Les femmes enceintes et hospitalisées atteintes de COVID-19 peuvent souffrir d’une maladie grave, accouchement prématuré: rapport du CDC

Les femmes enceintes et hospitalisées atteintes du COVID-19 peuvent souffrir d’une maladie grave, accouchement prématuré: rapport CDC | Crédit photo: iStock Images

Points saillants

  • Les femmes enceintes sont dans la catégorie à haut risque de contraction et de complications dues au COVID-19
  • Un nouveau rapport du CDC a révélé que les femmes enceintes hospitalisées en raison du COVID-19 ou en vue d’un accouchement peuvent présenter une maladie grave ou un risque d’accouchement prématuré
  • Le risque d’accouchement prématuré était plus élevé chez les femmes présentant des symptômes que chez celles asymptomatiques

New Delhi: Les femmes enceintes avaient auparavant été placées dans la catégorie “ à haut risque ” de contraction et de complications du COVID-19 en raison de la même par les agences de santé telles que l’OMS. Alors que de vastes recherches ont conclu que le transfert du virus de la mère à l’enfant était peu probable, quelques cas de ce type ont été signalés dans le monde. Pendant ce temps, les complications de la grossesse et le risque pour l’enfant à naître ont également été signalés comme un effet du COVID-19.

Un nouveau rapport des Centers for Disease Control and Prevention, États-Unis, indique maintenant que les femmes enceintes qui ont été hospitalisées pour COVID-19 pourraient être à risque de souffrir d’une maladie grave et que l’infection virale mortelle peut également entraîner plusieurs complications à la naissance, y compris les accouchements prématurés ou prématurés.

Les femmes enceintes hospitalisées pour des symptômes graves du COVID-19 souffrent d’une maladie grave, doivent être hospitalisées à l’USI et d’une ventilation mécanique – Rapport CDC

Le rapport du CDC a révélé que non seulement les femmes enceintes développaient des symptômes sévères du COVID-19, mais qu’elles présentaient également un risque élevé d’admission en unité de soins intensifs ou avaient besoin d’une ventilation mécanique en raison de la maladie. De mauvais résultats à la naissance, y compris des naissances prématurées, ont également été signalés dans de tels cas.

Parmi les 600 femmes enceintes admises à l’hôpital entre le 1er mars et le 22 août, 55% étaient asymptomatiques, selon le rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité du CDC publié le 16 septembre.

Sur les 272 femmes qui présentaient des symptômes, 16% ont dû être admises aux soins intensifs, 8% avaient besoin d’un respirateur et deux femmes ont perdu la vie à cause du COVID-19. Aucune des femmes asymptomatiques n’a eu besoin d’hospitalisation aux soins intensifs ou de ventilation mécanique, et aucun décès n’a été signalé parmi elles.

Le rapport notait en outre que la raison de l’admission à l’hôpital n’était indiquée que pour 324 femmes et que 75% d’entre elles avaient été hospitalisées pour des raisons obstétricales telles que le travail ou l’accouchement. Seulement 19 pour cent de ces femmes ont été hospitalisées pour une maladie ou des symptômes liés au COVID-19. Les raisons les plus courantes d’hospitalisation au cours du premier et du deuxième trimestre étaient les maladies liées au COVID-19, tandis que le travail ou l’accouchement étaient des raisons courantes d’admission au troisième trimestre.

Parmi les femmes enceintes, 21% avaient au moins un problème de santé, comme l’asthme ou l’hypertension artérielle.

Mauvais résultats de l’accouchement, y compris les accouchements prématurés signalés chez les femmes enceintes et hospitalisées

Le rapport a révélé que les femmes qui avaient terminé leur grossesse au moment de la sortie de l’hôpital, 97,8 pour cent d’entre elles avaient une naissance vivante. 2,2% de ces femmes ont subi une fausse couche survenue chez des femmes symptomatiques et asymptomatiques atteintes du COVID-19.

Parmi les 97,8% de naissances à vie, 87,4% étaient des naissances à terme, tandis que près de 13% étaient prématurées. Les naissances prématurées étaient plus élevées (23%) pour les femmes symptomatiques, contre 8% pour les femmes asymptomatiques.

Le rapport indique en outre qu’une attention particulière devrait être accordée aux femmes enceintes, car une infection asymptomatique peut ne pas être détectée chez beaucoup. Cependant, les directives actuelles du CDC stipulent qu’une personne qui n’a pas été en contact avec un patient positif au COVID-19 pendant plus de 15 minutes n’a pas besoin de se faire tester si elle ne présente pas de symptômes, à moins qu’elle n’entre dans la catégorie vulnérable ou qu’elle ne soit guidé par un professionnel de la santé pour le faire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.