nouvelles (1)

Newsletter

L’inflation irlandaise ralentit à 9% alors que les prix baissent dans la zone euro élargie – The Irish Times

L’inflation de la zone euro a diminué bien plus que prévu en novembre, ce qui laisse espérer que la croissance vertigineuse des prix a maintenant dépassé son pic et renforce les arguments en faveur d’un ralentissement des hausses de taux de la Banque centrale européenne (BCE) le mois prochain.

Les prix en Irlande ont augmenté d’environ 9% au cours des 12 mois se terminant fin novembre, a déclaré l’office des statistiques de l’UE Eurostat dans un communiqué. Cela par rapport à une augmentation de 9,4% un mois plus tôt.

Cette mesure de l’inflation, basée sur l’indice harmonisé des prix à la consommation (IPCH) de l’Office central des statistiques, a indiqué que les prix de l’énergie ont augmenté ici de 0,1 % au cours du mois et de 43 % depuis novembre 2021.

Il s’agit d’une mesure distincte de la croissance des prix de l’indice des prix à la consommation (IPC) produit sur une base mensuelle par le CSO, qui a mis l’inflation globale ici à 9,2 % en octobre. Le chiffre de novembre sera publié la semaine prochaine.

Dans l’ensemble, les prix à la consommation dans les 19 pays partageant l’euro ont augmenté de 10% ce mois-ci après une augmentation de 10,6% en octobre, bien en deçà des attentes de 10,4% dans un sondage Reuters auprès des analystes.

Le tableau d’ensemble est cependant plus nuancé, car les prix de l’énergie ont représenté l’essentiel du ralentissement tandis que l’inflation des prix des denrées alimentaires, une préoccupation majeure, a continué de s’accélérer, selon les données d’Eurostat publiées mercredi.

Avec une inflation à plus de cinq fois son objectif de 2%, la BCE a relevé les taux d’intérêt à son rythme le plus rapide jamais enregistré cette année et une série de hausses au cours des prochains mois est toujours probable, car la croissance des prix prendra des années à apprivoiser.

Mais après des mouvements consécutifs de 75 points de base, certains décideurs politiques ont récemment plaidé en faveur d’une hausse de 50 points de base le 15 décembre, arguant que l’inflation atteint enfin un pic et que la BCE a fait suffisamment de progrès pour justifier des mesures plus modestes. .

Alors que la baisse des prix, la première dans la zone euro depuis plus d’un an, renforce les arguments en faveur d’une action plus mesurée de la BCE le mois prochain, les données de mercredi pourraient également alimenter les craintes que l’inflation se révèle plus persistante que prévu.

La croissance sous-jacente des prix, à l’exclusion des prix volatils des aliments et de l’énergie, est restée élevée, ce qui devrait déclencher des avertissements de la part des banquiers centraux conservateurs, tandis que la croissance des prix alimentaires, une préoccupation majeure pour les gouvernements, montre peu de signes d’un pic.

En filtrant les coûts des aliments et du carburant, l’inflation est passée de 6,4 % à 6,6 %, défiant les attentes d’une baisse, tandis qu’une mesure encore plus étroite qui exclut également l’alcool et le tabac est restée stable à 5,0 %.

L’inflation des aliments transformés, de l’alcool et du tabac, une catégorie clé, s’est entre-temps accélérée, passant de 12,4 % à 13,6 %.

Une autre complication est que la croissance économique ne souffre pas autant que certains l’avaient prévu, de sorte que l’impact déflationniste d’une récession hivernale imminente sera probablement plus modeste qu’on ne le pensait.

Initialement alimentée par les goulots d’étranglement de l’approvisionnement lors de la réouverture post-pandémique, l’inflation est désormais alimentée par la flambée des prix des denrées alimentaires après une mauvaise récolte et des coûts énergétiques exorbitants suite aux retombées de la guerre russe en Ukraine.

Il pourrait encore remonter légèrement dans les mois à venir, en particulier au début de l’année lorsque les contrats énergétiques seront révisés, mais il devrait diminuer jusqu’en 2023 et revenir aux alentours de 2 % d’ici la fin de 2024.

Une baisse aussi rapide n’a pas de précédent historique, préviennent certains décideurs, suggérant que la légère baisse d’aujourd’hui ne changera probablement pas la donne quant à l’endroit où les taux se retrouveront au cours du cycle de resserrement monétaire. — Reuters

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT