Les talibans publient des directives pour les médias et interdisent les spectacles avec des actrices

| |

Hadia (Centre), 10 ans, élève de 4e primaire, quitte l’école après un cours à Kaboul, en Afghanistan, le 25 octobre 2021. REUTERS/Zohra Bensemra/File Photo

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

KABOUL, 23 novembre (Reuters) – L’administration talibane a publié un ensemble de restrictions sur les médias afghans, notamment en interdisant les séries télévisées mettant en vedette des actrices et en ordonnant aux présentatrices de nouvelles de porter le “hijab islamique”.

Le ministère afghan du Vice et de la Vertu a énoncé neuf règles cette semaine, a déclaré mardi un porte-parole de l’administration talibane, principalement axée sur l’interdiction de tout média contrevenant aux “valeurs islamiques ou afghanes”.

Certains décrets visaient spécifiquement les femmes, une décision susceptible de susciter des inquiétudes au sein de la communauté internationale.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

“Ces drames… ou programmes dans lesquels des femmes ont joué, ne devraient pas être diffusés”, indiquaient les règles, ajoutant que les femmes journalistes à l’antenne devraient porter “le hijab islamique” sans définir ce que cela signifiait.

Bien que la plupart des femmes afghanes portent le foulard en public, les déclarations des talibans selon lesquelles les femmes devraient porter le « hijab islamique » ont souvent, dans le passé, inquiété les militantes des droits des femmes qui affirmaient que le terme était vague et pouvait être interprété de manière conservatrice.

Les règles ont suscité les critiques de l’organisme de surveillance des droits internationaux Human Rights Watch (HRW), qui a déclaré que la liberté des médias se détériorait dans le pays.

“La disparition de tout espace de dissidence et l’aggravation des restrictions pour les femmes dans les médias et les arts sont dévastatrices”, a déclaré Patricia Gossman, directrice associée pour l’Asie chez HRW, dans un communiqué.

Bien que les responsables talibans aient cherché à assurer publiquement aux femmes et à la communauté internationale que les droits des femmes seraient protégés depuis qu’ils ont pris le contrôle de l’Afghanistan le 15 août, de nombreux militants et femmes sont restés sceptiques.

Au cours du précédent régime des talibans, des restrictions strictes étaient imposées à la capacité des femmes de quitter la maison, à moins d’être accompagnées d’un parent masculin, ou de recevoir une éducation.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Rapport du bureau de Kaboul ; reportage supplémentaire de Jibran Ahmed à Peshawar ; écrit par Charlotte Greenfield

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Previous

Twitter lance une fonction d’achat dans les livestreams

Réaction de Fernando Alonso à la fin de la sécheresse de 7 ans sur le podium au GP du Qatar

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.