Nouvelles Du Monde

Les femmes sont plus susceptibles de souffrir d’épilepsie, de migraines ou de sclérose en plaques en raison des changements liés à la grossesse.

Les femmes sont plus susceptibles de souffrir d’épilepsie, de migraines ou de sclérose en plaques en raison des changements liés à la grossesse.

2024-05-27 14:41:36

La Société espagnole de neurologie (SEN) a rappelé ce lundi que les maladies neurologiques telles que la migraine, l’épilepsie, la sclérose en plaques ou la myasthénie grave sont très fréquentes chez les femmes en âge de procréer. De plus, le risque de souffrir d’autres maladies neurologiques, comme un accident vasculaire cérébral, une thrombose veineuse cérébrale ou le syndrome des jambes sans repos, augmente également pendant la grossesse.

Ceci est confirmé dans le manuel SEN « Neurologie et femmes », qui recommande l’identification précoce des risques possibles afin de protéger la santé des femmes. «Pendant la grossesse, une série de changements physiologiques se produisent qui, combinés aux processus pathologiques typiques de cette période, rendent les femmes plus prédisposées à souffrir de certaines maladies neurologiques. Et peut-être que la maladie qui peut avoir les conséquences les plus dévastatrices est l’accident vasculaire cérébral”, a expliqué le Dr Susana Arias, membre de la Société espagnole de neurologie (SEN).

Il a ajouté que les femmes enceintes et celles en période post-partum « courent un plus grand risque de souffrir d’un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique ou d’une thrombose veineuse cérébrale puisque l’incidence des accidents vasculaires cérébraux pendant la grossesse et la période post-partum est environ le triple de l’incidence chez les femmes non enceintes de la même âge.

Lire aussi  TikTok explore Paywall, Creator Fund 2.0 pour attirer les utilisateurs : rapport

Selon le SEN, les thromboses veineuses cérébrales qui surviennent pendant la grossesse et la période post-partum représentent 15 à 20 % du total des cas annuels mais, en outre, l’utilisation de contraceptifs hormonaux constitue le principal facteur de risque chez les jeunes femmes.

En revanche, chez les femmes enceintes, les AVC hémorragiques représentent 50 % des cas d’AVC, contrairement à la population générale où ils ne représentent que 15 % des cas.

35 AVC pour 100 000 femmes enceintes

De même, pour 100 000 grossesses, on enregistre 35 cas d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques et certaines données suggèrent que cette incidence augmente en raison du retard dans l’âge de la maternité et de l’incidence accrue de l’obésité chez les femmes enceintes. Les périodes les plus à risque sont le troisième trimestre et le post-partum, jusqu’à 12 semaines.

«Les facteurs de risque les plus importants d’accident vasculaire cérébral gestationnel sont le tabagisme, les antécédents de migraine, la cardiomyopathie, les états d’hypercoagulabilité primaire, l’âge (surtout après 35 ans) et les complications de la grossesse telles que l’hypertension gestationnelle et la prééclampsie, les transfusions et les infections au cours de la grossesse. l’accouchement, la procréation assistée et l’accouchement par césarienne ont également été associés à une augmentation de l’incidence des accidents vasculaires cérébraux”, a déclaré le Dr Susana Arias.

Lire aussi  Prière du matin (Zoom) - Grace Cathedral

Hypertension gestationnelle

L’hypertension gestationnelle, qui touche une femme enceinte sur dix, “les prédispose à souffrir précocement de tout type de maladie vasculaire et certaines études affirment même que ce risque se maintient jusqu’à 17 ans après l’accouchement”.

Les troubles du sommeil chez les femmes sont plus prononcés pendant les périodes de la vie caractérisées par des changements hormonaux importants (menstruations, grossesse/allaitement, périménopause et postménopause) et on estime que plus de 80 % des femmes enceintes en souffrent, notamment au troisième trimestre.

De plus, selon les neurologues, la grossesse peut à la fois aggraver les troubles du sommeil déjà présents et en déclencher de nouveaux, comme l’insomnie, présente chez jusqu’à 60 % des femmes enceintes, ou le syndrome des jambes sans repos, chez jusqu’à 30 %. Chez les femmes enceintes, le syndrome des jambes sans repos est trois fois plus fréquent que chez les femmes non enceintes.

D’un autre côté, les fluctuations hormonales tout au long du cycle menstruel peuvent également affecter la fréquence des crises d’épilepsie. Environ un tiers des femmes épileptiques voient la fréquence des crises doubler ou plus augmenter au cours d’une étape spécifique du cycle menstruel.

Lire aussi  Amplifier : écrire sur la vie à Berlin de manière fictive a donné à l'expérience une toute nouvelle perspective

De même, toute femme épileptique en âge de procréer devrait recevoir des conseils sur la méthode contraceptive la plus appropriée et des informations sur l’importance de planifier une grossesse à l’avance, pour évaluer le traitement et maintenir un équilibre entre le meilleur contrôle des crises, ce qui réduit les risques maternels et fœtaux.

Pour cette raison, l’absence de planification de la grossesse chez les femmes épileptiques “peut être associée à une naissance prématurée, à un faible poids à la naissance et à une perte fœtale spontanée jusqu’à deux fois plus fréquente”, selon la société scientifique.



#Les #femmes #sont #susceptibles #souffrir #dépilepsie #migraines #sclérose #plaques #raison #des #changements #liés #grossesse
1716812031

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT