nouvelles (1)

Newsletter

Les lois des États varient considérablement quant à savoir si les criminels peuvent se présenter aux élections

WASHINGTON (AP) – Le cas d’un candidat vaincu du Nouveau-Mexique arrêté lors d’une fusillade à motivation politique a mis en lumière une question qui évolue dans les États: les personnes condamnées au pénal sont-elles éligibles pour se présenter à des fonctions publiques.

Solomon Peña a massivement perdu une offre pour la maison d’État du Nouveau-Mexique en tant que républicain et est accusé d’avoir payé quatre hommes pour tirer sur les maisons de quatre responsables démocrates. Il avait nié sa défaite et affirmé sans fondement que les élections de novembre avaient été «truquées» contre lui, même s’il n’avait obtenu que 26% des voix contre le titulaire démocrate de longue date.

Bien que l’affaire sonne l’alarme sur la violence à motivation politique aux États-Unis, elle met également en évidence les différences à travers le pays quant à savoir si les personnes ayant des condamnations pénales antérieures peuvent se présenter aux élections. Peña a passé neuf ans derrière les barreaux après avoir été reconnu coupable d’avoir fait partie d’un réseau de voleurs au détail.

Les États ont une série de lois pour rétablir les droits des criminels. Dans la plupart des États, la possibilité de briguer un poste d’État ou local coïncide avec le rétablissement du droit de vote.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT