Nouvelles Du Monde

L’Iran augmente encore ses stocks d’uranium enrichi à des niveaux proches de ceux de qualité militaire, selon l’organisme de surveillance

L’Iran augmente encore ses stocks d’uranium enrichi à des niveaux proches de ceux de qualité militaire, selon l’organisme de surveillance

VIENNE (AP) — L’Iran a encore augmenté ses stocks d’uranium enrichi à des niveaux proches de ceux de qualité militaire, selon un rapport confidentiel publié lundi par l’organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies, la dernière en date des tentatives de Téhéran pour exercer une pression constante sur la communauté internationale.

L’Iran cherche à obtenir la levée des sanctions économiques imposées à l’encontre de son programme nucléaire controversé en échange d’un ralentissement de ce programme. Le programme – comme toutes les questions d’État en Iran – est sous la direction du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et cela ne changera probablement pas à la suite du crash d’hélicoptère de la semaine dernière qui a tué le président et le ministre des Affaires étrangères iraniens.

Le rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique s’inscrit également dans un contexte de tensions accrues dans l’ensemble du Moyen-Orient en raison de la guerre en cours entre Israël et le Hamas. Israël et l’Iran ont mené des frappes directes sur leurs territoires respectifs pour la première fois le mois dernier.

Le rapport, consulté par l’Associated Press, indique qu’au 11 mai, l’Iran disposait de 142,1 kilogrammes (313,2 livres) d’uranium enrichi à 60 %, soit une augmentation de 20,6 kilogrammes (45,4 livres) depuis le dernier rapport de l’organisme de surveillance de l’ONU en 2007. Février. L’uranium enrichi à une pureté de 60 % n’est qu’à une courte étape technique des niveaux de qualité militaire de 90 %.

Lire aussi  Monsieur Steiermark a remporté le titre 30 ans après sa mère

Selon la définition de l’AIEA, environ 42 kilogrammes (92,5 livres) d’uranium enrichi à 60 % est la quantité à laquelle la création d’une arme atomique est théoriquement possible – si le matériau est encore enrichi, à 90 %.

Toujours au 11 mai, le rapport indique que le stock global d’uranium enrichi de l’Iran s’élève à 6 201,3 kilogrammes (1 3671,5 livres), ce qui représente une augmentation de 675,8 kilogrammes (1 489,8 livres) depuis le précédent rapport de l’AIEA.

L’Iran a maintenu que son programme nucléaire était uniquement destiné à des fins pacifiques, mais le chef de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, a précédemment averti que Téhéran disposait de suffisamment d’uranium enrichi à un niveau proche de celui d’une arme pour fabriquer « plusieurs » bombes nucléaires s’il choisissait de le faire. . Il a reconnu que l’agence des Nations Unies ne peut pas garantir qu’aucune des centrifugeuses iraniennes n’ait été retirée pour être enrichie clandestinement.

Les tensions se sont accrues entre l’Iran et l’AIEA depuis 2018, lorsque le président de l’époque, Donald Trump, a retiré unilatéralement les États-Unis de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales. Depuis lors, l’Iran a abandonné toutes les limites imposées à son programme et a rapidement intensifié son enrichissement.

Dans le cadre de l’accord nucléaire initial, conclu en 2015, l’Iran n’était autorisé à enrichir de l’uranium que jusqu’à une pureté de 3,67 %, à maintenir un stock d’environ 300 kilogrammes et à utiliser uniquement des centrifugeuses IR-1 très basiques – des machines qui font tourner l’uranium gazeux à grande vitesse pour l’enrichissement. fins.

Lire aussi  L'ONU qualifie l'exclusion des filles afghanes des lycées par les talibans de "tragique et honteuse"

L’accord de 2015 a vu Téhéran accepter de limiter l’enrichissement de l’uranium aux niveaux nécessaires à la production d’énergie nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques. À l’époque, les inspecteurs de l’ONU étaient chargés de surveiller le programme.

Le rapport de lundi indique également que Téhéran n’a pas reconsidéré sa décision de septembre 2023 d’interdire aux inspecteurs de l’AIEA de surveiller davantage son programme nucléaire et ajoute qu’il s’attend à ce que l’Iran « le fasse dans le contexte des consultations en cours entre l’agence (AIEA) et l’Iran ».

Selon le rapport, Grossi « regrette profondément » la décision de l’Iran d’interdire les inspecteurs – et un retour sur cette décision « reste essentiel pour permettre pleinement à l’agence de mener efficacement ses activités de vérification en Iran ».

La mort du président iranien Ebrahim Raisi et du ministre des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian a déclenché une pause dans les négociations de l’AIEA avec Téhéran sur l’amélioration de la coopération, reconnaît le rapport.

Avant le crash de l’hélicoptère du 19 mai, l’Iran avait accepté de tenir des négociations techniques avec l’AIEA le 20 mai, suite à la visite de Grossi au début du mois. Mais ces réunions ont été interrompues à cause du crash. L’Iran a ensuite envoyé une lettre le 21 mai, affirmant que son équipe nucléaire souhaitait poursuivre les discussions à Téhéran « à une date appropriée qui sera mutuellement convenue », selon le rapport.

Lire aussi  Les vêtements inutiles d'Oxfam finissent comme des ordures en Afrique

Le rapport indique également que l’Iran n’a toujours pas fourni de réponses à l’enquête menée depuis des années par l’AIEA sur l’origine et la localisation actuelle des particules d’uranium artificielles trouvées dans deux sites que Téhéran n’a pas déclarés comme sites nucléaires potentiels, Varamin et Turquzabad.

Il a déclaré que la demande de l’AIEA devait être résolue, sinon l’agence « ne sera pas en mesure de confirmer l’exactitude et l’exhaustivité des déclarations de l’Iran » dans le cadre d’un accord de garanties entre Téhéran et l’organisme de surveillance nucléaire.

Le rapport indique également qu’aucun progrès n’a été enregistré jusqu’à présent dans la réinstallation d’équipements de surveillance supplémentaires, notamment des caméras, retirées en juin 2022. Depuis lors, les seules données enregistrées sont celles des caméras de l’AIEA installées dans un atelier de centrifugation de la ville d’Ispahan en mai 2023 – bien que l’Iran n’ait pas fourni à l’AIEA l’accès à ces données.

L’AIEA a déclaré que le 21 mai, les inspecteurs de l’AIEA, après un retard en avril, « ont réparé avec succès les caméras dans les ateliers d’Ispahan et les données qu’ils avaient collectées depuis fin décembre 2023 ont été placées sous les sceaux distincts de l’Agence et des Iraniens sur les sites ».

#LIran #augmente #encore #ses #stocks #duranium #enrichi #des #niveaux #proches #ceux #qualité #militaire #selon #lorganisme #surveillance

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT