nouvelles (1)

Newsletter

Les supermarchés doivent économiser à cause de l’énergie chère. Ils ont dit comment cela affecterait les clients

La hausse des prix de l’énergie n’est pas le seul problème des ménages tchèques. Les coûts énergétiques augmentent également pour les grandes chaînes de distribution telles que Penny ou IKEA. Ils sont donc contraints d’adopter des mesures d’économie pour réduire leurs coûts.

Les grandes chaînes de distribution sont déjà confrontées à la hausse rapide des prix de l’énergie. Le chauffage et l’éclairage des grands magasins deviennent de plus en plus chers. Et avec l’approche de l’hiver, les problèmes de prix élevés deviennent plus aigus.

La majorité des chaînes de distribution qui exploitent leurs magasins en République tchèque se préparent donc minutieusement pour la saison de chauffage de cette année. Ils se préparent à baisser la température dans leurs magasins et à raccourcir la durée d’éclairage. Cependant, ils ont plus de façons d’économiser.

Chauffage

Les méthodes d’économie les plus courantes comprennent le chauffage à des températures plus basses. De nombreuses entreprises ne prévoient donc pas une température supérieure à 20 degrés dans leurs magasins. “L’une des variantes envisagées, que nous pourrions choisir, consiste à réduire la température de chauffage d’environ 2 degrés. Cependant, les scénarios spécifiques sont différents pour nos grands magasins et dépendent du contexte technique”, a déclaré Petr Šašek, porte-parole d’IKEA.

Des températures plus basses sont également acceptées par le réseau de magasins TESCO. “La température dans les zones de vente pendant les mois d’hiver sera fixée à 18 degrés. Cependant, ce n’est pas un changement par rapport à l’année dernière”, a déclaré le porte-parole de TESCO, Michal Kuzmiak.

Cependant, le chauffage n’est pas le seul domaine où les prix du gaz jouent un rôle important. Le gaz cher pose également des problèmes aux boulangeries des magasins Albert. “Nous faisons face à l’impact des prix du gaz et à la réduction de la consommation de nos propres boulangeries. Bien sûr, nous négocions également avec les fournisseurs pour assurer la continuité des chaînes d’approvisionnement”, a déclaré Albert Jiří Mareček, directeur de la communication des magasins.

Électricité

En plus du gaz, les chaînes doivent également faire face à une électricité chère. Dans de nombreux cas, son plus grand dévoreur est l’éclairage des magasins. Les magasins se concentrent souvent sur eux lorsqu’ils ont besoin de réduire leur consommation.

Par exemple, TESCO, qui aurait réduit sa consommation d’énergie de 40 % au cours des 6 dernières années, parie sur un éclairage plus économique. “Les solutions introduites incluent, par exemple, le remplacement de l’éclairage par des lampes fluorescentes à LED, un système de contrôle du niveau d’éclairage et de gradation automatique, ou la reconstruction du système de climatisation”, a expliqué Kuzmiak pour TESCO.

La chaîne Penny modernise également son éclairage. “Chaque année, nous reconstruisons environ 70 magasins et cette année, nous prévoyons d’achever la modernisation de l’ensemble du réseau. Nous avons un éclairage LED dans tous les magasins modernisés. Nous utilisons également une technologie de refroidissement et de congélation plus économique et moderne”, a déclaré Tomáš Kubík, porte-parole. pour le réseau Penny.

Cependant, la chaîne doit investir une grosse somme d’argent dans la modernisation d’un de ces magasins. Selon Kubík, ce prix se calcule en millions. Au total, l’entreprise a investi 1,5 milliard de couronnes dans la modernisation.

Dans le cas du détaillant de meubles JYSK, cette modernisation est complète. Par conséquent, l’entreprise ne prévoit pas de mesures extraordinaires dans ses magasins pour cet hiver. “L’éclairage économique est la norme dans tous les magasins JYSK depuis plusieurs années, l’éclairage de l’affichage et du logo est éteint la nuit”, a expliqué la porte-parole de JYSK, Zuzana Rafajlovič.

Limiter l’éclairage nocturne est également une option très populaire. Les magasins ont généralement au moins une partie de leur éclairage allumé toute la nuit. Ce sont, par exemple, des publicités ou des lumières dans les parkings.

La chaîne Lidl lutte contre ce gaspillage. Les publicités et le parking seront à nouveau éclairés seulement 15 minutes après la fin des heures d’ouverture. « Dans les magasins après les heures d’ouverture, nous utilisons un éclairage dit au tiers, suffisant pour les activités réalisées après la fermeture du magasin. Notre objectif est d’assurer un minimum de lumière suffisante lors des déballages nocturnes et de ne pas gaspiller d’énergie inutilement, », a expliqué le porte-parole de Lidl, Tomáš Myler.

Les supermarchés Globus ciblent également le gaspillage d’électricité la nuit. “Celles-ci incluent, par exemple, des changements dans le nettoyage de nuit et son organisation, le réapprovisionnement des marchandises, et il y aura également une réduction de l’intensité de l’éclairage nocturne. Nous préparons toutes les mesures prévues de manière à ce que les clients ordinaires ne les remarquent pas de quelque manière que ce soit », a promis la porte-parole de Globus, Aneta Turnovská.

Sources alternatives

Avec la hausse des prix de l’électricité, il n’est pas étonnant que les commerçants se bousculent pour trouver leurs propres ressources. Un moyen populaire consiste à installer des panneaux solaires sur les toits des magasins. “Nous étudions la possibilité de notre propre production d’électricité. Par exemple, nous analysons les surfaces des toits pour l’installation éventuelle de panneaux solaires. Nous achetons également une part d’énergie verte”, a informé Albert Mareček.

Lidl travaille également sur un projet similaire. Cet hiver, il prévoit d’étendre ses systèmes photovoltaïques au centre logistique de Buštěhrad, à partir duquel ils promettent une puissance de panneau solaire de 1 mégawatt-crête. Les panneaux seront également installés dans des dizaines de magasins, dont chacun devrait produire des pointes de 150 kilowatts.

Le watt-crête est l’unité utilisée pour mesurer la puissance des panneaux solaires. Un panneau de 1 kilowatt-crête peut produire environ 1 000 kilowattheures par an. À titre de comparaison, la consommation annuelle d’électricité d’un ménage tchèque moyen est d’environ 3 mégawattheures, déclare-t-il. PLUS DE.

Vous pouvez déjà voir des panneaux solaires dans certains magasins Penny. “Nous avons installé des panneaux solaires dans 12 magasins et deux centres logistiques. D’ici la fin de cette année, nous prévoyons d’installer au moins six autres magasins”, a déclaré Penny Kubík.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT