Les fils de l'ex-leader égyptien Moubarak arrêtés dans une sonde de greffe

Les autorités égyptiennes ont arrêté et emprisonné samedi deux fils du président égyptien déchu Hosni Moubarak, accusés de délits d’initié.

L’arrestation de Gamal et Alaa Moubarak était un rappel de ce que beaucoup d’Égyptiens considèrent comme une ère de corruption et de répression politique dans les dernières années du régime de M. Moubarak avant qu’il ne soit renversé par un soulèvement populaire en 2011.

L’affaire contre les deux hommes a débuté en 2012 avec des procureurs alléguant qu’ils avaient enfreint les règles de négociation financière dans un accord portant sur des actions de la banque égyptienne Al Watany. Ils ont nié les accusations portées contre eux.

Samedi, on ne savait pas pourquoi le tribunal pénal du Caire avait ordonné l’arrestation des fils Moubarak.

Les hommes ont été condamnés en mai 2015 dans une affaire distincte de détournement de millions de dollars de fonds publics. Mais un tribunal les a libérés des mois plus tard après qu'un juge eut crédité les 43 mois de prison qu’ils avaient déjà purgés en attendant des procès pénaux dans d’autres affaires.

Les fils Moubarak sont les symboles des excès de la domination de leur père sur l’Egypte, connus pour leurs styles de vie somptueux et leurs dépenses extravagantes pendant les trois décennies de règne de Hosni Moubarak avant son éviction lors de la révolte du Printemps arabe. Pendant le soulèvement, des millions d’Égyptiens ont exprimé leur indignation face à la corruption et aux violations des droits de l’homme commises par le vaste appareil de sécurité du gouvernement.

Gamal Moubarak, banquier d’investissement et haut fonctionnaire du parti au pouvoir de son père, était largement perçu comme étant préparé pour la présidence, une perspective qui ébranlait les Egyptiens ordinaires et suscitait l’opposition au gouvernement dans les années précédant le soulèvement.

Sous l’actuel président égyptien, l’ancien chef militaire Abdel Fattah Al Sisi, le gouvernement a ramené d’anciens membres du régime Moubarak à la vie politique. Les anciens membres du Parti démocratique national, dominé par Moubarak, siègent désormais au parlement actuel, un organe de sécurité qui soutient M. Sisi.

Au cours des dernières années, Gamal Moubarak est devenu plus audacieux lorsqu'il a comparu en public pour assister à des mariages et à des manifestations sportives dans le but apparent de réhabiliter son image publique. Il n’a pas exprimé de nouvelles ambitions politiques.

L’ancien président Moubarak a été libéré d’un hôpital militaire l’an dernier. Dans les années qui ont suivi son éviction, il a été reconnu coupable d'avoir participé au massacre de manifestants par les forces de sécurité lors des manifestations de 2011, au cours desquelles plus de 800 personnes sont mortes en 18 jours de combats de rue. M. Moubarak a ensuite été acquitté dans le cadre d’un nouveau procès et libéré.

Un autre ancien président, Mohamed Morsi, un leader islamiste élu en 2012, est toujours en prison. M. Morsi a été renversé lors d'un coup d'Etat mené par M. Sisi en 2013 et a été emprisonné pour toute une série d'accusations, notamment d'espionnage, d'insultes à la justice et d'orchestration d'une rupture de prison lors de la révolte de 2011.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.