nouvelles (1)

Newsletter

Les tests ADN de Christophe Colomb visent à mettre fin à la dispute sur le lieu de naissance – The Irish Times

Il a navigué sur les mers avec le soutien de la royauté espagnole, élargi la connaissance européenne de la planète et façonné l’histoire. Pourtant, les véritables origines et l’identité de Christophe Colomb, l’homme salué comme ayant “découvert” le Nouveau Monde, restent incertaines.

Maintenant, une équipe internationale de scientifiques vise à dissiper les doutes avec une enquête qui devrait se conclure 20 ans après son début. En utilisant l’ADN prélevé sur les restes de l’explorateur et de ses proches, ils espèrent déterminer une fois pour toutes si Christophe Colomb était, comme le reconnaissent les historiens traditionnels, d’origine génoise ou d’ailleurs dans le sud de l’Europe – ou au-delà.

“Les réalisations de Colomb étaient extrêmement importantes, il a marqué le début du monde moderne”, explique Eduardo Esteban, président de l’Association galicienne de Christophe Colomb.

La Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, n’est que l’un des nombreux candidats en lice pour être proclamé véritable lieu de naissance de l’explorateur.

“La question de savoir s’il appartenait à un endroit ou à un autre est très importante pour une nation ou une région”, ajoute Esteban. “C’est comme un débat sur l’endroit où Jésus est né.”

Le projet a débuté en 2003, lorsqu’une équipe dirigée par des scientifiques de l’Université de Grenade a exhumé les restes de Christophe Colomb dans la cathédrale de Séville pour prélever des échantillons d’ADN. Ils ont également prélevé l’ADN des os de son fils, Hernando, et de son frère, Diego, ce qui a confirmé que les trois étaient bien liés.

Mais la confirmation de son lieu de naissance est le véritable défi. La théorie largement acceptée est que Colomb est né à Gênes, dans ce qui allait devenir l’Italie, en 1451, dans une famille de tisserands de laine. En 1492, il dirigea une expédition maritime approuvée par les monarques catholiques espagnols cherchant à établir une nouvelle route vers l’Extrême-Orient. Au lieu de cela, Columbus a atteint les Caraïbes, marquant le début d’une période de contact européen avec les Amériques qui conduirait à la colonisation et à la conquête. Il mourut en 1506 dans la ville de Valladolid, dans le nord de l’Espagne.

L’équipe de l’Université de Grenade a décrit cela comme “l’enquête scientifique la plus ambitieuse qui ait été menée sur les origines de Christophe Colomb, compilant les travaux réalisés par les différentes théories qui ont émergé jusqu’à présent”.

Ces théories incluent la proposition galicienne, ainsi que d’autres affirmant que Christophe Colomb venait des Baléares, de la côte méditerranéenne, du nord de l’Espagne, du Portugal ou même de l’Europe de l’Est. L’ADN des restes d’individus censés être des parents de Colomb selon ces affirmations sera comparé à celui de l’explorateur, dans l’espoir de trouver une correspondance. L’Université du nord du Texas et l’Université de Florence participent également, avec une clinique mexicaine devant vérifier les résultats.

“La théorie galicienne n’a pas besoin d’une analyse génétique ou d’une vérification ADN pour être confirmée”, explique Esteban, pharmacien professionnel. Il ajoute qu’il est « ravi de faire partie de ce projet afin de donner de la visibilité à la théorie galicienne ».

Il dit que la théorie officielle de longue date concernant le lieu de naissance de l’explorateur est née d’une “erreur délibérée” des historiens italiens désireux de le revendiquer comme le leur. Ils ont exploité l’existence d’un Génois qui partageait le nom de Colomb mais qui n’avait rien à voir avec ses exploits, dit Esteban.

Pourtant, d’autres sont tout aussi confiants quant à leurs propres revendications concurrentes. L’un déclare que Christophe Colomb était un majorquin de sang royal : le fils illégitime du prince de Viana, frère du roi Ferdinand, le monarque qui a soutenu son voyage révolutionnaire.

Gabriel Verd, un auteur majorquin qui a soutenu cette hypothèse, a décrit la revendication génoise comme “une histoire de coq et de taureau”. Il dit que les tests ADN « prouveront soit qu’il est [Majorcan] ou cela ne prouvera rien. Aucune autre théorie n’est possible ».

Pendant ce temps, une autre théorie propose que Christophe Colomb était juif et originaire de la ville portuaire méditerranéenne de Valence. Sa jeunesse obscure, selon cette hypothèse, peut s’expliquer par le fait qu’il a cherché à cacher son origine juive pour éviter la persécution par le régime fervent catholique du roi Ferdinand et de la reine Isabelle.

Ailleurs en Espagne, les régions de Navarre et de Castilla La Mancha revendiquent également la provenance de Christophe Colomb. Au Portugal voisin, une théorie affirme que l’explorateur était un pirate de la ville de Coimbra dont le vrai nom était Pedro de Ataíde. La Croatie et la Pologne ont également des revendications.

José Antonio Lorente, qui dirige les recherches de l’Université de Grenade, a déclaré à The Irish Times que le projet progresse et “nous avons maintenant les résultats qui doivent être comparés à ceux qui sont fournis par d’éventuels parents”. [of Columbus]selon les différentes théories sur ses origines ».

Le processus a pris si longtemps – deux décennies – en grande partie parce que les chercheurs attendaient que la technologie médico-légale s’améliore suffisamment pour rendre les résultats irréfutables. Leurs conclusions sont attendues plus tard cette année, lorsque la biographie établie d’un personnage historique extrêmement important sera soit confirmée, soit démystifiée.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT