Nouvelles Du Monde

L’Indonésie explique son abstention sur le document suisse appelant à la fin de la guerre russe en Ukraine

L’Indonésie explique son abstention sur le document suisse appelant à la fin de la guerre russe en Ukraine

2024-06-18 09:09:19

Djakarta. Le gouvernement indonésien a expliqué sa décision de s’abstenir de signer un document appelant à ce que l’intégrité territoriale de l’Ukraine soit la base de tout accord visant à mettre fin à la guerre en cours, en invoquant l’absence de la Russie à la conférence suisse.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Rolliansyah Sumirat, a déclaré que tout accord et toute négociation visant à mettre fin au conflit doivent inclure les deux parties belligérantes.

“L’Indonésie estime que le communiqué conjoint serait beaucoup plus efficace s’il était rédigé de manière inclusive et équitable”, a déclaré Rolliansyah, cité lundi par l’agence de presse Antara.

La conférence internationale organisée les 15 et 16 juin à la station balnéaire de Bürgenstock en Suisse a réuni des représentants de 90 pays, mais la Russie n’a pas envoyé de délégation.

Toutefois, l’Indonésie soutient le principe de l’accord, qui appelle à des moyens diplomatiques pour mettre fin au conflit, a-t-il ajouté.

Lire aussi  Guerre Russie-Ukraine : Dernière minute de l'invasion de Poutine, en direct

L’ambassadeur d’Indonésie en Suisse, Ngurah Swajaya, a assisté à la conférence au nom du ministre des Affaires étrangères Retno Marsudi.

La participation de l’Indonésie à la conférence « reflète le ferme engagement du pays en faveur de la mise en œuvre des lois internationales et de la Charte des Nations Unies », a déclaré le porte-parole.

Au cours de la conférence, l’ambassadeur indonésien a fait part de ses inquiétudes non seulement concernant la guerre en cours en Ukraine, mais également concernant l’agression militaire israélienne dans la bande de Gaza, a-t-il déclaré.

L’Indonésie fait partie des 16 pays qui se sont abstenus de participer au document suisse, axé sur les questions de sûreté nucléaire, de sécurité alimentaire et d’échange de prisonniers.

Le document final déclarait que la Charte des Nations Unies et « le respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté… peuvent et serviront de base pour parvenir à une paix globale, juste et durable en Ukraine ».

Lire aussi  Le dessin de Folha sur RS suscite des protestations sur les réseaux sociaux

AP a rapporté que l’Inde, le Mexique, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, la Thaïlande et les Émirats arabes unis – représentés par des ministres des Affaires étrangères ou des envoyés de niveau inférieur – faisaient partie de ceux qui n’avaient pas signé le document final.

Le Brésil, pays « observateur », n’a pas signé, mais la Turquie – qui a parfois cherché à servir d’intermédiaire entre la Russie et l’Ukraine – l’a fait.

L’événement réunissait des présidents et premiers ministres de France, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, du Japon, de Pologne, d’Argentine, d’Équateur, du Kenya et de Somalie.

Mots-clés :

#LIndonésie #explique #son #abstention #sur #document #suisse #appelant #fin #guerre #russe #Ukraine
1718695380

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT