nouvelles (1)

Newsletter

Long COVID-19 lié aux maladies auto-immunes, selon une étude canadienne – National

Quelques longs COVID les patients souffrant de symptômes tels que la fatigue et l’essoufflement présentent des signes de maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde et le lupus, suggère une étude canadienne qui s’appuie sur des résultats similaires ailleurs.

Manali Mukherjee, qui a dirigé l’étude et est chercheuse en maladies respiratoires à l’Université McMaster à Hamilton, a déclaré que deux anticorps anormaux spécifiques, ou auto-anticorps, qui attaquent les tissus sains et sont connus pour provoquer des maladies auto-immunes, ont persisté chez environ 30% des patients un an après ils se sont infectés.

La recherche était basée sur des échantillons de sang de patients qui ont reçu un diagnostic de COVID-19 entre août 2020 et septembre 2021 et ont reçu des soins dans deux hôpitaux de Vancouver et un autre à Hamilton.

Lire la suite:

Qu’est-ce qui cause le long COVID ? Des chercheurs canadiens pensent avoir trouvé un indice clé

La persistance des auto-anticorps pendant un an ou plus indique la nécessité pour les patients de consulter un spécialiste qui pourrait tester les signes de maladie auto-immune, a-t-elle déclaré à propos d’affections qui incluent également le diabète de type 1 et la sclérose en plaques.

L’histoire continue sous la publicité

“Si vous présentez de longs symptômes de COVID, même 12 mois après avoir contracté le COVID, veuillez envisager de faire un examen rhumatologique, juste pour vous assurer qu’il n’y a pas de trajectoire vers une maladie systémique”, a déclaré Mukherjee.

L’étude, qui a également impliqué le Dr Chris Carlsten, de la division de médecine respiratoire de l’Université de la Colombie-Britannique, a été publiée jeudi dans le European Respiratory Journal et a impliqué 106 patients.

Le travail soutient la recherche émergente sur le long COVID, qui affecte principalement les femmes, a déclaré Mukherjee.

Une étude de 300 patients publiée plus tôt cette année dans la revue Cell par des chercheurs aux États-Unis a été la première à montrer que les auto-anticorps parmi les personnes infectées par le virus peuvent entraîner de longs symptômes COVID, mais elle était limitée à trois à quatre mois après la guérison. , a déclaré Mukherjee.






2:19
Les responsables de la santé publique tentent de déterminer le nombre total de Canadiens avec une longue COVID


Les responsables de la santé publique tentent de déterminer le nombre total de Canadiens atteints d’une longue COVID – 3 juin 2022

Une étude suisse portant sur 90 patients et publiée en avril dernier dans la revue Allergy suggère que des auto-anticorps peuvent être présents un an après l’infection chez 40 % des patients.

L’histoire continue sous la publicité

“Mais cette étude confirme la présence d’auto-anticorps spécifiques et est en outre associée à la persistance de la fatigue et de l’essoufflement, deux principaux symptômes COVID longs, à 12 mois”, a-t-elle déclaré.

Mukherjee, qui a elle-même contracté un long COVID en janvier 2021 après avoir commencé ses recherches sur la maladie, a déclaré qu’elle souffrait de fatigue, d’essoufflement, de maux de tête et de brouillard cérébral.

« Les maux de tête étaient si mauvais, et ça rechute. Tout ira bien, et puis tout à coup, vous rechutez », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle avait retrouvé environ 75 % de son niveau d’énergie habituel, mais qu’elle avait appris à privilégier sa santé par rapport aux longues heures de travail et à s’assurer qu’elle dormait suffisamment.

Mukherjee étudie maintenant de longs patients COVID sur deux ans pour voir comment leurs niveaux d’auto-anticorps changent à plus long terme.

Lire la suite:

Étude en ligne montréalaise recrutant des patients souffrant de long COVID

Sarah Olson, résidente de Calgary, a déclaré que la longue COVID l’avait empêchée de reprendre son travail d’enseignante de maternelle depuis qu’elle avait contracté la maladie en janvier 2021.

« Il n’y a rien de tel que pousser jusqu’au bout. Vous devenez de plus en plus malade de nouvelles façons », a déclaré Olson, qui a un fils de neuf ans et une fille de 11 ans et qui souffre de brouillard cérébral, de fatigue, d’essoufflement et d’autres symptômes.

L’histoire continue sous la publicité

« Jusqu’à ce printemps, je ne pouvais pas rester immobile longtemps mais je pouvais marcher à un rythme modéré. Maintenant, je ne peux plus faire ça. J’ai besoin d’un déambulateur. J’aurai 41 ans ce samedi et j’ai besoin d’une marchette.

Olson a déclaré qu’elle avait également reçu un diagnostic d’encéphalomyélite myalgique ou de syndrome de fatigue chronique, bien que Mukherjee ait déclaré qu’un lien définitif entre cette condition débilitante à long terme et le long COVID n’a pas été établi.

Olson a déclaré que la principale préoccupation est qu’elle ne se remettra jamais d’un long COVID.

“Si je ne suis pas capable de gérer mes symptômes en me reposant et en faisant les cent pas autant que nécessaire sans jamais être stressée, alors j’ai toutes les raisons de croire que mon état continuerait à s’aggraver”, a-t-elle déclaré en larmes.

“La recherche doit faire une percée car ils essaient toujours de comprendre quelle est la cause sous-jacente”, a déclaré Olson, ajoutant que cela pourrait signifier que les options de traitement sont loin.

“Nous en sommes à près de trois ans et nous sommes toujours dans le noir à bien des égards.”

© 2022 La Presse Canadienne

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT