croissante aux États-Unis pour une politique étrangère plus restreinte qui a des partisans des deux côtés de l’allée politique. Un plus grand recours à la diplomatie a également été souligné par l’équipe de Biden pendant la campagne comme l’une de ses politiques de signature. Deuxièmement, et surtout, Moscou est sceptique quant à la candidature de Biden pour un second mandat et peut donc penser à son héritage politique maintenant. « Reconstruire en mieux » et préparer l’Amérique pour la confrontation la plus importante du siècle avec la Chine sont les deux principaux objectifs. Un conflit désordonné et prolongé avec la Russie qui pourrait également lier les mains de l’Amérique dans d’autres régions détournerait les ressources et entraverait la réalisation des deux objectifs.

Mais la réticence de Biden à envoyer des soldats américains en uniforme pour aller combattre les batailles d’un allié ne signifie pas que les États-Unis ne seraient impliqués dans aucun conflit dans la région. En fait, la CIA aurait formé des paramilitaires pour l’Ukraine à un installation non divulguéey dans le sud des États-Unis, ce que l’agence nie.

Quoi qu’il arrive, il est clair que nous vivons une nouvelle guerre froide, qui a malheureusement de nombreuses qualités similaires à la première, qui a fait rage de 1945 jusqu’à la chute de la dissolution de l’Union soviétique en 1991.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT