Les pays occidentaux feront face à "un afflux massif de drogue" si l'Iran affaiblit sous les sanctions américaines, prévient le président Hassan Rouhani

Le président iranien, Hassan Rouhani, a averti les pays occidentaux qu’ils seraient confrontés à un afflux massif de drogues si l’Iran s’affaiblissait sous les sanctions américaines.

M. Rouhani a pris la parole à Téhéran samedi lors d'une conférence de six pays sur la lutte contre le terrorisme, à laquelle ont participé des décideurs de l'Afghanistan, de l'Iran, du Pakistan, de la Turquie, de la Chine et de la Russie.

Dans des commentaires diffusés à la télévision d'Etat, M. Rouhani a déclaré qu'un Iran affaibli serait moins en mesure de lutter contre le trafic de drogue.

"En affaiblissant l'Iran par des sanctions, beaucoup ne seront pas en sécurité", a-t-il déclaré. "Ceux qui ne nous croient pas, c'est bien de regarder la carte."

L’Iran se trouve sur une importante route de la drogue entre l’Afghanistan et l’Europe et les États du golfe Persique.

L’Afghanistan est le premier producteur mondial d’opium, la province de Helmand étant la plus grande région productrice d’opium.

L’opium est la matière première de l’héroïne et les agriculteurs afghans récoltent environ 80% de l’approvisionnement mondial, selon les rapports de l’ONU.

L’économie iranienne a souffert depuis la réimposition des sanctions imposées par les États-Unis dans le cadre de l’accord nucléaire conclu entre Téhéran et les puissances mondiales.

Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord et a commencé à rétablir les sanctions, ce que M. Rouhani a qualifié de "terrorisme économique".

L’Iran paie un lourd tribut à la lutte contre le trafic de drogue. Un certain nombre de gardes-frontières sont tués chaque année dans un combat contre des trafiquants de drogue.

Every year, the country burns about 100 tons of seized narcotics as a symbol of its determination.

Iran has also complained about accusations that it violates human rights by executing convicted drug smugglers, who make up 73 per cent of executions in Iran.

In 2013 alone, Iran spent more than £20m to dig canals, erect walls and embankments, create new outposts and set up barbed wire along its 2,000km border with Afghanistan and Pakistan, according to government statistics.

Until 2016, Iran spent nearly £2bn annually to fight drug trafficking, officials say.

AP

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.