L’UE doit “montrer les dommages” au Royaume-Uni en guise d’avertissement aux autres pays, déclare le Premier ministre français face à l’escalade de la ligne de pêche

| |

L’UE doit montrer que Brexit a été “dommageable” pour le Royaume-Uni, a déclaré le Premier ministre français à Bruxelles dans une lettre appelant à soutenir des actions plus sévères concernant le différend sur la pêche dans la Manche.



© AFP via Getty Images

Des bateaux de pêche français manifestent devant le port de Saint-Hélier au large de l’île britannique de Jersey

– AFP via Getty Images

Jean Castex a écrit une lettre au président de la Commission européenne Ursula von der Leyen jeudi exposant les raisons pour lesquelles le MOI devrait agir contre la Grande-Bretagne au sujet de l’octroi limité de licences aux pêcheurs français pour opérer dans les eaux britanniques après le Brexit.

Il a écrit que l’UE devait préciser que « quitter l’union est plus dommageable que d’y rester ».

Paris menace d’augmenter les contrôles sur les bateaux britanniques, de les empêcher de débarquer dans les ports français, de ralentir les arrangements douaniers à Calais et d’augmenter les tarifs sur les factures d’énergie à Jersey à partir de mardi à moins que les pêcheurs français n’obtiennent davantage de licences dans les eaux britanniques autour de Jersey et Guernesey.

Une traduction de la lettre de M. Castex dit : « L’attitude peu coopérative du Royaume-Uni aujourd’hui risque non seulement de causer un grand tort aux pêcheurs, principalement français, mais aussi aux [European] syndicale, en ce qu’elle crée un précédent pour l’avenir et remet en cause notre crédibilité et notre capacité à faire valoir nos droits au regard des engagements internationaux signés par le syndicat.

Le Royaume-Uni promet des représailles aux menaces de pêche françaises au milieu de la dispute post-Brexit

SUIVANT

SUIVANT

« Il semble donc nécessaire que l’Union européenne affiche sa détermination totale à obtenir le plein respect de l’accord par le Royaume-Uni et à faire valoir ses droits en utilisant les leviers à sa disposition de manière ferme, solidaire et proportionnée.

“Il est essentiel de montrer clairement à l’opinion publique européenne que le respect de l’engagement souscrit n’est pas négociable et qu’il y a plus de mal à quitter le syndicat qu’à y rester.”

M. Castex a poursuivi dans sa lettre : « Si aucune solution satisfaisante n’est trouvée dans ce contexte, l’Union européenne devra appliquer l’article 506 de l’accord de commerce et de coopération et prendre des mesures correctives, d’une manière proportionnée aux dommages économiques et sociaux résultant de les manquements.

Il a suggéré à Mme Von der Leyen qu’ils pourraient imposer des « droits de douane sur certains produits de la pêche » à titre de sanction.

La « restauration de la confiance » repose sur l’octroi par le Royaume-Uni de davantage de licences de pêche aux pêcheurs français, indique également sa lettre.

Boris Johnson a déclaré qu’il « ferait tout ce qui est nécessaire pour assurer les intérêts britanniques » si la France mettait à exécution ses menaces sur les licences.

Il a déclaré que les relations anglo-françaises subissaient des « turbulences » et que la décision des autorités françaises de saisir un navire de pêche britannique pourrait avoir enfreint le droit international.

Johnson rencontrera le président français Emmanuel Macron au cours du week-end au sommet du G20 à Rome pour leur premier face-à-face en quatre mois – après que les deux parties se soient accusées d’avoir violé l’accord sur le Brexit.

Le Premier ministre, arrivé à Rome la nuit dernière, a répondu aux menaces françaises en disant : « Nous craignons qu’il puisse y avoir une violation des termes de l’Accord de coopération commerciale implicite dans ce qui se passe. Nous serons prêts à prendre les mesures appropriées. »

Dans une interview avec le Temps Financier, M. Macron a suggéré que la “crédibilité” du Royaume-Uni était en jeu dans le différend.

Il a déclaré au journal : “Quand vous passez des années à négocier un traité et que quelques mois plus tard vous faites le contraire de ce qui a été décidé sur les aspects qui vous conviennent le moins, ce n’est pas un grand signe de votre crédibilité.”

De l’actualité à la politique, des voyages au sport, de la culture au climat – The Independent propose une multitude de newsletters gratuites adaptées à vos intérêts. Pour trouver les histoires que vous souhaitez lire, et plus encore, dans votre boîte de réception, cliquez sur ici.

Previous

PH reçoit plus d’un million de doses de vaccin AstraZeneca COVID du Japon

Bitcoin et biais de l’argent ESG

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.