Les Rangers en pourparlers contractuels avec Ryan Strome, option qu’ils ne choisiront pas

En ce qui concerne les Rangers, un des leaders de la LNH pour les victoires au classement général et les victoires réglementaires à compter de mercredi après-midi :

1. Les Blueshirts sont engagés dans des pourparlers en cours avec les représentants du centre d’agents libres sans restriction Ryan Strome, des chiffres préliminaires ayant été échangés entre les parties, a appris The Post.

Bien qu’il semble qu’il y ait beaucoup de travail à faire pour parvenir à un accord sur une prolongation, il n’y aura pas d’ultimatum de signature ou d’échange venant du directeur général Chris Drury de la même manière que le directeur général Glen. Sather a mis le marteau sur Mats Zuccarello avant la date limite de 2015 ou sur Ryan Callahan et Dan Girardi un an plus tôt.

Rassurez-vous, Drury ne sabotera pas son équipe avant les séries éliminatoires en échangeant le centre de deuxième ligne des Blueshirts afin de ne pas permettre à Strome de fuir pour rien en retour s’il frappe effectivement le marché libre du 13 juillet. Si les Rangers ne peuvent pas signer Strome pour une prolongation pendant la fenêtre précédant la date limite, les pourparlers reprendront après les séries éliminatoires.

Artemi Panarin a prospéré avec Artem Anisimov comme centre à Chicago et avec Pierre-Luc Dubois au milieu à Columbus, donc ce ne serait pas la fin du monde comme Panarin le sait si Strome ne se relance pas. Dans le même temps, Drury et les Blueshirts reconnaissent la valeur de Strome qui va au-delà d’être le partenaire privilégié de Panarin. Il ne fait aucun doute qu’ils veulent le garder.

Mais avec la crise du plafond qui se profile pour 2022-2023 et au-delà, les Rangers sont limités quant à ce qu’ils peuvent payer à Strome. Il ne fait aucun doute que le joueur de 28 ans, travaillant sur la dernière saison d’un contrat de 9 millions de dollars sur deux ans, laisserait de l’argent sur la table pour rester à New York. La question est de savoir combien est agréable au goût?

Rangers
Ryan Strome
Getty Images

Sous une formation fantôme qui comprend Igor Shesterkin dans le but; Adam Fox, Jacob Trouba, Ryan Lindgren, K’Andre Miller, Braden Schneider et Patrik Nemeth en défense ; et Panarin, Mika Zibanejad, Chris Kreider, Barclay Goodrow, Ryan Reaves et Flip Chytil à l’avant, les Rangers auraient environ 12 millions de dollars nets sous le plafond pour signer un centre de deuxième ligne, plus Kaapo Kakko, quatre ou cinq supplémentaires. des attaquants dont Sammy Blais, un septième défenseur et un gardien substitut.

N’oubliez pas que le plafond qui devrait augmenter de 1 million de dollars pour atteindre 82,5 millions de dollars l’année prochaine ne devrait pas augmenter de plus d’un autre million pour atteindre 83,5 millions de dollars en 2023-2024. Et c’est l’année où les Rangers devront des deuxièmes contrats à Lafrenière et Miller.

Il est donc difficile d’imaginer que les Rangers puissent dépasser largement les 5,75 millions de dollars par Strome sans compromettre le reste de la liste pour les années à venir. C’est de la folie de s’attendre à ce que l’équipe puisse remplacer Will Cuylle et/ou Brennan Othmann la saison prochaine.

Il y a une autre considération pour Drury et c’est que les candidats potentiels à l’agent libre pour remplacer Strome tels que Tomas Hertl ou Vincent Trocheck coûteront probablement encore plus cher à signer. Alors si ce n’est pas Strome, qui ?

2. Encore une fois, la préférence des Rangers est de signer Strome, mais JT Miller pourrait se cacher comme un remplaçant potentiel. On nous dit que le prix demandé par le directeur général de Vancouver, Jim Rutherford, pour l’ancien Ranger est astronomique à ce stade, mais la demande va sûrement baisser à l’approche de la date limite si les Canucks – cinq points sur une place en séries éliminatoires avec cinq équipes à passer tout en à un désavantage joué par les jeux – abandonner complètement la course.

Rangers
Le directeur général des Rangers, Chris Drury.
NHLI via Getty Images

Miller est-il une réplique de Strome ? Même pas proche. Mais avec une autre année restante sur son contrat à un plafond de 5,25 millions de dollars, Miller pourrait jouer à droite avec Zibanejad ou Strome cette saison avant de glisser au milieu l’année prochaine si le besoin s’en fait sentir.

Peut-être que les Rangers, dont l’intérêt pour Miller a déjà été signalé dans cet espace, pourraient amener les Canucks à manger 50% du contrat pour un retour plus doux. Cela permettrait à l’équipe d’avoir Miller avec Strome la saison prochaine si le n ° 16 signe une prolongation.

3. Puis-je donc être le seul à me demander si les Canucks feront une sérieuse course hors-saison à l’acquisition de Lafrenière maintenant qu’ils ont embauché son (ancienne) agente, Emilie Castonguay, comme DG adjointe?

Lafrenière devra passer à l’aile droite pour obtenir les six meilleures minutes à New York. S’il y a des doutes sur sa capacité à gérer le déménagement, les Rangers devront examiner leurs options. (Même maintenant, avec une vacance temporaire du côté droit sur la connexion Zibanejad-Kreider, l’entraîneur-chef Gerard Gallant choisit de combler le vide avec Julien Gauthier plutôt que le n ° 13.)

Et oui, vous pensez à un Elias Pettersson ou à un Bo Horvat revenant dans un méga-accord pour occuper cette place au milieu derrière Zibanejad. Mais Pettersson porte un plafond inabordable de 7,35 millions de dollars et bien que l’AAV de 5,5 millions de dollars de Horvat atteigne le point idéal, il n’a plus qu’un an sur son contrat.

Pourtant, je serais surpris que Vancouver ne fasse pas une enquête.

4. On nous a dit que l’intérêt rapporté des Rangers pour le défenseur de l’Arizona Jakob Chychrun a, pour le moins, été exagéré.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT