L’état matrimonial est probablement un facteur clé dans la prédiction de la survie au cancer gastrique à un stade précoce

Devraient être ajoutés aux variables cliniques et personnelles habituelles, suggèrent les chercheurs

L’état matrimonial est susceptible d’être un facteur contributif important dans la prédiction de la survie à long terme chez les personnes atteintes d’un cancer gastrique à un stade précoce, suggère rechercher publié en ligne dans le Journal de médecine d’investigation.

Il devrait être ajouté à la liste habituelle des variables cliniques et personnelles utilisées pour informer combien de temps une personne est susceptible de vivre après le diagnostic, disent les chercheurs.

Le cancer gastrique est le cinquième type de cancer le plus courant et la troisième cause de décès par cancer dans le monde, avec plus d’un million de nouveaux cas et 780 000 décès rien qu’en 2018. La maladie est environ deux fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, mais rare en dessous de 50 ans.

S’il est pris tôt, les chances de survie sont considérablement augmentées. Mais si la valeur pronostique de l’état matrimonial est reconnue pour les personnes atteintes de cancers du foie et du poumon, elle ne figure pas dans la liste des facteurs prédictifs de survie pour le cancer gastrique à un stade précoce.

Les chercheurs ont donc voulu savoir si l’état matrimonial pouvait également être un facteur valable pour aider à prédire les résultats à long terme chez les personnes atteintes d’un cancer gastrique à un stade précoce.

Ils se sont appuyés sur des informations cliniques qui avaient été saisies dans la base de données de surveillance, d’épidémiologie et de résultats finaux (SEER) de 3647 patients diagnostiqués entre 2010 et 2015 avec un cancer gastrique à un stade précoce – qui ne s’était pas propagé au-delà de l’estomac à d’autres parties du corps. corps.

Les participants ont été divisés au hasard en deux groupes : un groupe de « formation » de 2719 personnes pour établir un nomogramme – un modèle mathématique montrant les relations entre différentes variables; et un groupe test de 928 personnes pour valider le modèle.

Les variables suivantes ont été incluses : âge au moment du diagnostic (en blocs de 10 ans de moins de 40 à 90-100) ; course; le genre; site tumoral; découvertes moléculaires (histologie); grade (apparition de cellules cancéreuses) ; propagation aux ganglions lymphatiques (stade); opération; ablation des ganglions lymphatiques ; chimiothérapie; radiothérapie; taille de la tumeur ; Assurance; et l’état matrimonial.

L’objectif était de comprendre quels facteurs prédisent de manière fiable le délai entre le diagnostic et le décès, quelle qu’en soit la cause.

Quelque 1793 (49%) des participants étaient des hommes et 1854 (51%) étaient des femmes. La plupart (2231) étaient blancs. Au total, 1957 étaient mariés, 274 étaient divorcés, 41 étaient séparés, 630 étaient veufs, 512 étaient célibataires et l’état matrimonial n’était pas connu pour 233.

Dans l’ensemble, les perspectives de survie étaient meilleures chez les femmes que chez les hommes et chez les personnes mariées.

Dans le groupe de formation, les personnes mariées avaient le meilleur pronostic (moyenne de 72 % de chance) tandis que les veuves avaient le pire (moyenne de 60 % de chance).

De même, lorsque le sexe est pris en compte, les chances de survie sont les plus élevées pour les hommes mariés (moyenne 69 %) ; et les femmes mariées (moyenne 76 %), tandis qu’ils étaient les plus bas pour les veufs (moyenne 51 %) et les veuves (moyenne 61 %).

La survie était également significativement meilleure chez les femmes divorcées que chez les hommes divorcés.

Une analyse plus approfondie a montré que l’âge au moment du diagnostic, le sexe, les résultats moléculaires, le stade, la chirurgie, la taille de la tumeur et l’état matrimonial étaient tous des facteurs pronostiques indépendants.

Sur la base de ces données, les chercheurs ont construit un nomogramme pour prédire les survies à 3 et 5 ans, dans lequel chaque variable était notée de 0 à 100 en fonction de sa contribution à la survie, et attribuait aux personnes un risque élevé ou faible de récidive ou de décès.

Le nonogramme a prédit de manière fiable la survie, en distinguant les personnes à risque élevé et faible de récidive ou de décès. Le C-index – un indicateur statistique de l’accord entre le résultat réel et prédit – était de 0,791. Une valeur supérieure à 0,7 est considérée comme bonne.

La taille de la tumeur était le principal facteur contributif au risque de décès ou de récidive. Ce n’est pas surprenant, disent les chercheurs, car une tumeur plus grosse est plus agressive alors qu’une tumeur à peine visible se développe lentement.

L’état matrimonial a également montré une influence modérée sur la survie. Les personnes mariées avaient le meilleur pronostic, suivies des célibataires, tandis que le pronostic des patients séparés était le pire.

Cela pourrait être dû au fait que les personnes mariées ont tendance à être mieux loties financièrement et plus susceptibles de recevoir des encouragements émotionnels de leur conjoint, suggèrent les chercheurs. Les différences observées entre les sexes peuvent également refléter des différences génétiques et/ou de mode de vie, ajoutent-ils.

Il s’agit d’une étude de modélisation et, en tant que telle, ne peut pas établir de cause. Et certains facteurs de risque bien connus du cancer gastrique, tels que les antécédents familiaux, la consommation d’alcool et Helicobacter pylori infection, n’ont pas été inclus dans l’étude.

Néanmoins, les chercheurs concluent : « Tous les patients diagnostiqués avec un stade précoce [gastric cancer] peuvent utiliser notre nomogramme pour évaluer leur risque pronostique après avoir reçu le traitement correspondant.

« Pour les patients à haut risque, la fréquence des examens et les durées de suivi devraient être augmentées. Les patients eux-mêmes devraient accorder plus d’attention à la fluctuation des symptômes et à l’amélioration du mode de vie.

Davantage d’aide sociale et de soins devraient être fournis aux personnes veuves ou célibataires diagnostiquées avec la maladie, ajoutent-ils.

Remarques pour les éditeurs
Rechercher: Un modèle établi à l’aide de l’état matrimonial et d’autres facteurs de la base de données Surveillance, Epidemiology, and End Results for early stage gastric cancer doi 10.1136//jim2021-002285
Journal: Journal de médecine d’investigation

Financement: Fondation des sciences naturelles de la province d’Anhui

Lien vers le système d’étiquetage des communiqués de presse AMS
https://press.psprings.co.uk/AMSlabels.pdf

Examen externe par des pairs ? Oui
Type de preuve : Études de modélisation
Sujets : personnes

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT