nouvelles (1)

Newsletter

L’OPS met en garde contre le risque élevé de réapparition de la poliomyélite en Amérique

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a averti mercredi que le Brésil, la République dominicaine et le Pérou courent un “risque très élevé” de réapparition de la poliomyélite, car la baisse des taux de vaccination observée pendant la pandémie de Covid a entraîné une baisse historique des niveaux de vaccination.

La couverture vaccinale contre la poliomyélite dans les Amériques est tombée à 79 %, son niveau le plus bas depuis 1994, a indiqué l’OPS.

Plus tôt ce mois-ci, la gouverneure de New York, Kathy Hochul, a déclaré l’état d’urgence pour accélérer les efforts de vaccination des résidents après la détection du virus dans des échantillons d’eau de quatre comtés.

Une contamination virale a également été détectée à Londres et à Jérusalem.

“Soyons très clairs”, a déclaré la directrice de l’OPS, Carissa Etienne, aux journalistes. « La poliomyélite n’est pas une maladie traitable. La prévention est la seule option et cela n’est possible qu’avec des vaccins ».

La poliomyélite peut provoquer une paralysie irréversible dans certains cas, mais elle peut être prévenue grâce à un vaccin mis à disposition pour la première fois en 1955. Bien qu’il n’existe aucun remède connu, trois injections du vaccin procurent une immunité de près de 100 %.

Lire la suite: La FDA avertit de ne pas faire cuire le poulet dans du sirop contre la toux, comme sur TikTok

L’OPS met en garde contre le risque élevé de réapparition de la poliomyélite en Amérique

Les autorités de santé publique ont déclaré que la réticence à la vaccination a joué un rôle dans la baisse de la vaccination contre la poliomyélite. De plus, la pandémie mondiale de COVID-19 a provoqué la pire perturbation des vaccinations de routine des populations depuis une génération, selon les Nations Unies.

Etienne a déclaré que la dernière crise sanitaire avait laissé de nombreuses personnes sans protection contre la poliomyélite, après que les vaccins aient éradiqué la maladie dans la région il y a 30 ans.

L’expert a ajouté que l’Argentine, les Bahamas, l’Équateur, le Panama, le Suriname et le Venezuela avaient également été identifiés comme des pays à haut risque, et que la quasi-totalité de l’Amérique du Sud a actuellement une couverture vaccinale inférieure à 80 %.

Il n’y a actuellement aucun cas confirmé de poliomyélite en Amérique latine et dans les Caraïbes, mais l’OPS a exhorté tous les pays de la région à renforcer la surveillance et à agir de manière proactive avec les communautés non vaccinées.

“Je ne pourrais vraiment pas être plus catégorique là-dessus”, a déclaré Etienne. “Comme nous l’avons vu dans l’État de New York, le virus de la poliomyélite peut émerger et se propager rapidement et discrètement dans les communautés où la couverture vaccinale est insuffisante”, a-t-il déclaré.

La poliomyélite a terrifié les parents du monde entier pendant la première moitié du 20e siècle. La maladie, qui touche principalement les enfants de moins de cinq ans, est souvent asymptomatique mais peut également provoquer des affections telles que fièvre et vomissements.

Environ une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible, et parmi ces patients, jusqu’à 10 % meurent.

Avec des informations de Reuters.

Cela peut vous intéresser : Les citoyens russes étudient comment fuir pour ne pas être incorporés dans l’armée

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT