Les dirigeants britanniques et français se réuniront au milieu de la flambée de la pêche post-Brexit

| |

LONDRES / LE HAVRE, France (Reuters) – Le Premier ministre britannique Boris Johnson rencontrera le président français Emmanuel Macron ce week-end au milieu d’une dispute sur les droits de pêche post-Brexit dans laquelle la France a saisi un bateau britannique et Londres a menacé d’embarquer sur des chalutiers français.

Un chalutier britannique Cornelis Gert Jan est aperçu amarré dans le port du Havre, après que la France a saisi jeudi un chalutier britannique pêchant dans ses eaux territoriales sans permis, au Havre, en France, le 29 octobre 2021. REUTERS/Sarah Meyssonnier

L’embrasement fait partie d’un différend plus large sur les accords commerciaux post-Brexit entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne qui pourrait perturber gravement le commerce transmanche et saper davantage les relations franco-britanniques s’il devenait incontrôlable.

Le porte-parole de Johnson a déclaré que le Premier ministre et Macron devaient se rencontrer en marge du sommet du G20 des 20 plus grandes économies du monde à Rome samedi et dimanche.

“Il discutera d’une série de questions”, a-t-il ajouté, sans donner de détails.

La France est restée un allié proche et fort de la Grande-Bretagne, a-t-il ajouté. La France n’a pas immédiatement commenté ses propos.

La France a déclaré cette semaine qu’elle imposerait des sanctions à la Grande-Bretagne si Londres n’autorisait pas davantage de chalutiers français à pêcher dans les eaux britanniques, et elle a arrêté une drague à pétoncles britannique.

Le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandie, a déclaré vendredi qu’il n’y avait eu aucun progrès dans les pourparlers sur l’octroi de davantage de licences aux navires français pour pêcher dans les eaux britanniques, et a déclaré qu’il était juste que la France prépare des sanctions contre la Grande-Bretagne.

Face à la menace de contrôles douaniers supplémentaires sur les marchandises britanniques et de tarifs énergétiques potentiellement plus élevés de la part de la France si les pourparlers échouent, le secrétaire britannique à l’Environnement, George Eustice, a déclaré : “Deux peuvent jouer à ce jeu.”

“De toute évidence, il nous est toujours loisible de toujours renforcer l’application de la loi sur les navires français, d’en monter plus à bord si c’est ce qu’ils font à nos navires”, a-t-il déclaré à la télévision de la BBC.

MENACES ET CONTRE-MENACES

La drague à pétoncles Cornelis Gert Jan a été escortée jusqu’au port du Havre, dans le nord de la France, dans la nuit de mercredi, après que son équipage n’a pas prouvé qu’il était autorisé à pêcher dans les eaux territoriales françaises, ont annoncé des responsables français.

Les responsables britanniques ont déclaré qu’il avait la documentation correcte. Le parquet local a déclaré que le skipper du navire sera appelé à comparaître devant un tribunal du Havre en août 2022.

Le départ de la Grande-Bretagne de l’UE l’année dernière a aggravé les tensions dans ses relations avec la France, et les négociations sur les droits de pêche se sont avérées longues et difficiles avant même qu’elle ne quitte le bloc.

La France affirme que la Grande-Bretagne a refusé d’accorder à ses pêcheurs le nombre total de licences pour opérer dans les eaux britanniques que la France juge justifiées. La Grande-Bretagne dit qu’elle délivre des licences aux navires qui répondent à ses critères.

La France a menacé d’interdire aux bateaux de pêche britanniques de débarquer dans les ports français, d’effectuer des contrôles supplémentaires des licences sur les navires britanniques, de renforcer les contrôles des camions, de renforcer les contrôles douaniers et d’hygiène et d’augmenter les tarifs de l’électricité.

L’ambassadeur de France à Londres a été convoqué pour expliquer les actions de son pays.

Le ministre britannique du Brexit, David Frost, devait s’entretenir vendredi à Londres avec Maros Sefcovic, vice-président de l’organe exécutif de l’UE.

Certains responsables britanniques décrivent la défense de ses pêcheurs par la France comme une tentative de Macron de montrer qu’il veille à leurs intérêts avant les élections d’avril au cours desquelles il devrait briguer un nouveau mandat.

Johnson peut également difficilement se permettre de paraître faible sur les droits de pêche après avoir mené la campagne pour quitter l’UE et avoir promis que quitter l’UE était dans l’intérêt des électeurs.

La pêche apporte une petite contribution aux économies française et britannique mais est une bouée de sauvetage pour certaines communautés côtières.

Reportage de Costas Pitas, Paul Sandle et William Schombergin London; Sarah Meyssonnier au Havre ; Layli Foroudi, Juliette Jabkhiro à Paris ; Écrit par Timothy Heritage; Montage par Angus MacSwan

.

Previous

Le recyclage des déchets électroniques, protagoniste à Gijón | BE Gijón | Aujourd’hui pour aujourd’hui Gijón

La nouvelle Toyota bZ4X est là. Le crossover électrique a un toit photovoltaïque et une direction spéciale

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.