nouvelles (1)

Newsletter

Les nanoparticules peuvent être déclenchées pour libérer des microARN anticancéreux à l’aide d’un champ magnétique alternatif

Une étude montre que les nanoparticules libèrent un microARN anticancéreux à l’intérieur des cellules cancéreuses du poumon lorsqu’elles sont stimulées à l’aide d’un champ magnétique alternatif.

Les chercheurs poursuivent des traitements de plus en plus sophistiqués pour lutter contre le cancer du poumon. La chimiothérapie traditionnelle peut avoir de graves effets secondaires dans tout le corps, c’est pourquoi de nombreux nouveaux traitements sont très ciblés. Ces méthodes permettent une libération contrôlée directement au niveau de la tumeur en utilisant des agents sélectifs qui sont moins susceptibles de produire des effets hors cible.

Un article publié dans Progrès du génie biomédical présente une telle stratégie. Daniel Hayes et ses collègues de la Pennsylvania State University aux États-Unis ont créé des nanoparticules magnétiques qui peuvent être déclenchées pour libérer une charge utile thérapeutique lorsqu’elles sont stimulées à l’aide d’un champ magnétique.

La technique devrait permettre à un médecin d’administrer les nanoparticules par voie intraveineuse, puis d’exposer la tumeur à une radiofréquence à champ magnétique alternatif (AMF-RF) depuis l’extérieur du corps. Cela déclenchera un léger réchauffement des nanoparticules traversant la zone et libérera leur charge thérapeutique précisément là où elle est nécessaire.

La charge utile en question est un court brin d’ARN appelé microARN. Dans ce cas, les chercheurs ont connecté les nanoparticules à une version synthétique d’un microARN appelé miR-148b, dont il a été démontré qu’il avait une activité de suppression des tumeurs. À l’aide d’une liaison chimique sensible à la chaleur appelée cycloadduct de Diels-Alder, ils ont joint les particules et le microARN, de sorte que la liaison se désintègre et libère le microARN lorsqu’elle est chauffée à l’aide de l’AMF-RF.

Après avoir testé leurs nanoparticules dans des cellules cancéreuses du poumon, l’équipe de recherche a découvert que les particules pénétraient avec succès dans les cellules et libéraient leur charge utile de microARN lorsqu’elles étaient exposées à l’AMF-RF. Un jour plus tard, les chercheurs ont effectué des tests pour voir si les cellules cancéreuses traitées étaient mortes.

Ils ont constaté qu’un nombre important de cellules étaient mortes dans le groupe qui avait reçu le traitement nanoparticule/AMF-RF par rapport aux groupes qui n’avaient reçu aucun traitement, des nanoparticules sans charge utile ou des nanoparticules entièrement chargées mais pas d’AMF-RF. Les résultats démontrent que la technique est très prometteuse et pourrait ouvrir la voie à des études plus avancées chez l’animal.

La source:

Référence de la revue :

Arrizabalaga, JH, et coll. (2022) Développement de nanoparticules magnétiques pour la délivrance intracellulaire de miR-148b dans le cancer du poumon non à petites cellules. Progrès du génie biomédical. doi.org/10.1016/j.bea.2022.100031.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT