nouvelles (1)

Newsletter

L’histoire de Pat : le directeur de la station de CBC Nunavut prend sa retraite après 33 ans

À Iqaluit, un blizzard fait la une des journaux. Ainsi, dans les années 80, lorsque les routes étaient trop enneigées pour être conduites, le directeur de la station de CBC Nunavut, Patrick Nagle, prenait souvent le personnel sur sa motoneige Yamaha Bravo.

Lors d’un de ces voyages orageux, transportant l’ancien diffuseur Kootoo Onalik, Nagle se souvient que le pare-brise du Bravo s’est brisé à cause du trajet cahoteux – mais dit qu’ils sont arrivés à temps pour diffuser l’émission du matin. Le maire de la ville appelait pour parler des routes, des charrues et de l’électricité.

“Comment diable vous êtes-vous mis au travail ?” a demandé le maire, en direct.

En racontant l’histoire au personnel lors d’un déjeuner d’adieu, Nagle se souvient avoir dit : « Nous prenons notre travail au sérieux ici à la CBC.

Et dans une interview avec Arrête moi La productrice Pauline Pemik, Nagle, a déclaré que la radio était le seul moyen pour les gens d’obtenir leurs informations.

Dans les cuisines de Grise Fiord et les salons de Cambridge Bay… les gens écoutent et regardent et ils comptent sur nous pour les aider à savoir ce qu’ils doivent savoir pour prendre de bonnes décisions en tant que citoyens du Nunavut.– Patrick Nagle, directeur de la station CBC Nunavut depuis 33 ans

“Il était vraiment important que la radio soit là chaque fois qu’il se passait quelque chose”, a-t-il déclaré. “Les gens s’attendent à ce que nous soyons là, s’attendent à ce que nous ayons des réponses à ‘Quand le courant va-t-il revenir?’ ou ‘Quand l’école va-t-elle rouvrir ?'”

Nagle dit que lorsque les choses deviennent difficiles, les travailleurs de première ligne du Nunavut se présentent, et la CBC ne devrait pas faire exception. C’est l’héritage que le directeur de la station de 33 ans laisse derrière lui alors qu’il prend sa retraite jeudi.

Patrick Nagle, l’animatrice de Tuttavik Sandy Tooma et Peter Irniq au bureau de CBC à Kuujjuaq. (Soumis)

Nouvelles de la construction au Nunavut

Pendant qu’il a grandi à Winnipeg, Nagle est venu dans l’Arctique de l’Est du Labrador où il travaillait pour une société de communication inuite. Lorsqu’il a reçu un appel pour venir travailler à Iqaluit, il a d’abord refusé, mais après un voyage, il a changé d’avis.

“C’était et c’est un endroit dynamique et une époque dynamique”, a-t-il déclaré à Pemik. “Le premier plébiscite sur les frontières avait eu lieu, l’accord sur les revendications territoriales était en voie d’achèvement.”

Viendrait alors la création du territoire.

Mais, comme les nombreux jeunes reporters qu’il allait encadrer, Nagle a déclaré qu’il avait beaucoup à apprendre.

Au début de son travail, il se souvient avoir été entraîné dans une émission de Noël par Simon Awa, alors membre du personnel. Ce n’est que lorsque les salutations téléphoniques en direct étaient sur le point de commencer qu’Awa lui a dit que le spectacle était entièrement en inuktitut. Nagle en savait un peu pour avoir vécu au Labrador.

Deux hommes sont assis dans un studio, les mains sur un standard.
Patrick Nagle en studio avec Eemeelayou Arnaquq. (Soumis par Pat Nagle)

“Je m’en suis sorti et l’une des personnes qui ont vécu ici en ville pendant longtemps m’a appelé et m’a dit : ‘Tu as bien fait’ et j’ai pensé : ‘D’accord, c’est un bon endroit'”, a déclaré Nagle.

Trois décennies plus tard, il dit qu’il est honoré d’avoir joué un rôle dans la construction de la radio du Nunavut.

« Dans les cuisines de Grise Fiord et les salons de Cambridge Bay, Rankin Inlet, Sanikiluaq et Arviat et dans toutes les communautés, les gens écoutent et regardent et ils comptent sur nous pour les aider à savoir ce qu’ils doivent savoir pour prendre de bonnes décisions. en tant que citoyens du Nunavut », a-t-il dit. “C’est une énorme responsabilité mais c’est aussi un vrai privilège.”

Nagle dit que les moments les plus difficiles ont été lorsque les compressions budgétaires sont arrivées et qu’il ne pouvait pas donner la priorité à la langue inuit comme le souhaitaient les auditeurs.

Le rédacteur en chef de CBC North, Mervin Brass, a décerné à Nagle un prix de service et a déclaré que le diffuseur devait à Nagle d’avoir fait de l’inuktut une priorité.

“Dans ma culture, nous avons des aînés et je vous considère comme un aîné avec toutes les connaissances que vous avez et la façon dont vous vous conduisez et la façon dont vous vous comportez. Vous avez tellement de dignité et d’intégrité Pat”, a déclaré Brass, qui est Anishinaabe et Cree. .

Au staff, il a dit : “Pour remplacer Patrick, il va falloir plus d’une personne, il va falloir tout le Nord. Cet homme laisse un grand vide.”

Un mentor pour beaucoup

Lorsque CBC North a célébré son 50e anniversaire, Nagle a commencé à compiler une liste d’anciens de CBC Nunavut et a déclaré qu’il avait maintenant dépassé les 400 noms. Bon nombre de ces employés sont devenus premiers ministres et ministres, professeurs de langues ou journalistes nationaux.

Ancien reporter, producteur et Arrête moi Joanna Awa, animatrice, dit que ces journalistes étaient “verts comme des farfadets” lorsqu’ils ont commencé à travailler avec Nagle.

« CBC Iqaluit était pour les débutants. Nous avions rarement des journalistes chevronnés qui venaient travailler à notre station. Pat a probablement encadré plus d’employés que tout autre gestionnaire à travers le pays », a-t-elle déclaré.

Nagle avec sa compagne Suzanne Evaloardjuk. Nagle et CBC North l’ont remerciée d’avoir supporté tous les matins et les alarmes incendie au fil des ans. (Beth Brown/CBC)

Le personnel d’Iqaluit a offert à Nagle une sculpture en stéatite d’un gros ours avec un ours plus petit sur ses épaules, pour symboliser tous les journalistes que Nagle a utilisé sa propre carrière pour élever.

Mardi, le conseil municipal d’Iqaluit a décerné à Nagle un prix de héros local du maire Kenny Bell. Le conseiller et ancien premier ministre Paul Quassa a également travaillé à la CBC au début de sa carrière. Quassa a déclaré que Nagle avait gagné le respect de sa communauté.

« Il croit aux Inuits. Nous sommes fiers de lui. Il vit ici depuis de nombreuses années. Il n’était pas seulement un gestionnaire, il était un grand leader dans notre radio que nous écoutions tous les jours », a déclaré Quassa en inuktitut.

Nagle dit qu’il est convaincu qu’il continuera d’y avoir un «journalisme solide» et le «service culturel» de la programmation en inuktut de CBC Nunavut. (Jodan Konek/CBC)

William Tagoona, musicien et ancien animateur de CBC Kuujjuaq, a rencontré Nagle lorsqu’il a déménagé dans le Nord.

“Lorsque vous êtes apparu pour la première fois dans les années 1980, nous pensions que vous dureriez peut-être un an ou deux, mais nous nous trompions, vous avez duré plusieurs décennies et vous avez fait énormément pour les Inuits et la radiodiffusion et je vous souhaite une très bonne retraite et un bon repos”, a déclaré Tagoona dans une vidéo à la CBC.

Nagle et sa compagne Suzanne Evaloardjuk déménagent dans la région d’Ottawa. CBC North embauche toujours pour combler le poste de Nagle. Il dit que le rôle devrait être utilisé pour renforcer le leadership inuit dans la station.

“Je vois pour Radio-Canada au Nunavut et au Nunavik un avenir prometteur, un avenir en évolution”, a-t-il déclaré.

“Ce n’est pas le même endroit que lorsque je suis arrivé ici à la fin des années 1980, mais c’est un endroit où il y a de nouvelles opportunités.

“Nous avons un nouveau groupe de personnes qui acceptent de nouveaux emplois et apprennent et acquièrent cet enthousiasme pour fournir un bon service journalistique, de programmation et culturel solide aux gens.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT