L’Europe devra peut-être revenir au charbon alors que la Russie réduit les flux de gaz

Les plus grands acheteurs européens de gaz russe se sont précipités lundi pour trouver des sources d’approvisionnement en carburant alternatif et pourraient brûler plus de charbon pour faire face à la réduction des flux de gaz en provenance de Russie qui menacent une crise énergétique en hiver si les magasins ne sont pas remplis.

L’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et les Pays-Bas ont tous signalé que les centrales électriques au charbon pourraient aider le continent à traverser une crise qui a fait grimper les prix du gaz et ajouté au défi auquel sont confrontés les décideurs politiques pour lutter contre l’inflation.

L’italien Eni a déclaré avoir été informé par le russe Gazprom qu’il ne recevrait qu’une partie de sa demande d’approvisionnement en gaz lundi, rapprochant le pays de la déclaration d’un état d’alerte qui déclenchera des mesures d’économie de gaz.

L’Allemagne, qui a également connu une baisse des flux russes, a annoncé dimanche son dernier plan pour augmenter les niveaux de stockage de gaz et a déclaré qu’elle pourrait redémarrer les centrales électriques au charbon qu’elle avait l’intention de supprimer progressivement.

“C’est douloureux, mais c’est une pure nécessité dans cette situation de réduire la consommation de gaz”, a déclaré le ministre de l’Economie Robert Habeck, membre du parti vert qui a poussé à une sortie plus rapide du charbon, qui produit plus de gaz à effet de serre.

La société russe Gazprom, dont le logo est visible ici, a déclaré à la société énergétique italienne Eni que l’Italie ne recevrait qu’une partie de sa demande d’approvisionnement en gaz. (Reuters)

“Mais si nous ne le faisons pas, nous courons le risque que les installations de stockage ne soient pas assez pleines à la fin de l’année vers la saison hivernale. Et puis nous sommes soumis à un chantage au niveau politique.”

La Russie a réitéré lundi ses critiques antérieures selon lesquelles L’Europe n’avait qu’à s’en prendre à elle-même après que l’Occident a imposé des sanctions en réponse à l’invasion de l’Ukraine par Moscou, qui est une voie de transit du gaz vers l’Europe ainsi qu’un important exportateur de blé.

Le contrat de gaz néerlandais du premier mois, la référence européenne, s’échangeait autour de 124 euros (170 $ CAN) par mégawattheure (MWh) lundi, en baisse par rapport au sommet de 335 euros (458 $ CAN) de cette année, mais toujours en hausse de plus de 300 %. à son niveau d’il y a un an, avant que les prix ne s’envolent.

Remplir les stocks lentement

Le directeur général de RWE, le plus grand producteur d’électricité d’Allemagne, Markus Krebber, a déclaré que les prix de l’électricité pourraient prendre trois à cinq ans pour retomber à des niveaux inférieurs.

Les flux de gaz russe vers l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1, la principale route alimentant la plus grande économie d’Europe, fonctionnaient toujours à environ 40% de leur capacité lundi, même s’ils avaient légèrement augmenté depuis le début de la semaine dernière.

L’Ukraine a déclaré que ses pipelines pourraient aider à combler toute lacune dans l’approvisionnement via Nord Stream 1. Moscou a précédemment déclaré qu’elle ne pouvait pas pomper davantage à travers les pipelines que l’Ukraine n’a pas encore fermés.

Les tuyaux des installations d’atterrissage du gazoduc “Nord Stream 1” sont photographiés à Lubmin, en Allemagne, le 8 mars. (Hannibal Hanschke/Reuters)

Eni et le service public allemand Uniper faisaient partie des entreprises européennes qui ont déclaré recevoir moins que les volumes de gaz russes contractuels, bien que les stocks de gaz européens continuent de se remplir, bien que plus lentement.

Ils étaient remplis à environ 54% lundi contre un objectif de l’Union européenne de 80% d’ici octobre et de 90% d’ici novembre.

Le ministère allemand de l’Economie a déclaré que le retour des centrales électriques au charbon pourrait ajouter jusqu’à 10 gigawatts de capacité au cas où l’approvisionnement en gaz atteindrait des niveaux critiques. Une loi relative au déménagement sera présentée à la chambre haute du parlement le 8 juillet.

Parallèlement à un retour au charbon, les dernières mesures allemandes comprennent un système d’enchères à partir des semaines à venir pour encourager l’industrie à consommer moins de gaz, et une aide financière à l’opérateur du marché du gaz allemand, via le prêteur public KfW, pour remplir plus rapidement les installations de stockage de gaz.

RWE a déclaré lundi qu’il pourrait prolonger l’exploitation de trois centrales électriques au charbon brun de 300 mégawatts (MW) si nécessaire pendant la crise de l’approvisionnement en gaz.

La Russie accuse l’Occident

Le gouvernement autrichien a convenu dimanche avec le service public Verbund de convertir une centrale électrique au gaz pour utiliser du charbon si le pays devait faire face à une urgence énergétique. OMV a déclaré lundi que l’Autriche devait recevoir la moitié de la quantité habituelle de gaz pour une deuxième journée.

Le radiodiffuseur néerlandais NOS a rapporté lundi que les centrales électriques au charbon aux Pays-Bas seraient autorisées à augmenter leur production pour aider à dépendre du gaz russe, citant des sources gouvernementales. Le ministre néerlandais de l’énergie devait faire une annonce sur l’approvisionnement en gaz à 15h30 GMT.

Gazprom, contrôlée par l’État russe, a réduit sa capacité la semaine dernière le long de Nord Stream 1, un pipeline majeur alimentant l’Allemagne et d’autres, citant le retour retardé d’équipements entretenus par l’allemand Siemens Energy au Canada.

“Nous avons du gaz, il est prêt à être livré, mais les Européens doivent rendre l’équipement, qui doit être réparé conformément à leurs obligations”, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Des responsables allemands et italiens ont déclaré que la Russie utilisait cela comme excuse pour réduire les approvisionnements.

L’Italie, dont le comité technique pour le gaz doit se réunir mardi, a déclaré qu’elle pourrait déclarer un état d’alerte accru sur le gaz cette semaine si la Russie continue de limiter ses approvisionnements.

Cette décision déclencherait des mesures visant à réduire la consommation, notamment le rationnement du gaz pour certains utilisateurs industriels, l’augmentation de la production dans les centrales au charbon et la demande d’importations supplémentaires de gaz auprès d’autres fournisseurs dans le cadre des contrats existants.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT