Les enquêtes contre M. Mélenchon et la France insubordonnée confiées à des juges d'instruction

L'un traite des comptes de campagne pour l'élection présidentielle de 2017 et l'autre des conditions d'emploi des assistants parlementaires des députés de LFI.

Jean-Luc Mélenchon et Insolute France (LFI) n'ont pas encore rendu justice. Près d'un mois après les perquisitions perfides du 16 octobre, notamment au siège du parti de gauche et chez son chef, le procureur de Paris a annoncé vendredi 9 novembre, par voie de communiqué de presse, l'ouverture de deux informations judiciaires distinctes X. L'un concerne les comptes de campagne de M. Mélenchon pour l'élection présidentielle de 2017 et l'autre, les conditions d'emploi des assistants parlementaires des députés européens LFI.
Les informations judiciaires sur le financement de la campagne présidentielle – qui ont permis à M. Mélenchon de terminer en quatrième position – sont ouvertes aux dirigeants d '"escroquerie et de tentative de fraude", "d'abus de confiance et de dissimulation d'abus de confiance" "," Blanchiment et non conforme comportement par un candidat de son compte de campagne ". L'enquête sur les assistants parlementaires porte sur les soupçons de travaux fictifs, financés par des fonds européens, et vise les actes de" détournement et de dissimulation de détournement de fonds publics "et de" blanchiment "de cette infraction.

Désormais, quittez les enquêtes préliminaires menées par l'accusation. Les enquêtes visant M. Mélenchon et son mouvement politique se poursuivront sous l'égide de juges d'instruction – à raison de trois magistrats pour chacune des deux enquêtes. Le procureur a expliqué qu'il avait pris sa décision sur la base "des éléments déjà rassemblés" par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la criminalité financière et fiscale (OCLCIFF) et de la "complexité des enquêtes qui restaient à réalisé.
"Nous sortons des griffes de l'arbitraire"
Au total, les perquisitions du 16 octobre, "autorisées par le juge des libertés et de la détention", rappellent le bureau du procureur, ciblant quinze sites distincts et vingt et un …

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.