nouvelles (1)

Newsletter

L’Estonie dénonce le Conseil de sécurité de l’ONU et qualifie de “honteux” les efforts déployés pour arrêter la guerre de la Russie en Ukraine

L’Estonie a qualifié de “honteux” les efforts du Conseil de sécurité des Nations unies pour arrêter la guerre en Ukraine. Le président estonien, Alar Karis, a profité de son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies pour condamner non seulement la Russie mais aussi les tentatives du conseil d’arrêter la guerre. “Le Conseil de sécurité des Nations unies a été paralysé et totalement incapable de jouer son rôle”, a déclaré Karis.

“Il est honteux que depuis le 24 février, il n’ait adopté qu’une seule déclaration sur l’Ukraine.” Karis dit que l’Estonie a longtemps plaidé pour limiter le droit de veto, et a de nouveau demandé comment l’organisme mondial peut accorder à la Russie, agresseur, le droit de veto au Conseil de sécurité ?”

L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont fermé leurs frontières à la plupart des citoyens russes en réponse au large soutien intérieur de la Russie à la guerre en Ukraine. En vertu de l’interdiction de voyager coordonnée, les Russes souhaitant se rendre dans les pays baltes en tant que touristes ou à des fins commerciales, sportives ou culturelles ne seront pas autorisés même s’ils détiennent des visas valides pour l’espace Schengen sans contrôle de l’Union européenne. Les premiers ministres des trois pays baltes et de la Pologne ont convenu plus tôt ce mois-ci de ne plus admettre de citoyens russes, affirmant que cette décision protégerait la sécurité des quatre pays membres de l’Union européenne.

« La Russie est un État imprévisible et agressif. Les trois quarts de ses citoyens soutiennent la guerre. Il est inacceptable que les personnes qui soutiennent la guerre puissent voyager librement dans le monde, en Lituanie, dans l’UE », a déclaré lundi la ministre lituanienne de l’intérieur, Agne Bilotaite. « Un tel soutien aux hostilités peut constituer une menace pour la sécurité de notre pays et de l’UE en tant que pays. entier », a-t-elle ajouté.

L’interdiction comprend des exceptions pour des raisons humanitaires, les membres de la famille des citoyens de l’UE, les dissidents russes, les diplomates en service, les employés des transports et les Russes titulaires d’un permis de séjour ou d’un visa national de long séjour des 26 pays Schengen. Le ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Kaminski, a signé lundi un règlement qui mettra en vigueur l’interdiction des voyageurs russes liée à la guerre du pays d’Europe centrale le 26 septembre. La Pologne, qui borde l’enclave russe de Kaliningrad, a toujours des restrictions strictes sur les visiteurs étrangers restant du COVID -19 pandémie.

(Avertissement : cette histoire est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué ; seuls l’image et le titre peuvent avoir été retravaillés par www.republicworld.com)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT